Description

JEAN-FANÇOIS COLSON (1733 - 1803)


JEAN-FANÇOIS COLSON (1733 - 1803)

Oil on Canvas

Frame : Old golden wood frame.

Presumed portrait of Charles François Panard (Courville-sur-Eure 1689 – Paris 1765)

Provenance :

-Collection of Madame Georges Duruy, Paris, 1905

-Private Collection

 

 

Bibliographie :

- Georges Wildenstein, Chardin, Paris, 1921, n°459, not reproduced (Portrait du chansonnier Panard, par Chardin).

- Les Arts, 1905, n°45, p.1-2, reproduced (Portrait du chansonnier Panard, par Chardin) 

-- Jean Guiffrey et Armand Dayot, J.-B. Siméon Chardin, Paris, 1907, reproduced (Portrait de Panard, par Chardin), cat. 121, reproduced p. 45.     

 

 

Exhbitions :

Chardin-Fragonard, Galerie Georges Petit, 1907 (according to the serial of the Press, Paris, 16 July 1836)      

 

 

 

It starts in 1907 with Jean Guiffrey, that the old attribution of our painting of Chardin is contested. The authorship of its composition has been discussed for a long time, notably changing from Chardin to Duplessis. Our analysis allows us today to propose our painting as one of the masterpieces of the famous portraitist Jean-François Colson

 

Jean-François COLSON was a son of a painter and he was surrounded by painting from the earliest age. Until his adulthood, he was the student of many masters, despite moving with his parents, to Dijon, Lyon, Grenoble, Avignon, Toulouse and even Paris. The paintings of his youth remind the simplicity of the works of Chardin, which is no doubt the reason to why our painting was a long time attributed to. In his first years of his career, the clientele of Colson was more varied. We know portraits of the court, bourgeois, clergymen, military officials, scholars, academics, musicians and actors. In 1771 he committed to the service of Godefroy Charles Henri de la Tour d’Auvergne, Duke of Bouillon (1728-1792), for whom he works almost exclusively for as director and authorizing officer of his buildings. At his death, he participates as well in the Salon of 1793, 1795 and 1797 to where he exhibits old and recent works.

 

 

Very critical of his contemporaries, he maintains rocky relationships with the members of Académie royale de peinture et de sculpture, and it wasn’t until the last few months of his life, the 2nd December 1802, that he was elected into the Académie des Sciences, des Arts et des Belles-Lettres de Dijon. We find in our portrait an ensemble of the characteristics specific to the works of Jean-François Colson. In a rectangular format, a man at three quarters strikes a pose in half obscurity rendered by a dark and neutral background, which does not stop the viewer to see facial features of the model perfectly. The beautiful harmony of the dark colours, created by the background and of the clothing of the model, emphasizes the delicacy of the lace of the garment frill and his sleeves. The naturalness of the pose and the sincerity of the expression of the character taken from life shows us the talent of the artist who preferred realism to the embellishment of its model. 

 

 

The model of our painting is a mature man, probably around sixty years of age, wearing the trendy 1750s short hairstyle. He is sat behind a desk, leafing through a sheet music book surrounded by leaflets on which we can read the inscription Chanson… Panard as well as a book on the back of which is engraved the name of Chaulieu.

 

Considering these indications, we can think it is the famous songwriter Charles-François Panard (Courville-sur-Eure 1689-1765 Paris).

 

 

We know that Colson was introduced into the world of theatre and academia by his brother Jean-Claude, who was an actor in Paris. He was famous under pseudonym of Bellecour, and was dean of the Comédie Française in 1778, where Panard probably played during his lifetime. It is not impossible that Jean-François Colson, who himself wrote texts among which we cite the collection of Poésies Légègeres, having formed a friendly relationship with the songwriter through his brother.

 

 

Charles François Panard is one of the great men of the literary scene of the XVIII century. Poet, operetta and dramaturge author, he is especially recognized as one of the best song lyricists that France has ever had. He wrote verses “impromptu, full of ease, finesse and grace” (Louis Loir, Anecdotes de la vie littéraire, Paris 1876, p.95), and many compare the qualite of his verses to those of Jean de la Fontaine. Armand Gouffé (1775-1845), also a songwriter, wrote about Charles François Panard, the following verses that say about his success.

« Panard de la chanson naissante,  

Fut, chez Nous, le plus sûr appui ; 

Grâce à lui tout le monde chante,  

Mais nul ne chante comme lui.»    

 

Despite extensive production, Panard had to count of the financial support of his friends in the last years of his life.

We can compare our painting to the portrait by Jean-Baptiste Gilles Colson, father of the artist, conserved at the Musée des Beaux-Arts of Dijon (oil on canvas, 92 x73 cm ; inv CA253). This painting was done by Colson nineteen years old, and probably was exposed many years later at the Salon of 1793, under the title Citoyen Colson Père.

Automatically translated by DeepL. The original version is the only legally valid version.
To see the original version, click here.

86 

Go to lot
<
>

JEAN-FANÇOIS COLSON (1733 - 1803)

Estimate 30 000 - 40 000 EUR

* Not including buyer’s premium.
Please read the conditions of sale for more information.

Win your lot at a fair price by placing an automatic bid!
On the day of the auction, our system will bid up to the desired maximum amount for you, without disclosing this amount to the auction house!
Leave bid
Delivery

The delivery proposal is optional.

You can use the carrier of your choice.

Location of the item : France - 78000 - versailles

Sale Information

For sale on Sunday 18 Apr - 10:30 (CEST)
Browse the catalogue Sales terms Sale info Experts

You may also like

FÊTE DE LA FÉDÉRATION. BAILLY (Jean-Sylvain), Gilbert Du Motier de LA FAYETTE, Joseph CHARON, Alexandre BARRE et Jean-Nicolas LARDIN. Pièce signée par ces deux derniers seuls en qualité de commissaires du pacte fédératif. 3/4 p. in-folio imprimée avec ajouts manuscrits, en-tête imprimé et cachet de cire rouge de la « Confédération nationale ». « Nous, maire de la ville de Paris [Bailly], commandant-général de la Garde-nationale-parisienne [La Fayette], président & commissaires de la Commune pour le pacte-fédératif [Charon, Barré et Lardin], certifions que M. BOUDET PERE, CAP[ITAI]NE, A ASSISTE A LA FEDERATION, EN QUALITE DE DEPUTE PORTE-BANNIERE DU DEPARTEMENT DU LOT, DISTRICT DE MONTAUBAN & que pendant son séjour dans nos murs, il nous a donné les témoignages du plus pur patriotisme & de la fraternité la plus entière... » LA FEDERATION, « CE MARIAGE DE LA FRANCE AVEC LA FRANCE » (MICHELET, Histoire de la Révolution française). L’historiographie conféra rapidement une forte charge symbolique à cet événement qu’elle présenta comme une manifestation de fraternité sincère, comme une mise en scène de l’unité nationale sans égard aux particularismes (donc parfois même comme l’acte de naissance du patriotisme) et comme une étape vers l’abolition de la royauté (les Fédérés s’étant largement radicalisés par la suite). Cette fête de la Fédération, et non du fédéralisme, fut organisée simultanément sur tout le territoire français, avec comme épicentre la grande cérémonie parisienne du Champ-de-Mars où assistèrent des délégués venus de toute la France. Il ne faut pas, cependant, occulter les ambiguïtés de l’événements : il s’agissait plutôt d’une initiative bourgeoise de canaliser un mouvement insurrectionnel et parfois même de répondre à la « Grande Peur » suscitée par les débuts de la Révolution. En outre, quoique sur des modalités plus festives en province, cette manifestation se déroula à Paris dans une atmosphère maussade, par un temps pluvieux, sous la forme d’un défilé militaire, avec messe et serment royal inaudibles pour la masse des assistants.

FEUILLET DE CONCHES (FELIX-SEBASTIEN). Deux volumes provenant de sa bibliothèque, chacun avec son monogramme ex-libris doré au dos. Les « précieuses » selon Somaize – SOMAIZE (Antoine Baudeau de). Le Dictionnaire des précieuses. À Paris, chez P. Jannet, 1856. In-16, lxiv-296-408 pp., feuillets de titre intermédiaires compris dans la pagination, maroquin grenat, dos à nerfs cloisonné et fleuronné avec monogramme doré en queue de dos, triple filet doré encadrant les plats, coupes filetées, dentelle intérieure dorée, tranches dorées sur marbrure , tache sur le premier plat (Capé). RECUEIL DE 4 OUVRAGES DE SOMAIZE AU SUJET DES « PRECIEUSES », établi par Charles-Louis Livet qui, quoique partisan de thèses aujourd’hui contestées, fut le premier historien moderne à travailler sur la préciosité au XVIIe siècle. Il réunit donc ici Le Grand dictionnaire des pretieuses, ou Clef de la langue des ruelles [salons], reprenant la seconde édition augmentée de 1660, Le Grand dictionnaire des pretieuses, historique, poetique, geographique, cosmographique, cronologique, & armoirique, d’après l’édition originale de 1661, ainsi que deux comédies, Les Véritables précieuses et Le Procès des précieuses, également d’après leurs originales de 1660. À cela, Charles-Louis Livet ajoute, en édition originale, sa propre étude biographique des « précieuses » intitulée Clef historique et anecdotique du Grand Dictionnaire des précieuses. Bel exemplaire relié dans l’esprit du XVIIe siècle. Beaux esprits du Grand Siècle – BOSSUET (Jacques-Bénigne) et alii. Manuscrit autographe signé de Félix-Sébastien FEUILLET DE CONCHES (signature avec paraphe sur une des premières gardes, et paraphes sur plusieurs feuillets), intitulé « Lettres inédites de Jacques-Bénigne Bossuet, du cardinal Le Camus, de Colbert, archevêque de Rouen, de Fénelon, de Claude Fleury, de Fléchier et de Mascaron, recueillies sur les originaux ». 1837-1838 et s.d. In-4, environ 390 pp., veau fauve, dos à nerfs cloisonné et fleuronné avec monogramme doré répété aux entrenerfs et pièces de titre brune et noire, encadrement à la Duseuil doré sur les plats, coupes filetées, dentelle intérieure dorée , coupes, mors et coiffes légèrement frottés (Niedrée). CORRESPONDANCES DE CELEBRES HOMMES D’ÉGLISE DU XVIIe SIECLE, PRINCIPALEMENT ADRESSEES AU PHILOSOPHE, THEOLOGIEN ET PHILOLOGUE PIERRE-DANIEL HUET, ami de Ménage et de madame de Lafayette, qui fut évêque d’Avranches, sous-précepteur du Dauphin auprès de Bossuet, et membre de l’Académie française. Parmi les autres destinataires se trouvent ici Bossuet, l’abbé Claude Nicaise, le futur évêque d’Auxerre Charles de Caylus, Michel Chamillart, le Père François de La Chaize, le cardinal Angelo Maria Quirini, mademoiselle de Montpensier ou mademoiselle de Scudéry. Avec une lettre de Charles Perrault, et les passages d’un livre de Pierre-Daniel Huet que, selon Feuillet de Conches, Jean Racine auraient indiqués de sa main comme ayant suscité son intérêt. Feuillet de Conches a accompagné l’ensemble de notes historiques et d’une table générale, rédigées par ses soins. Il a également illustré le volume en y ajoutant 5 planches gravées sur cuivre, portraits de Bossuet, Caylus, Fénelon, La Chaize, Quirini. LE DIPLOMATE, COLLECTIONNEUR, HISTORIEN ET FAUSSAIRE FEUILLET DE CONCHES (1798-1887) : entré dans la carrière diplomatique en 1824 sous la protection de Talleyrand, il occupa des postes importants jusqu’à sa retraite en 1874, notamment introducteur des ambassadeurs puis directeur du protocole avec statut de ministre plénipotentiaire. Durant cette période, il montra déjà un certain goût pour les « arrangements » avec la réalité, prenant le titre de baron et modifiant son nom de famille en « Feuillet de Conches », quoiqu’issu de la classe populaire, fils de Joseph-Philibert Feuillet et de Denise Conches. Il développa un goût pour la collection dès sa jeunesse, et fit l’acquisition de nombreux objets d’art et d’autographes, mais se montra parfois peu regardant sur leur provenance, et dut ainsi par exemple restituer une lettre de Montaigne à la Bibliothèque nationale. Il trouva dans ses collections et recherches la matière de nombreuses publications, en revue comme en librairie, études historiques et éditions de correspondances, dont le célèbre Marie-Antoinette et Mme Élisabeth, lettres et documents (1864-1873). Il fut cependant prouvé qu’il avait « inventé » des documents pour appuyer ses thèses, et même fait d’admirables faux pour en tirer profit chez les marchands, entre autres des lettres de Marie-Antoinette.