« Un livre est quelqu’un. Ne vous y fiez pas. Un livre est un engrenage », écrivait Victor Hugo.

Ainsi naissent les bibliothèques, et à leur suite les ventes aux enchères Livres & Manuscrits, qui rassemblent livres anciens et modernes, lettres, autographes, cartes géographiques et cartes postales.
Des livres d’heures - ces manuscrits richement enluminés d’azur et d’or- aux ouvrages des surréalistes André Breton et Paul Eluard, les fleurons des ventes aux enchères sont des éditions originales sur « grand papier » dotées de trois valeurs cardinales : reliure d’époque, provenance prestigieuse et « envoi », autrement dit une dédicace de l’auteur.

Les collectionneurs s’y disputent manuscrits et lettres des poètes maudits - Baudelaire, Verlaine et Rimbaud - feuilles autographes de Proust, livres de voyage et cartes géographiques.

Mais les ventes aux enchères online font aussi la part belle au neuvième art avec des éditions de luxe et des tirages de tête des bandes dessinées du trio des anciens : Hergé, Franquin, Uderzo et Goscinny.
On y trouvera aussi des albums et des planches originales des dessinateurs de la jeune garde : Hugo Pratt, Moebius et Enki Bilal…
Une belle bulle d’air !

Filtres

31392 Résultats
Du
Au

N° 61
VASE POLYCHROME DIVINITÉ "JAGUAR ANTHROPOMOPHE" ET HÉROS HUN AJAW CULTURE MAYA, MEXIQUE OU GUATEMALA DÉBUT DU CLASSIQUE RÉCENT, 600-700 AP. J.-C.
Céramique à engobe brun orangé à surface vernissée et peinture ornementale noire et brun-rouge.
H. 13,5 cm
Maya polychrome bowl, representing the “anthropomorphic jaguar” deity and the hero Hun Ajaw, Mexico-Guatemala
H. 5.11 in
Provenance
Emile Deletaille, Bruxelles, fin des années 1960.
Exposition
Art de Mésoamérique, Meso-Amerikaanse kunst, Société Générale de Banque, Bruxelles, 17 novembre 1976 - 8 janvier 1977, reproduit fig. 148.
Exposition : Arts Mayas du Guatemala, Palais des Beaux-Arts, Bruxelles, 15 septembre/15 novembre 1970, n°295, reproduit planche L.I.
Le décor de ce vase brillamment vernissé a été finement peint à l'extérieur de l'objet, au moyen de barbotines noire (pour les bordures, les contours et détails des figures) et ocre jaunâtre (pour le fond), rouge et brune (pour les figures).
Il s'agit d'une scène mythologique, confrontant deux personnages assis en tailleur l'un devant l'autre, avec entre eux une paire d'ailes d'oiseau qui émerge d'une poterie. Dans cette poterie est en outre figuré un petit mammifère. Aucune légende iconographique ne vient commenter cela mais le personnage de gauche est une divinité du genre "jaguar anthropomorphe" de l'inframonde, probablement la principale d'entre elles ou "dieu L" (bien qu'elle ne soit pas là vêtue de sa cape en peau de jaguar ni coiffée de son chapeau distinctif à l'effigie du mythique hibou Muan). Elle est en effet parée là des attributs de l'avatar aviaire du "dieu D" Itzamnah Kokaaj, l'oiseau primordial qui représentait le soleil de l'ère antérieure au "jour zéro" de la chronologie maya. À ses pieds sont du reste deux signes qui dans l'écriture fonctionnent comme logogrammes ordinaires de valeur TUN «pierre». Ceux-ci renvoient assurément au foyer primordial des «trois pierres» dans lequel le "dieu L" a de nouveau allumé le monde lors de son re-démarrage au "jour zéro". La troisième pierre est effectivement apportée par le petit animal, figuré dans la cruche visible quasiment juste au-dessus.
Quant au personnage assis à droite, le chiffre 1 qui est peint en noir sur sa joue permet de l'identifier sans ambiguïté comme étant le héros Hun Ajaw "Un-Seigneur", archétype du roi maya et préfiguration classique du Hunahpu de cette bible en langue maya quichée du XVIe siècle qu'est le Popol Vuh. Sur nombre de céramiques mayas de l'époque classique, Hun Ajaw est figuré en train d'abattre à la sarbacane Itzamnah Kokaaj, perché sur un arbre. Cet épisode mythique a son équivalent dans le Popol Vuh, Hunahpu provoquant la chute du soleil antérieur Vucub Caquix.
De toute évidence, la scène décorant ce vase illustre donc un épisode mythique de la création, dans lequel Hun Ajaw rend visite au souverain de l'inframonde pour lui présenter son trophée sur une jarre qui contient aussi, alors que le cosmos se trouve privé du jour permettant aux nuits d'exister et au temps de s'écouler, la pierre nécessaire à ce qui rendra possible que l'univers se remette en marche pour une nouvelle ère. Ainsi que cela imprègne tous les récits de création qui furent relatés en caractères latins dans le Popol Vuh, on voit là une évocation universelle du défi lancé par les hommes aux forces mortifères des ténèbres.
JMH

VASE POLYCHROME DIVINITÉ "JAGUAR ANTHROPOMOPHE" ET HÉROS HUN AJAW CULTURE MAYA, MEXIQUE OU GUATEMALA…
123..1570>