Description
William Adolphe Bouguereau (1825 - 1905)
" Portrait d'une italienne en costume régional ", 1851
Aquarelle et graphite sur papier,
Situé à Velletri en haut à gauche,
A vue : 20,7 x 23 cm
Provenance : atelier de William Adolphe Bouguereau

Petites taches en haut et en périphérie

Lors de son séjour à Rome à la villa Médicis en 1851, Bouguereau se plait à faire des aquarelles (une à deux par jours) qui représentent des italiens/italiennes en costumes régionaux.
Velletri, localisation donnée par notre aquarelle, est à l'époque une bourgade proche de Rome.
Bouguereau aimait se promener dans la ville, et noter par écrit ou à l'aquarelle les impressions qu'il en avait retenues.
Dans cette œuvre, l'artiste décrit une femme à la peau mate avec une coiffe italienne de l'époque.

Le processus de réalisation de l'aquarelle par Bouguereau est ici bien montré par la partie droite laissée aux seuls traits de graphite, tandis que la partie gauche et le haut du dessin s'illuminent grâce à l'utilisation d'un rouge transparent et vif.
On retrouve la même coiffe dans une peinture " Portrait de Theresa " daté de 1854 (n°1854/01 - Catalogue raisonné Bartoli)

lot 61

Go to lot

William Adolphe Bouguereau (1825 - 1905)
" Portrait d'une italienne en costume régional ", 1851
Aquarelle et graphite sur papier,
Situé à Velletri en haut à gauche,
A vue : 20,7 x 23 cm
Provenance : atelier de William Adolphe Bouguereau

Petites taches en haut et en périphérie

Lors de son séjour à Rome à la villa Médicis en 1851, Bouguereau se plait à faire des aquarelles (une à deux par jours) qui représentent des italiens/italiennes en costumes régionaux.
Velletri, localisation donnée par notre aquarelle, est à l'époque une bourgade proche de Rome.
Bouguereau aimait se promener dans la ville, et noter par écrit ou à l'aquarelle les impressions qu'il en avait retenues.
Dans cette œuvre, l'artiste décrit une femme à la peau mate avec une coiffe italienne de l'époque.

Le processus de réalisation de l'aquarelle par Bouguereau est ici bien montré par la partie droite laissée aux seuls traits de graphite, tandis que la partie gauche et le haut du dessin s'illuminent grâce à l'utilisation d'un rouge transparent et vif.
On retrouve la même coiffe dans une peinture " Portrait de Theresa " daté de 1854 (n°1854/01 - Catalogue raisonné Bartoli)

Estimate 6 000 - 8 000 €