Lot 362

*Alberto MORAVIA (1907-1990). 2 L.A.S. et 2 L.S. avec corrections autographes, Rome 1958-1959, à Madeleine CHAPSAL à Paris ; 6 pages in-4, 3 enveloppes (quelques petits défauts).

4 novembre [1958] : « Comme j’avais prévu le prix Nobel est allé à un autre. Le matin que j’ai appris la nouvelle j’étais très content. Je me sentais plus léger. Le poète UNGARETTI que vous connaissez peut-être, a poussé, au contraire des hurlements sauvages d’indignation »... [19.XI.1958] : il a relu l’interview mais demande à le récrire en partie : « on pourrait penser qu’on me fait l’interview parce que je n’ai pas eu le prix Nobel »… [28.XII.1959] Il gardera longtemps le souvenir de son séjour à Paris : « j’y reviendrais volontiers au plus tôt si j’avais quelque chose à faire moi aussi : un film, un drame. J’aimerais beaucoup écrire une pièce pour Jeanne MOREAU même si en suite ce ne soit pas elle à la jouer ». Il a repris le travail et espère finir son roman [L’Ennui] dans deux mois : « La vie de Rome en comparaison avec celle de Paris est somnolente »… – Il n’a pas de nouvelles de Jeanne Moreau qu’il voulait voir jouer dans Le Mépris de GODARD mais « il paraît que ce n’est pas possible ». ll évoque les autres projets cinématographiques adaptés de ses œuvres : « la Ciociara dirigé par de Sica, La folle journée dirigée par Bolognini et Le risate di gioia dirigé par Monicelli. Le premier film aura Sophia Loren et le troisième Anna Magnani »...

Location of the item
France - 75016 Paris