Description

Circle of JUAN RIBALTA (Madrid, c. 1596-Valencia, 1628). "San Pedro". Oil on canvas.

Cercle de JUAN RIBALTA (Madrid, vers 1596-Valence, 1628).
"San Pedro".
Huile sur toile.
La toile originale est conservée. Elle présente des défauts, des repeints et des restaurations anciennes.
Mesures : 44 x 36 cm.
Saint Pierre (Bethsaïde, vers 1 avant J.-C. - Rome, 67) était, selon le Nouveau Testament, un pêcheur, connu pour être l'un des douze apôtres de Jésus. L'Église catholique l'identifie par la succession apostolique comme le premier pape, en se basant notamment sur les paroles que Jésus lui a adressées : "Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église, et la puissance de la Mort ne prévaudra pas contre elle. Je te donnerai les clés du Royaume des Cieux. Ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux". On peut dire que saint Pierre a été le confesseur de Jésus, son disciple le plus proche, tous deux étant unis par un lien très spécial, comme le racontent les évangiles canoniques et apocryphes.
Juan Ribalta (Madrid, vers 1596-Valence, 1628) est un peintre baroque qui a développé sa carrière dans la ville de Valence. Il a commencé sa formation artistique sous la direction de son père, le célèbre artiste Francisco Ribalta, adepte de la peinture caravagesque. Toujours lié à l'atelier de son père Juan Ribalta, il signe sa première œuvre à l'âge de dix-huit ans dans l'atelier de son père. Trois ans plus tard, en 1618, il se marie, obtenant ainsi une position économique avantageuse, et commence à s'associer au monde de la littérature. Son œuvre picturale se caractérise par un style esthétique ténébreux très proche de la qualité picturale de son père. Cependant, Juan Ribalta se base initialement sur les préceptes du maniérisme, auquel il applique certaines touches naturalistes. Plus tard, sa peinture commence à montrer un certain intérêt pour l'anecdotique et le quotidien, caractéristiques largement présentes dans l'atelier de Bassano, artiste qui l'a beaucoup influencé. Dans sa dernière période, sa peinture s'oriente vers un langage beaucoup plus sobre et naturaliste, proche là encore de celui de son père. Cependant, malgré la renommée de son père, le talent de Juan Ribalta était très apprécié ; en fait, Palomino était un grand défenseur de son œuvre, lui dédiant ces mots : "en ce que la manière du père était plus définie, et celle du fils un peu plus lâche et plus battue". Toutefois, il convient de noter que sa mort prématurée nous a laissé l'œuvre d'un grand peintre qui était encore en train de façonner son propre langage pictural.

Traduit automatiquement par DeepL. Seule la version originale fait foi.
Pour voir la version originale, cliquez-ici.

Aller au lot
<
>

Circle of JUAN RIBALTA (Madrid, c. 1596-Valencia, 1628). "San Pedro". Oil on canvas.

Estimation 3 000 - 4 000 EUR

* Hors frais de vente.
Reportez vous aux conditions de vente pour calculer le montant des frais.

Livraison

Localisation de l'objet :
Espagne - 08009 - barcelona

La livraison est optionnelle

Vous pouvez recourir au transporteur de votre choix.

Informations de vente

En vente le mercredi 22 sept. - 15:30 (CEST)
barcelona, Espagne
Voir le catalogue Consulter les CGV Infos vente

Vous aimerez peut-être

École espagnole ; deuxième tiers du XVIIe siècle. "L'extase de San Francisco". Huile sur toile. Relié. Il manque la peinture et le cadre du XIXe siècle. Mesures : 121 x 91 cm ; 147 x 116 cm (cadre). Dans cette toile, de caractère dévotionnel de par sa composition, claire et simple, l'auteur nous offre une image de Saint François d'Assise, vêtu du sac franciscain, avec une corde de trois nœuds attachée à la taille que l'on peut à peine apprécier. Les trois nœuds représentent les trois vœux de pauvreté, de chasteté et d'obéissance. Le saint est représenté en pied, debout devant un paysage à l'horizon bas et au ciel clair, le regard dirigé vers le ciel et les bras ouverts, dans les mains desquels on peut voir les stigmates. Il s'agit donc d'une représentation de Saint François, en extase, recevant les stigmates. L'histoire raconte que saint François, alors qu'il était retiré sur la montagne, eut une vision dans laquelle le Christ lui apparut, des plaies duquel sortirent des rayons, causant au saint des stigmates sur ses mains et ses pieds. Dans ce cas particulier, il convient de noter la présence de deux personnages, l'un courant sur le pont et l'autre lisant sur le côté droit de la composition. En raison de la présence du personnage qui lit, il pourrait s'agir d'une scène narrative représentant le saint à différents moments de sa vie. Saint François (Assise, Italie, 1182 - 1226) était le fils d'un riche marchand italien. Baptisé Jean, il est rapidement surnommé "Francesco" (le petit Français), car sa mère était originaire de ce pays. Sa jeunesse fut joyeuse et insouciante jusqu'à l'âge de vingt-cinq ans, où il changea complètement et commença à se consacrer au service de Dieu, en pratiquant l'idéal évangélique : pureté, détachement et joie dans la paix. Francesco renonce au grand héritage qu'il avait reçu de ses parents et décide de vivre pauvrement, en donnant l'exemple d'un authentique chrétien. Il eut bientôt plusieurs jeunes disciples, appelés par le saint "ordre des Frères mineurs". En 1210, le pape Innocent III leur accorde la fondation du nouvel ordre et les encourage dans leur travail évangélique. Lors d'une retraite sur la montagne, le Christ lui est apparu, et la légende veut que des rayons sortent de ses blessures, provoquant chez François divers stigmates. De son vivant, il était un personnage légendaire, considéré comme une relique vivante. De même, sa poésie exquise et sa familiarité avec la nature ajoutent l'accent le plus humain que l'on connaisse chez un saint, comme on peut le voir dans son "Cantique au soleil".

École espagnole ; XVIIe siècle. "San Jeronimo Pénitent". Huile sur toile. Antiquité relatée. Elle présente des repeints, des restaurations et des défauts dans le tableau. Mesures : 95,5 x 121 cm. Dans cette toile, le thème de Saint Jérôme pénitent dans le désert est abordé à travers une composition classique, claire et ouverte. Ainsi, le saint apparaît en pied, mis en valeur par l'éclairage et aussi par le ton cramoisi intense de son manteau. Il se trouve dans un cadre rocheux, fermé des deux côtés et ouvert sur un paysage défini par la présence d'un ciel gris et plombé dominé par la présence d'une ville au loin. En revenant au centre de la scène, il convient de noter la posture du saint, concentré, lisant la Bible, tout en dirigeant une de ses mains vers sa poitrine et en levant l'autre vers le ciel, se montrant ainsi au spectateur comme un intercesseur de la parole de Dieu. À côté de lui, seulement sur le côté droit de la composition, on peut voir les attributs du saint, comme le crâne, le bonnet rouge et la tête de lion dans le coin inférieur, tous enveloppés dans une pénombre nuancée, une caractéristique qui empêche de voir ces éléments à l'œil nu, laissant ainsi la figure du saint, imprégnée d'une chaude luminosité, occuper le devant de la scène. L'un des quatre grands docteurs de l'Église latine, saint Jérôme est né près d'Aquilée (Italie) en 347. Formé à Rome, il était un rhéteur et un polyglotte accompli. Baptisé à l'âge de dix-neuf ans, il se retire dans le désert syrien entre 375 et 378 pour mener une vie d'anachorète. Il revint à Rome en 382 et devint un collaborateur du pape Damase. L'une des représentations les plus fréquentes de ce saint est sa pénitence dans le désert. Ses attributs sont la pierre qu'il utilise pour se frapper la poitrine et le crâne sur lequel il médite. On trouve également la cape de cardinal (ou manteau rouge), bien qu'il n'ait jamais été cardinal, et le lion apprivoisé. Ce dernier provient d'une histoire de la "Légende dorée", où il est raconté qu'un jour, alors qu'il expliquait la Bible aux moines de son couvent, il vit un lion boiter vers lui. Il lui enleva l'épine de la patte et le garda désormais à son service, lui demandant de surveiller son âne pendant qu'il broutait. Des marchands volèrent l'âne, et le lion le récupéra, le rendant au saint sans blesser l'animal. Saint Jérôme est l'un des saints les plus représentés au XVIIe siècle, sa popularité étant largement due à son travail de traduction et de diffusion des Saintes Écritures. C'est pourquoi, après la scission de l'Église et la Contre-Réforme qui s'en est suivie, le christianisme a mis en avant les valeurs de toutes ces figures religieuses qui symbolisaient les éléments faisant partie des attaques protestantes.

Cercle de JERÓNIMO JACINTO ESPINOSA (Cocentaina, Alicante, 1600-Valence, 1667). "Buste de Saint Sébastien". Huile sur toile. Relié. Elle présente d'importants dalos et restaurations. Mesures : 42 x 37 cm. L'expression dramatique de ce portrait, ajoutée à la jeunesse et à l'anatomie du protagoniste, invitent le spectateur à réfléchir à la représentation de Saint Sébastien. Né en Gaule et élevé à Milan, Sébastien était un centurion de la première cohorte à l'époque de l'empereur Dioclétien (fin du IIIe - début du IVe siècle). Dénoncé parce qu'il exhortait ses amis Marc et Marcellin à rester fermes dans leur foi, il fut, sur ordre de l'empereur, attaché à un poteau au centre du Champ de Mars, et servit de cible vivante aux archers qui le tiraient. Mais il ne mourut pas pour autant. La veuve Irène, qui voulait relever son corps pour l'enterrer, remarqua qu'il respirait encore, pansa ses blessures et lui sauva la vie. Après sa guérison, il réapparut devant Dioclétien pour lui reprocher sa cruauté envers les chrétiens. Il fut alors flagellé, battu à mort dans un cirque et son cadavre fut jeté dans l'égout Maximien. Peu de temps après, saint Sébastien apparut à sainte Lucila dans son sommeil pour lui révéler l'emplacement de sa dépouille et lui demander de l'enterrer dans les catacombes. En raison de ses caractéristiques esthétiques, l'œuvre peut être rattachée au cercle artistique de Jerónimo Jacinto Espinosa, qui a représenté les saints à de nombreuses reprises, notamment le Saint Jean du Museo del Prado, dont le visage rappelle largement la présente œuvre. Espinosa a signé sa première œuvre majeure, Le Miracle du Christ du Sauvetage, en 1622-23. Dans cette toile, il montre déjà un style pleinement mature, qui lui vaut bientôt de nouvelles commandes de la part de divers couvents valenciens. Son magistral portrait du dominicain Jerónimo Mos (1628) date également de cette période. Espinosa a également travaillé pour la noblesse locale, bien que nombre des œuvres qu'il a exécutées avant 1640 aient été perdues. Dans les années suivantes, et surtout dans la dernière décennie de sa vie, il a produit ses œuvres les plus remarquables, et a travaillé pour la cathédrale, l'université et la ville de Valence elle-même. Il convient également de noter que nous avons conservé quelques dessins de sa main, qui nous permettent de mieux comprendre son système de travail. Il s'agit d'études sur le vif, essentielles pour atteindre le réalisme de sa peinture. Son travail sur toile était rapide, avec des coups de pinceau à la vénitienne, des glacis et des pâtes fluides. En conséquence, il a atteint une brillance de couleur louée par ses contemporains. Les œuvres d'Espinosa sont actuellement conservées au musée du Prado, au musée des beaux-arts de Valence, à l'université de Valence, au musée national d'art de Catalogne, au musée de la ville de Valence et dans d'autres collections, tant publiques que privées, ainsi que dans divers centres religieux de la région de Valence.

Ecole italienne ; 19ème siècle. "Saint Jérôme". Huile sur toile. Reliure. Elle présente des défauts et des restaurations. Il manque le cadre. Mesures : 39 x 34 cm. Cette œuvre, qui se distingue par son coup de pinceau empâté très lâche, suit dans sa conception picturale, bien que non techniquement, des modèles esthétiques typiques du XVIIe siècle. L'auteur présente un portrait dans lequel seul le visage du sujet est visible, sur un fond neutre aux tons ocre et au caractère indistinct. Les caractéristiques physiques du sujet, comme son âge avancé, sa barbe et le peu de vêtements qu'on peut voir, sont conformes aux représentations typiques de la figure de saint Jérôme. L'un des quatre grands docteurs de l'Église latine, saint Jérôme est né près d'Aquilée (Italie) en 347. Formé à Rome, il était un rhéteur et un polyglotte accompli. Baptisé à l'âge de dix-neuf ans, il se retire dans le désert syrien entre 375 et 378 pour mener une vie d'anachorète. Il revint à Rome en 382 et devint un collaborateur du pape Damase. L'une des représentations les plus fréquentes de ce saint est sa pénitence dans le désert. Ses attributs sont la pierre qu'il utilise pour se frapper la poitrine et le crâne sur lequel il médite. On trouve également la cape de cardinal (ou manteau rouge), bien qu'il n'ait jamais été cardinal, et le lion apprivoisé. Ce dernier provient d'une histoire de la "Légende dorée", où il est raconté qu'un jour, alors qu'il expliquait la Bible aux moines de son couvent, il vit un lion boiter vers lui. Il lui enleva l'épine de la patte et le garda désormais à son service, lui demandant de surveiller son âne pendant qu'il broutait. Des marchands volèrent l'âne, et le lion le récupéra, le rendant au saint sans blesser l'animal.