Description
Correspondance de Germaine BOURET avec la fabrique de céramique autrichienne Frédéric GOLDSHEIDER.1936-1938 faire les photos Ensemble d’une cinquantaine de lettres, copies de lettres, brouillons et pièces diverses concernant la production par la maison Goldsheider de figurines en céramique d’après des dessins de Germaine Bouret.Walter Goldsheider propriétaire de la manufacture Fréderic Goldscheider entre en relation avec Germaine Bouret le 12 février 1936 après avoir reçu une lettre de la dessinatrice lui demandant s’il est bien l’éditeur de statuettes en vente à Paris et qui seraient reproduites sans son autorisation d’après ses dessins. Celui-ci qui réside alors à l’Hôtel Majestic à Cannes lui répond qu’il n’est pour rien dans cette production de figurines en porcelaine et lui demande s’il peut venir la rencontrer à Paris pour lui proposer une collaboration très intéressante. Cette première rencontre a lieu le 27 février 1936, elle semble s’être déroulée sous les meilleurs auspices puisque dés le 21 mars suivant, un courrier de la Manufacture Frédéric Goldscheider est adressé depuis Vienne à Germaine Bouret pour lui passer commande de dessins choisis par W. Goldsheider lors de son passage à Paris. Germaine Bouret répond et demande à ce que ses dessins lui soient achetés ferme, c'est-à-dire livrés et réglés à Paris. Il est convenu que les dessins soient remis au représentant de Goldscheider à Paris et une liste de 15 dessins est établie par Germaine Bouret: 1° Skieur 2° Tennis 3°Caddy 4°Petite fille costume bains, sceau 5°à nous le trottoir 6° Les hommes c’est bon à rien 7°Petite fille lisant journal 8° Petite fille et 2 chiens 9°Signe moi un chèque ( fillette mettant ses gants chien) 10° Ecossaise allant à l’école 11° Enfants ballon et chien 12 ° Pst chauffeur 13 ° fonds en baisse 14° innocence 15 ° Bonne conduite.Walter Goldscheider déclare dans une lettre du16 avril 1936: Nous avons reçu les 15 dessins et nous vous complimentons de la bonne exécution de ces dessins. Nous avons constaté avec plaisir que vous avez parfaitement compris et saisi les idées que notre Monsieur Goldscheider vous a exposées. Malgré qu’il y a quelques sujets qui sont moins bien pour notre matière, nous n’hésitons pas à accepter les 15 sans exception pour bien vous prouver que nous continuons les relations entamées […]. Le 5 décembre 1936 une nouvelle commande est passée à Germaine Bouret pour l’esquisse ‘Jeu du ballon’ avec la recommandation suivante de la maison Goldscheider : Nous vous prions quand vous l’exécuterez de tacher de ne pas ouvrir trop la bouche de la fillette. Le sujet Vertige fillette avec deux lévriers lui est également commandé dans cette lettre. Une semaine après, dans une lettre du 12 décembre, Walter Goldsheider donne l’assurance à Germaine Bouret que son droit d’auteur sera respecté lors de la fabrication des statuettes : […] Il va sans dire que suivant notre accord , j’ai donné les instructions à ma fabrication d’apposer votre signature par tampon qui a été fait exactement d’après votre propre paraphe. Ce tampon a été employé pour tous les sujets que nous avons édités d’après vos dessins car nous avions aucune raison de ne pas le faire, car votre nom est assez connu et ne peut ajouter que de la valeur à la pièce […].Germaine Bouret lui envoie en retour une lettre de remerciements qu’elle conclue ainsi […] Je vous verrai avec plaisir lors de votre passage à Paris et nous en profiterons, si vous le voulez bien pour nous entendre au mieux de nos intérêts communs pour une collaboration future […]et lui fait parvenir le 31 décembre deux nouveaux dessins : Vertige et Enfant au ballon avec chien. Cette collaboration se poursuivra pendant l’année 1937 avec l’envoi en février de nouvelles maquettes à Cannes où se trouve W. Goldscheider.En janvier 1938 un courrier de la manufacture de Vienne vient confirmer un nouvel accord entre Germaine Bouret et F. Goldscheider établi comme suit.1. La maison Frédéric Goldscheider, Vienne commandera à Mlle Bouret au fur et à mesure de ses besoins des dessins sujets enfants et autres qui devront lui servir pour la reproduction en sculpture en toute matière.2. La maison F.G. s’engage de payer à Mlle Bouret pour chaque dessin ffrcs 75 (Francs soixante quinze) et de lui livrer pour deux dessins fournis une pièce en fayence décorée franco tout Paris.3. . La maison F.G. s’engage d’appliquer sur l’intérieur du socle de chaque pièce reproduit d’après les dessins la signature de Mlle Bouret.4. Mlle Bouret réserve l’exclusivité de reproduction de ses dessins en sculpture à la maison F.G.5. Ces conventions sont établies pour une durée de 5 ans en sorte qu’elles prendront fin le 31 décembre 1942 […] En juin 1938 la manufacture commandera à Germaine Bouret deux derniers croquis pour ses modèles : Garçon avec chapeau haut de forme et Groupe d’enfants (la fille avec bouquet et le garçon avec chapeau haut de forme) .Cette collaboration entre Germaine Bouret et Walter Goldescheider s’achèvera en novembre 1938.Un brouillon de lettre de Germaine Bouret daté du 9 novembre 1938 acte ainsi la rupture: Monsieur Goldscheider, pour la dernière fois je viens vous réclamer ce que vous me devez depuis 6 mois. Quand vous êtes venu chez moi et que vous m’avez demandé de travailler pour vous, je vous avais pris pour un Gentleman. Je m’aperçois que je me suis bien trompé. J’attends votre règlement en retour dans le cas contraire j’agirai comme il convient […] Le 12 mars 1938 l’Autriche est rattachée à l’Allemagne (Anchluss). Suite à l’arrivée au pouvoir des nazis, la manufacture sera administrée par Stefan Schwartz, puis par Joseph Shuster (celui-ci continuant à produire quelques uns des modèles existants avec la numérotation de Walter et la mention Made in Germany). Walter Goldscheider et sa famille s’exileront aux USA en 1939 où sera relancée une production à Trenton dans le New Jersey sous la marque Goldscheider USA puis Goldscheider Everlast Corporation. Son frère Marcel et sa famille fuiront également l’Autriche pour s’installer en Angleterre où sera créé une fabrique de poteries en association avec la firme Myott & Son qui produira certains modèles d’après Germaine Bouret sous la marque : Made in England by Goldscheider and Myott & Son Co.,Staffordshire. Enfin, en 1946 Marcel Goldscheider créera une nouvelle marque The Goldscheider Art Pottery avec un nouveau tampon : M. Goldscheider Staffordshire.
Automatically translated by DeepL. To see the original version, click here.

Lot 311

Go to lot

Correspondance de Germaine BOURET avec la fabrique de céramique autrichienne Frédéric GOLDSHEIDER.1936-1938 faire les photos Ensemble d’une cinquantaine de lettres, copies de lettres, brouillons et pièces diverses concernant la production par la maison Goldsheider de figurines en céramique d’après des dessins de Germaine Bouret.Walter Goldsheider propriétaire de la manufacture Fréderic Goldscheider entre en relation avec Germaine Bouret le 12 février 1936 après avoir reçu une lettre de la dessinatrice lui demandant s’il est bien l’éditeur de statuettes en vente à Paris et qui seraient reproduites sans son autorisation d’après ses dessins. Celui-ci qui réside alors à l’Hôtel Majestic à Cannes lui répond qu’il n’est pour rien dans cette production de figurines en porcelaine et lui demande s’il peut venir la rencontrer à Paris pour lui proposer une collaboration très intéressante. Cette première rencontre a lieu le 27 février 1936, elle semble s’être déroulée sous les meilleurs auspices puisque dés le 21 mars suivant, un courrier de la Manufacture Frédéric Goldscheider est adressé depuis Vienne à Germaine Bouret pour lui passer commande de dessins choisis par W. Goldsheider lors de son passage à Paris. Germaine Bouret répond et demande à ce que ses dessins lui soient achetés ferme, c'est-à-dire livrés et réglés à Paris. Il est convenu que les dessins soient remis au représentant de Goldscheider à Paris et une liste de 15 dessins est établie par Germaine Bouret: 1° Skieur 2° Tennis 3°Caddy 4°Petite fille costume bains, sceau 5°à nous le trottoir 6° Les hommes c’est bon à rien 7°Petite fille lisant journal 8° Petite fille et 2 chiens 9°Signe moi un chèque ( fillette mettant ses gants chien) 10° Ecossaise allant à l’école 11° Enfants ballon et chien 12 ° Pst chauffeur 13 ° fonds en baisse 14° innocence 15 ° Bonne conduite.Walter Goldscheider déclare dans une lettre du16 avril 1936: Nous avons reçu les 15 dessins et nous vous complimentons de la bonne exécution de ces dessins. Nous avons constaté avec plaisir que vous avez parfaitement compris et saisi les idées que notre Monsieur Goldscheider vous a exposées. Malgré qu’il y a quelques sujets qui sont moins bien pour notre matière, nous n’hésitons pas à accepter les 15 sans exception pour bien vous prouver que nous continuons les relations entamées […]. Le 5 décembre 1936 une nouvelle commande est passée à Germaine Bouret pour l’esquisse ‘Jeu du ballon’ avec la recommandation suivante de la maison Goldscheider : Nous vous prions quand vous l’exécuterez de tacher de ne pas ouvrir trop la bouche de la fillette. Le sujet Vertige fillette avec deux lévriers lui est également commandé dans cette lettre. Une semaine après, dans une lettre du 12 décembre, Walter Goldsheider donne l’assurance à Germaine Bouret que son droit d’auteur sera respecté lors de la fabrication des statuettes : […] Il va sans dire que suivant notre accord , j’ai donné les instructions à ma fabrication d’apposer votre signature par tampon qui a été fait exactement d’après votre propre paraphe. Ce tampon a été employé pour tous les sujets que nous avons édités d’après vos dessins car nous avions aucune raison de ne pas le faire, car votre nom est assez connu et ne peut ajouter que de la valeur à la pièce […].Germaine Bouret lui envoie en retour une lettre de remerciements qu’elle conclue ainsi […] Je vous verrai avec plaisir lors de votre passage à Paris et nous en profiterons, si vous le voulez bien pour nous entendre au mieux de nos intérêts communs pour une collaboration future […]et lui fait parvenir le 31 décembre deux nouveaux dessins : Vertige et Enfant au ballon avec chien. Cette collaboration se poursuivra pendant l’année 1937 avec l’envoi en février de nouvelles maquettes à Cannes où se trouve W. Goldscheider.En janvier 1938 un courrier de la manufacture de Vienne vient confirmer un nouvel accord entre Germaine Bouret et F. Goldscheider établi comme suit.1. La maison Frédéric Goldscheider, Vienne commandera à Mlle Bouret au fur et à mesure de ses besoins des dessins sujets enfants et autres qui devront lui servir pour la reproduction en sculpture en toute matière.2. La maison F.G. s’engage de payer à Mlle Bouret pour chaque dessin ffrcs 75 (Francs soixante quinze) et de lui livrer pour deux dessins fournis une pièce en fayence décorée franco tout Paris.3. . La maison F.G. s’engage d’appliquer sur l’intérieur du socle de chaque pièce reproduit d’après les dessins la signature de Mlle Bouret.4. Mlle Bouret réserve l’exclusivité de reproduction de ses dessins en sculpture à la maison F.G.5. Ces conventions sont établies pour une durée de 5 ans en sorte qu’elles prendront fin le 31 décembre 1942 […] En juin 1938 la manufacture commandera à Germaine Bouret deux derniers croquis pour ses modèles : Garçon avec chapeau haut de forme et Groupe d’enfants (la fille avec bouquet et le garçon avec chapeau haut de forme) .Cette collaboration entre Germaine Bouret et Walter Goldescheider s’achèvera en novembre 1938.Un brouillon de lettre de Germaine Bouret daté du 9 novembre 1938 acte ainsi la rupture: Monsieur Goldscheider, pour la dernière fois je viens vous réclamer ce que vous me devez depuis 6 mois. Quand vous êtes venu chez moi et que vous m’avez demandé de travailler pour vous, je vous avais pris pour un Gentleman. Je m’aperçois que je me suis bien trompé. J’attends votre règlement en retour dans le cas contraire j’agirai comme il convient […] Le 12 mars 1938 l’Autriche est rattachée à l’Allemagne (Anchluss). Suite à l’arrivée au pouvoir des nazis, la manufacture sera administrée par Stefan Schwartz, puis par Joseph Shuster (celui-ci continuant à produire quelques uns des modèles existants avec la numérotation de Walter et la mention Made in Germany). Walter Goldscheider et sa famille s’exileront aux USA en 1939 où sera relancée une production à Trenton dans le New Jersey sous la marque Goldscheider USA puis Goldscheider Everlast Corporation. Son frère Marcel et sa famille fuiront également l’Autriche pour s’installer en Angleterre où sera créé une fabrique de poteries en association avec la firme Myott & Son qui produira certains modèles d’après Germaine Bouret sous la marque : Made in England by Goldscheider and Myott & Son Co.,Staffordshire. Enfin, en 1946 Marcel Goldscheider créera une nouvelle marque The Goldscheider Art Pottery avec un nouveau tampon : M. Goldscheider Staffordshire.

Estimate 500 - 600 EUR
Win your lot at a fair price by placing an automatic bid!
On the day of the auction, our system will bid up to the desired maximum amount for you, without disclosing this amount to the auction house!
Leave bid
Location of the item
France - 75009 Paris