Description
Traduit automatiquement par DeepL. Seule la version originale fait foi.
Pour voir la version originale, cliquez-ici.

114 

Bague byzantine en or avec Jésus et les archanges. 6e-7e siècle de notre ère. Une bague spectaculaire en or avec un anneau de section D hautement décoré, une croix à la base de l'anneau avec des volutes de chaque côté de la ligne médiane rainurée, des épaules balustres avec des palmettes ajourées, chacune avec une cellule en relief sertie d'une perle de semence ; une lunette ovale enchâssée dans un cadre ajouré comprenant des lamelles discoïdes, une inscription gravée face à la lunette indiquant "BEAT" et "CION" en latin et en grec pour Jérusalem céleste, la lunette présentant trois personnages vêtus dans le style classique, dont Jésus-Christ assis tenant une croix brisée et ornée de bijoux, l'archange Gabriel à sa gauche, tenant une palme de victoire, et de l'autre côté l'archange Michel tenant une croix brisée.Voir le Royal Ontario Museum, numéro d'accession 994.220.39, pour une bague en or avec un ange portant une croix ; cf. Spier, J., Byzance et l'Occident, la bijouterie au premier millénaire, Londres, Paris, Chicago et New York, 2012, fig.9.1, pour le même style de bague avec un chaton en pierre ; une bague en or du 6e-7e siècle avec des anges, une croix et Dieu au British Museum (numéro d'accession AF.287) dans Dalton, O.M., Catalogue of Early Christian Antiquities and Objects from the Christian East in the Department of British and Medieval Antiquities and Ethnography of the British Museum, Londres, 1901, n° 189.6,66 grammes, 22,47 mm hors tout, 18,68 mm de diamètre intérieur (taille approximative : O britannique, 7 américaine, 14,98 européenne, 14 japonaise) (1"). Propriété d'un gentleman londonien ; anciennement dans une collection londonienne des années 1980, Royaume-Uni ; accompagné d'un rapport archéologique du Dr Raffaele D'Amato et d'un rapport et d'une évaluation d'un spécialiste indépendant, Anna Rogers, gemmologue diplômée et experte en bijoux, GIA GG, BA, Gem-A, réf. 174326/24/03/2021 ; ce lot a été vérifié dans la base de données Interpol des œuvres d'art volées et est accompagné du certificat AIAD n° 10629-174326.Un grand nombre de bagues romaines chrétiennes n'étaient pas serties de pierres précieuses, mais avaient des chatons gravés d'images figuratives ou d'inscriptions. La préférence marquée des Romains orientaux pour l'iconographie religieuse a donné lieu à des exemples remarquables de bagues merveilleuses. Les bagues avec des anges tenant une croix en forme de tige sont très répandues, surtout aux 6e et 7e siècles, lorsque la nouvelle iconographie chrétienne a atteint son apogée en remplaçant l'ancienne iconographie païenne. L'ange remplace la Victoire ailée dans l'iconographie romaine et les commandants des anges, les archanges, sont représentés comme les gardiens des côtés sacrés de Dieu, à l'instar des gardes du corps impériaux qui étaient les gardiens des côtés sacrés (custodes Sacri Lateris) de l'empereur romain (Vasilefs) à Constantinople. Les bagues portaient souvent des invocations au Christ ou à la Mère de Dieu, aux protecteurs divins, à l'aide dans la paix et la guerre, et contre les maladies. L'inscription est inhabituelle et elle semble une dépendance ultérieure sur les lappets, compte tenu de la double utilisation des lettres latines et grecques. Le style de l'incision est cependant indubitablement du 6e-7e siècle, de même que la croix gravée sur le corps de l'anneau, qui rappelle la croix du Diptyque Barberini portée par l'ange au-dessus des figures de Justinien triomphant à cheval et de Bélisaire. Une vidéo de ce lot est disponible sur le site de TimeLine Auctions.

Livraison

Localisation de l'objet :
Royaume-Uni - W1B 3HH - londres

La livraison est optionnelle

Vous pouvez recourir au transporteur de votre choix.

Informations de vente