BAUDOUIN II DE COURTENAY, EMPEREUR DE CONSTANTINOPLE (1217-1273). Acte signé, accordant à l'hôpital Saint Samson de Constantinople des droits sur la maison de l'hôpital de Namur. Palais des Blachernes, Constantinople, 11 juillet 1240.1 page (111 x 178 mm), encre sur peau de vélin, inscriptions au cinabre dans la partie inférieure du document. En latin et grec. Il manque probablement un sceau. Signée au cinabre par l'empereur par un symbole de croix. Les autres caractères, en grec, datent la charte (pliures anciennes, rousseurs marginales). Provenance : au verso, indications de classement postérieures.Rarissime document, avec signature au cinabre, privilège impérial. Baudouin II est le dernier empereur latin de Constantinople, et le seul à être porphyrogénète, littéralement "né dans la pourpre", c'est-à-dire fils d'empereur. Son père, Pierre II, meurt en captivité alors que Baudouin n'est âgé que de deux ans. La couronne impériale est successivement revêtue par deux de ses frères aînés, puis lui échoit à l'âge de onze ans. Couronné en 1231, Baudouin connaîtra un règne difficile. Assiégé par les Bulgares, il n'a d'autre choix que de se rendre en Europe pour quérir des soutiens militaires. Il vend une partie de ses possessions en Europe pour financer la défense de l'Empire. Il rend visite à Saint Louis qui, s'il est peu enclin à lui proposer une aide militaire directe, se montre beaucoup plus intéressé par l'achat de la Couronne d'épines, mise en gage par Baudouin chez un marchand vénitien, avec une grande partie de son trésor amassé à la hâte au moment de son départ. Saint Louis acquiert la relique pour la somme colossale de 135 000 livres tournois, plus de la moitié du revenu annuel du domaine royal. La Sainte Chapelle sera bâtie pour lui servir d'écrin de pierre. Chassé de Constantinople par Michel Paléologue en 1261, Baudouin ne parviendra jamais à reprendre son trône, jusqu'à sa mort en 1273. La présente charte accorde à l'hôpital Saint Sam

Informations de vente

paris, France