Livres religieux

Livres religieux

Filtres

6517 Résultats
Du
Au

N° 61
VASE POLYCHROME DIVINITÉ "JAGUAR ANTHROPOMOPHE" ET HÉROS HUN AJAW CULTURE MAYA, MEXIQUE OU GUATEMALA DÉBUT DU CLASSIQUE RÉCENT, 600-700 AP. J.-C.
Céramique à engobe brun orangé à surface vernissée et peinture ornementale noire et brun-rouge.
H. 13,5 cm
Maya polychrome bowl, representing the “anthropomorphic jaguar” deity and the hero Hun Ajaw, Mexico-Guatemala
H. 5.11 in
Provenance
Emile Deletaille, Bruxelles, fin des années 1960.
Exposition
Art de Mésoamérique, Meso-Amerikaanse kunst, Société Générale de Banque, Bruxelles, 17 novembre 1976 - 8 janvier 1977, reproduit fig. 148.
Exposition : Arts Mayas du Guatemala, Palais des Beaux-Arts, Bruxelles, 15 septembre/15 novembre 1970, n°295, reproduit planche L.I.
Le décor de ce vase brillamment vernissé a été finement peint à l'extérieur de l'objet, au moyen de barbotines noire (pour les bordures, les contours et détails des figures) et ocre jaunâtre (pour le fond), rouge et brune (pour les figures).
Il s'agit d'une scène mythologique, confrontant deux personnages assis en tailleur l'un devant l'autre, avec entre eux une paire d'ailes d'oiseau qui émerge d'une poterie. Dans cette poterie est en outre figuré un petit mammifère. Aucune légende iconographique ne vient commenter cela mais le personnage de gauche est une divinité du genre "jaguar anthropomorphe" de l'inframonde, probablement la principale d'entre elles ou "dieu L" (bien qu'elle ne soit pas là vêtue de sa cape en peau de jaguar ni coiffée de son chapeau distinctif à l'effigie du mythique hibou Muan). Elle est en effet parée là des attributs de l'avatar aviaire du "dieu D" Itzamnah Kokaaj, l'oiseau primordial qui représentait le soleil de l'ère antérieure au "jour zéro" de la chronologie maya. À ses pieds sont du reste deux signes qui dans l'écriture fonctionnent comme logogrammes ordinaires de valeur TUN «pierre». Ceux-ci renvoient assurément au foyer primordial des «trois pierres» dans lequel le "dieu L" a de nouveau allumé le monde lors de son re-démarrage au "jour zéro". La troisième pierre est effectivement apportée par le petit animal, figuré dans la cruche visible quasiment juste au-dessus.
Quant au personnage assis à droite, le chiffre 1 qui est peint en noir sur sa joue permet de l'identifier sans ambiguïté comme étant le héros Hun Ajaw "Un-Seigneur", archétype du roi maya et préfiguration classique du Hunahpu de cette bible en langue maya quichée du XVIe siècle qu'est le Popol Vuh. Sur nombre de céramiques mayas de l'époque classique, Hun Ajaw est figuré en train d'abattre à la sarbacane Itzamnah Kokaaj, perché sur un arbre. Cet épisode mythique a son équivalent dans le Popol Vuh, Hunahpu provoquant la chute du soleil antérieur Vucub Caquix.
De toute évidence, la scène décorant ce vase illustre donc un épisode mythique de la création, dans lequel Hun Ajaw rend visite au souverain de l'inframonde pour lui présenter son trophée sur une jarre qui contient aussi, alors que le cosmos se trouve privé du jour permettant aux nuits d'exister et au temps de s'écouler, la pierre nécessaire à ce qui rendra possible que l'univers se remette en marche pour une nouvelle ère. Ainsi que cela imprègne tous les récits de création qui furent relatés en caractères latins dans le Popol Vuh, on voit là une évocation universelle du défi lancé par les hommes aux forces mortifères des ténèbres.
JMH

VASE POLYCHROME DIVINITÉ "JAGUAR ANTHROPOMOPHE" ET HÉROS HUN AJAW CULTURE MAYA, MEXIQUE OU GUATEMALA…

N° 107
[Prédictions] JOACHIM DE FLORE [GIOACCHINO DA FIORE]. Profetie dell'Abbate Gioachino. Et di Anselmo Vescovo di Marsico. Con l'imagini in dissegno, intorno a Pontefici passati, e c'hanno a venire.... In Padova, Pietro Paolo Tozzi, 1625. In-4, [2]-104-[1] pages, vélin ivoire postérieur. (Annotations anciennes au titre et en marge d'une page. Liste manuscrite au milieu du XIXe siècle sur une garde blanche finale : elle contient la liste des papes depuis Grégoire XV (mort en 1623) jusqu'à Pie IX (1846). Feuillets légèrement salis, mouillure pâle en tête des premiers feuillets).
Signatures : [n.s.]2 ; A-N4. Gravure sur cuivre au titre et 34 grands bois dans le texte : le premier représente Joachim recevant la révélation, les 2 suivants les roues prophétiques, 30 servent d'emblème et d'explication aux prophéties et le dernier illustre l'oracle turc. Belle édition bilingue padouane des prédictions concernant la succession des papes, attribuées au célèbre moine Joachim de Flore pour les 15 premières, et à Anselme, évêque de Marsico, pour les 15 dernières. L'ouvrage ouvre sur la Vie de Joachim par le franciscain Gabriel Barrio ; suivent les prophéties en latin et en italien, la célèbre prophétie turque les notes de Pascal Regiselmo. Né vers 1135 en Calabre, Joachim fut abbé d'un monastère franciscain pendant 14 ans avant de fonder l'Ordre de Flore, d'inspiration cistercienne, et de se retirer pour la vie contemplative jusqu'à sa mort en 1202. Ses prophéties apocryphes lui viennent tant d'une étude approfondie de la Bible et de ses "verbes mystiques", que des moments d'illumination qui lui révélèrent des choses jusqu'alors cachées. Il envisage l'histoire du monde en trois âges : l'âge de la terre, qui correspond à l'âge de l'Ancien Testament, depuis la création jusqu'à la naissance du Christ ; l'âge de l'eau, celui du Nouveau Testament, qui de la naissance du Christ, s'étend jusqu'en 1260 et figure l'époque des clercs ; enfin, l'âge du feu, c'est-à-dire l'époque des moines et de l'intelligence spirituelle. Joachim prédisait ainsi de grands bouleversements dans les institutions religieuses : ses prophéties furent condamnées lors du concile de Latran en raison de leur dimension anti-pontificale et apocalyptique. Elles furent finalement mises en circulation après le pontificat de Boniface VIII ; la seconde série, attribuée à Anselme, lui fut ajointe par la suite.

[Prédictions] JOACHIM DE FLORE [GIOACCHINO DA FIORE]. Profetie dell'Abbate Gioachino. Et di Anselmo …

N° 40
[Bible illustrée. Allemand. 1578]. Sum[m]aria uber die gantze Biblia dess alten vnd newen Testaments […] Durch Vitum Dieterich […] Dessgleichen auch etliche andere Christliche Schrifften Philippi Melanthonis, vnd Johannis Brentii […]. Gedruckt zu Franckfurt am Mayn durch Peter Schmid in Verlegung Sigmund und Hans Feyerabend, 1578. Deux parties en 1 vol. infolio, [9] f., 280 p., [1] f. blanc, 309 p. (dont le titre de la seconde partie), reliure germanique de l'époque peau de truie sur ais de bois, dos à 4 nerfs et muet, plats entièrement décorés à froid d'une plaque centrale et d'un encadrement de multiples roulettes (fermoirs arrachés, 2 coins découverts, coiffe de tête usée, taches et qq. frottements aux plats ; lacune de papier comblée en marge du titre, petits manques en marge de la p. 206 (mal chiffrée 126), note en marge de la p. 266 (1re partie) ; déchirure sans perte p. 283 (2e partie) ; gardes sup. renouvelées, papier du contre-plat sup. en partie arraché ; travaux de vers au contre-plat inf. se prolongeant sans gravité en marge des 7 derniers f. ; un dernier f. blanc pourrait manquer).
L'illustration se compose de nombreuses figures gravées sur bois dans le texte, non signées. Celles de l'ancien Testament très grandes (env. 11 × 15,5 cm), celles du N.T. plus petites (env. 8 × 12 cm). Le titre en rouge et noir offre un portrait de Vitus Dieterich gravé sur bois dans un médaillon ; marque typographique gravée sur bois au titre de la deuxième partie, et variante de la même au v° du dernier f. Lettrines gravées sur bois.
(VD 16, ZV 17986 ; USTC 694839).

[Bible illustrée. Allemand. 1578]. Sum[m]aria uber die gantze Biblia dess alten vnd newen Testaments…

N° 42
[Bible illustrée. Français. 1588]. La Bible, qui est toute la saincte Escriture du Vieil & du Nouveau Testament : autrement l'anciene & la nouvelle alliance. Le tout reveu & conferé sur les textes hebrieux & grecs par les pasteurs & professeurs de l'Eglise de Geneve. À Geneve, [Jérémie Des Planches], 1588. In-folio, [8] f. (le dernier blanc), 548-94-167-[2] f., reliure moderne basane brune, dos à dos à 6 nerfs, pièce de titre basane grenat, tranches anciennement marbrées (titre un peu bruni et effrangé en marge, petites réparations en marge des f. 123, 295 et 296, petit trou en marge f. 161 et 483, f. 221 déchiré sans manque, planche F raccourcie en marge, planche dépliante froissée et usée aux plis, très rares brunissures sporadiques, manque le dernier f. blanc et 1 plan dépliant).
Bel exemplaire, entièrement réglé, de cette nouvelle révision de la version de Genève, placée sous la direction de Corneille Bonaventure Bertram, professeur de langues orientales. Avec les préfaces de Théodore de Bèze : " A tous vrais amateurs de la vérité de Dieu… ", et de Calvin : " Preface monstrant comment Christ est la fin de la Loy ". L'impression de cette bible fut confiée par la compagnie des pasteurs à Jérémie Des Planches, puis répartie entre plusieurs typographes de Genève (dont Jacob Stoer, selon Adams, et Jean Vignon dont la marque gravée figure au titre). Cette version fut publiée dans les trois formats (in-folio, in-4 et in-8) en 1588 et ne fut pas réimprimée au seizième siècle.
Les exemplaires in-folio sont rares.
L'illustration se compose de bandeaux, lettrines, d'une grande planche dépliante (Temple), et de 11 f. de planches (certaines gravées au r° et au v°). Les planches sont numérotées conformément à l'exemplaire décrit par Delaveau et Hillard, hormis l'absence du plan de Jérusalem.
Exemplaire enrichi d'un texte manuscrit ancien de 17 f. in-folio contrecollé au contreplat sup. : " Sommaire de chacun des 45 livres de l'Ancien Testament et des 27 du Nouveau ".
(M. Delaveau & D. Hillard (éd.), Bibles imprimées, Paris, 2002, n° 441, ne signale que 2 exemplaires conservés à Paris, l'un à la Société biblique de Paris, auquel 3 feuillets manquent, et qui n'a que 5 planches ; l'autre, à la Réserve de la BnF. Chambers 515 ; Darlow & Moule 3736 ; USTC 5884).

[Bible illustrée. Français. 1588]. La Bible, qui est toute la saincte Escriture du Vieil & du Nouvea…

N° 49
[Alchimie]. STOLCIUS (Daniel Stoltz von Stolzenberg, dit). Viridarium chymicum figuris cupro incisis adornatum et poeticis picturis illustratum. Franfort, Lucæ Jennis, 1624. In-8 oblong, 8 f. (incluant le titre gravé), 212 f. dont 107 planches gravées (107 gravures et 105 feuillets de texte explicatif), 29 ff. blancs, reliure ancienne plein vélin au dos de laquelle on a superposé une pièce de veau brun, dos lissé, caissons ornés, titre manuscrit sur la tranche, reliure de l'époque modifiée probablement au siècle suivant (mouillures éparses aux angles d'une trentaine de feuillets sans atteinte au texte et aux gravures).
Le Viridiarum consiste en une suite de 107 planches finement gravées agrémentées d'épigrammes latines en regard surmontées d'un titre. Il s'agit de l'un des deux ou trois plus importants livres d'emblèmes de l'histoire de l'Alchimie mais également le plus rare, à l'exception sans doute de l'" Amphitheatrum " de Khunrath (1595). Un véritable livre muet qui décrit toutes les étapes du Grand Œuvre.
Daniel Stolcius de Stolzenberg fut " candidatus Medicinae " et poète reconnu en Bohême à la fin du XVIe siècle. Il poursuivit des études à Prague semble-t-il, à Marburg, puis, médecin et poète, il voyagea à travers l'Europe. On le trouve à Francfort, à Oxford, à Dantzig (Gdansk) où il exerce la médecine. On sait qu'il a été influencé par les théories de Paracelse et qu'il a été le disciple de Michel Maïer. L'alchimie qu'il présente est essentiellement centrée sur l'être humain. Selon lui, l'amour du feu est au cœur de la démarche alchimique : le feu génère et transforme, il soigne et guérit, il conduit au vrai et, par la grâce de Dieu, se transmet, se propage. Dans ce souci de transmission, l'auteur du Verger chymique reprend de nombreuses gravures alchimiques pour les commenter par des courts poèmes et les rendre intelligibles à ses lecteurs.
Ainsi se trouve décrit le processus alchimique, véritable passage par étapes successives de la décomposition à l'unification et à la pierre. L'œuvre nécessite un réel don de soi, une confiance débouchant sur une fécondité qu'illustre l'image du pélican ou celle de l'enfant. (Voir écrits de Fulcanelli et Canseliet).
Rien n'étant définitivement acquis ou réalisé, les opérations se renouvellent, s'affinent, touchent à diverses facettes de l'être et de l'univers, ce que C.G. Jung a évoqué à notre époque sous le terme de mysterium conjunctionis.
(Bolton I, 1048 ; Rosenthal, Bibl. Magic, 812 ; Duveen p. 565 ; Collection Vinci Verginelli, n° 131). Absent des collections Young, Hauser, Scott-Elliot, Sion House, Mrs Atwood, Guaita, Dorbon. Caillet et Ferguson citent un autre titre postérieur de cet auteur. Manque à la BnF.

[Alchimie]. STOLCIUS (Daniel Stoltz von Stolzenberg, dit). Viridarium chymicum figuris cupro incisis…

N° 61
LEUTEBREWER (Christoph). La confession coupée ou la méthode facile pour se préparer aux confessions particulières et générales. À Paris, chez T. de Hansy, 1739. In-12, [2] f., 188 p., [2] f. (approb.), reliure époque veau havane, dos à 5 nerfs et orné, pièce de titre maroquin grenat, triple filet doré aux plats (coiffe de tête découverte, fente en pied du mors sup., dos et 2 coins frottés, mouillure).
Nouvelle édition revue et augmentée de ce curieux ouvrage souvent réimprimé (la plus ancienne figurant au catalogue de la BNF date de 1677).
Rare exemplaire bien conservé d'un livre " à système " : les péchés décrits en une à trois lignes, typographiés à raison d'une dizaine par page, sont imprimés sur des f. prédécoupés, qu'il était possible de déplier, afin d'établir une sorte de pense-bête avant de se confesser. La réalisation technique d'un tel ouvrage devait nécessiter une longue application… L'auteur semble n'avoir rien trouvé de mieux que d'établir une liste des péchés prenant ainsi le risque d'inspirer en mal ses lecteurs ! Ceci est particulièrement remarquable pour le péché de luxure où ne manquent pas les détails nécessaires à définir l'ampleur de la faute.
On joint : [Bible. N.T. Français. 1703]. Le Nouveau Testament de Nostre-Seigneur Jésus-Christ traduit en françois. À Paris, chez Louis Josse, 1703-1709. 2 vol. in-12, [11] f., 551 p., [2] f. + [2] f., 696 p., reliure époque basane verte, dos à 5 nerfs, pièces de titre et de tomaison maroquin grenat, caissons ornés, plats bordés d'un double filet doré avec fers dorés angulaires, roulette aux coupes et contreplats, tranches dorées sur marbrure (menus défauts dont des coins écrasés, 3 piq. de vers sur un dos, une garde manquante, un f. liminaire pourrait manquer, brunissures).
Cachet ex-libris moderne aux titres de J. Prost Lacuzon (Jura).
Soit 3 volumes.

LEUTEBREWER (Christoph). La confession coupée ou la méthode facile pour se préparer aux confessions …
123..131>