31 

* Pierre-Jules HETZEL (1814-1886) éditeur et écrivain. 2 L.A.S. « J H », Bruxelles janvier-février 1858, à Victor HUGO ; 4 pages in-8 ; en haut de la 2e, Victor Hugo a inscrit un R montrant qu’il a répondu. 22 janvier, sur les suites de l’attentat d’Orsini (14 janvier) : « On tient beaucoup paraît-il à trouver une main française dans cette affaire ; mon avis est qu’on devrait être ravi de n’en trouver pas. Cependant voilà qu’on va faire la chasse aux proscrits comme à des bêtes fauves dans le monde entier, et on s’étonnera après, que l’effet soit d’accord avec la cause. Nous voici devant un embarras sérieux pour la petite Belgique, Dieu sait pourtant si nous sommes sages dans notre coin. Le ministère effrayé attend dans l’anxiété la liste des demandes qu’on va lui faire. Pourquoi y a-t-il des proscrits se disent les bourgeois de ce pays. Et pas un ne s’avise de répondre : “parce qu’il y a des proscripteurs” ». Puis il parle de Veuillot qui a détourné un vers d’Hugo, de Charras, des traités avec Hachette… 12 février. Son voyage à Paris est ajourné, et il regrette de n’avoir pu rencontrer Mme Hugo et sa fille ; il espère que la situation très tendue va s’améliorer : « Les conseillers de l’empereur sont, dit-on, emportés bien contre son cœur, dans les voies de la sévérité »… Il ajourne des projets de publication : « il faut laisser passer l’orage ». Puis il évoque avec humour la « colonie » des Hugo : « je vous plains néanmoins d’avoir une si belle et si robuste famille. Moi qui n’ai qu’un mioche, rose et frêle, j’ai peine à le soutenir ! Il vous faut des muscles d’Hercule pour porter votre pyramide »…

Livraison

Localisation de l'objet :
France - 75009 - paris

La livraison est optionnelle

Vous pouvez recourir au transporteur de votre choix.

Informations de vente

paris, France