Description
PERRET, Jacques
Des Fortifications et artifices architecture et perspective. [Paris, 1601]. In-folio
(435 x 292 mm) d'un titre gravé sur cuivre, 11 ff.n.ch. de texte, 22 planches doubles gravées sur cuivre accompagnées de texte explicatif; vélin souple (reliure de l' époque).
Millard, 139; Brunet, IV, 511-512; Graesse, V, 206-207; E. Balmas, «Jacques Perret architetto riformato», Protestantesimo, 1, 1950, p. 15-34; 1958, p. 22-28; E. Balmas, «La citta ideale di Jacques Perret», Studi di Letteratura francese, 2, 1969, p. 3-45; D. W Booth, Architecture and its Image, Montréal, Éditions du CCA, 1991, p. 183; cat. 19.1, 19.2; G. Germann, «Les temples protestants dans les traités d¹architecture du XVIIe siècle», Bulletin de la Société de l¹Histoire du Protestantisme en France, 152, 2006, p. 345-362; J.
de Laprade, «Un architecte méconnu du temps d'Henri IV: Jacques Perret et son ouvrage Des fortifications et artifices. Architecture et perspective, Paris, 1601», Revue française d'histoire du livre, 25, 1979, p.
867-896; M. Ng, «Collage, Architectural Inscription, and the Aesthetics of Iconoclasm in Jacques Perret's
Des fortifications et artifices (1601)», Journal of Medieval and Early Modern Studies, 45-3, Septembre 2015, p. 573-584; M. Pollak, Military Architecture, Cartography and the Representation of Early
Modern European City. A checklist of Treatises on Fortification in the Newberry Library, Chicago, The
Newberry Library, 1991, p. 80-81; N. Westphal, «La place du temple dans un modèle de ville protestante: les propositions de Jaques Perret dans son traité Des fortifications et artifices (1601)», Bulletin de la Société de l¹Histoire du Protestantisme en France, 152, 2006, p. 263-374.
Édition originale de ce magnifique livre de perspective, de fortification et d'architecture.
D'origine savoyarde, Jacques Perret (vers 1540- vers 1610) occupa d'abord la chaire de mathématiques du collège Jésuite de Chambery. Actif en Savoie jusqu'en 1575, Perret émigra probablement à Paris à la fin du XVIe siècle après s'être converti au protestantisme. C'est là que, jouissant de la protection du duc de Rohan, dont les armes figurent sur quinze planches du livre, il lui fut possible de publier son ouvrage.
"L'ouvrage est divisé en trois grands thèmes: villes idéales fortifiées et citadelles, architecture religieuse et architecture privée. Perret propose tout d'abord une série de cinq villes régulières fortifiées composées de différents types de front allant du carré aux polygones de cinq à vingt-trois bastions. Accompagné de plans et de perspectives urbaines à grande échelle qu' il appelle «perspective du dehors» et «perspective du dedans», ce travail présente une iconographie de villes idéales où tous les ouvrages sont répétés à l' identique. (...) Cette systématisation de fortifications régulières s' inspire à la fois de traités militaires majeurs du XVIe siècle dont ceux de Pietro Cataneo I quattro primi libri di architettura (1554) et de Girolamo Maggi et Giacomo
Castriotto Delle fortificazione della citta (1583), de réalisations iconiques dont les citadelles de Turin et de Milan (qu' il cite dans son texte) et de programmes urbains royaux initiés durant le règne de Henri IV.
Ce dernier point place Perret au coeur des recherches urbaines contemporaines qui seront consacrées par la réalisation des places royales parisiennes. La deuxième partie du traité de Perret, consacrée à l'architecture religieuse, est dédiée aux temples huguenots. Tout comme pour la série de villes idéales fortifiées, Perret décline ses trois modèles en plusieurs dimensions (petit, moyen et grand) et accompagne chacun d'entre eux de courts commentaires. Ce mélange des genres, architecture militaire et religieuse, est sans précédent dans l' histoire des traités de fortifications et, si l'on considère que le traité de Perret a été publié trois ou quatre ans après la proclamation de l'Edit de Nantes, il prend une valeur de manifeste. La précision de ses perspectives, plus proches visuellement de «vues» que de projets participe aussi certainement de cette volonté de légitimation de la religion protestante. La dernière partie du traité concerne différents types d'architecture privée: métairies, habitations, maisons, châteaux et pavillon royal. (...) Le traité de Perret représente une oeuvre à part parmi les écrits militaires français de la première moitié du XVIIe siècle. Son titre, celui d'un opus militaire dédié à l'art de la fortification moderne, l'a desservi. Alors que la première moitié du XVIIe siècle constitue une époque charnière pour la mise en place de nouveaux systèmes de bastionnements «à la française», expérimentés par Jean Errard de Bar-le-Duc, contemporain de Perret, et immédiatement repris et adaptés par Blaise de Pagan, Jean Fabre et Antoine Deville, Des fortifications et artifices est apparu comme une oeuvre hybride et superfétatoire. L'extrême sophistication des dessins de Perret «inventor», mis en valeur par les gravures de Thomas de Leu, a également participé de ce courant d'opinion. La régularité de ses villes fortifiées et citadelles idéales et la qualité picturale de ses perspectives, notamment celles en «haulte assiette» proches des scenographiae de du Cerceau, ont rapidement fait classer son ouvrage comme une «curiosité» architecturale, précieuse dans les collections princières pour ses gravures exceptionnelles, sans que l'on rende hommage à la vision très personnelle de ce mathématicien huguenot utopiste. " (Émilie d'Orgeix.
Docomomo International, Cité de l'architecture et du patrimoine, 2006).
L'ouvrage est illustré d'un beau titre-frontispice et de 22 superbes planches gravées par le célèbre graveur protestant, Thomas Le Leu (1555-1612). Ce dernier travailla d'abord à Anvers avec Jean Ditmer puis s'installa à Paris en 1577. Elles représentent des villes fortifiées ou «villes idéales» et se composent d'un plan au sol ou d'un plan en élévation et de perspective accompagnées de notices rédigées par Perret.
Les plans au sol sont ceinturés d'inscriptions bibliques tirées pour la plupart des Psaumes. Certaines de ces planches peuvent avoir un aspect futuriste particulièrement celle représentant un immeuble de 130 mètres de hauteur, pouvant abriter 500 personnes, le premier gratte-ciel jamais imaginé et illustré.
Planches marquées C2, I2, K1-2, L1-2 avec restaurations en marge (touchant l'image de C2); lacets modernes.
"Jacques Perret was architect and engineer to Henri IV. He also produced books on the arts of architecture, perspective and fortification. His Fortifications includes a series of models for cities and citadels that are designed on mathematical basis and generally are represented in bird's eye views... One extraordinary pavilion would seem to have its ultimate source in the 15th century Temple of Virtue and Vice designed by
Filarete. It is eleven stories in height, with huge expanses of glazed openings" (Millard).

Provenance: Jean Blondelet.
First edition of this beautifully illustrated visionary book of architecture and perspective, published at the beginning of the 17th century by the architect and mathematician Jacques Perret. All of the fine plates, including the frontispiece with a portrait of King Henri IV, are by Thomas Le Leu, engraver and print publisher from Flanders or Northern France, active in Paris between 1576 and 1614.

lot 273

Go to lot
Estimate 25 000 - 30 000 EUR
Plan a bid