Description

SANDRART, Joachim von
L'Academia tedesca della architectura, scultura, e pittura, oder teutsche Academie der edeln Bauund Mahlerey-Künste
Nuremberg et Francfort, Jacob von Sandrart, Mattheus Merian, Christian Sigismund Froberg, 1675-1692.

ENCYCLOPÉDIE DE LA PEINTURE PAR LE VASARI ALLEMAND, QUI VÉCUT À ROME AUX CÔTÉS DE POUSSIN ET DU LORRAIN.
SUPERBE EXEMPLAIRE EN MAROQUIN ROUGE DU XVIIIe SIÈCLE AYANT APPARTENU AU DUC DE HAMILTON.
ÉDITION ORIGINALE
7 volumes in-folio (387 x 210mm) réunissant 12 parties
ILLUSTRATION TOTALE: un titre gravé, 11 frontispices, 5 portraits, un plan de Rome ancienne et 631 planches
COLLATION DÉTAILLÉE SUR DEMANDE
RELIURES FRANÇAISES DU XVIIIe SIECLE. Maroquin rouge, triple filet doré, tranches dorées

PROVENANCE: Alexander Hamilton, 10e duc de Hamilton, 7e duc de Brandon (1767 - 1852; grand ex-libris armorié, sa vente, Cat., Sotheby's, Londres, mai 1884, n° 1773-1774-1775-1776-1777-1778) - Librairie Henri Lefèvre

Joachim von Sandrart (1606-1688), peintre et graveur, originaire de Francfort, est à la fois l'un des grands artistes allemands du XVIIe siècle et l'auteur de l'une des premières encyclopédies de l'art. Théoricien de la peinture autant que grand biographe de sculpteurs et de peintres à l'instar de Vasari, il transmettra à l'Allemagne l'héritage de Rome, ancienne et moderne. Après des études à Hanau, Nuremberg et Prague, il se rend à Utrecht où il rejoint Van Honhorst. En 1627, il l'accompagne en Angleterre pour étudier les collections de Charles Ier et du duc de Buckingham. Il passe ensuite huit ans en Italie et principalement à Rome, où il se lie d'amitié avec les peintres français dont Claude Gellée dit le Lorrain, qu'il accompagnait souvent dans la campagne romaine.
Après un séjour à Venise où il étudie Titien et Véronèse, il visite Bologne, Florence, Ferrare et Naples. À son retour à Rome, il réalise le portrait du Pape Urbain VIII. Vélasquez lui commande une Mort de Sénèque. En 1635, il revient en Allemagne. Chassé de Munich par les Français, il continue ses pérégrinations européennes et s'installe à Amsterdam. Puis, il travaille à Vienne pour l'empereur Ferdinand III et s'installe à Nuremberg en 1674.
Sandrart illustre également les techniques de peinture, enseigne l'art du "clair-obscur" et propose l'une des toutes premières représentations d'une lanterne magique. L'Iconologia deorum (1680), la plus belle encyclopédie baroque de la mythologie ancienne, présente un répertoire de figures pour la représentation des dieux de l'Antiquité. Certaines des planches sont aussi des oeuvres d'imagination comme celle intitulée "Char".
L'oeuvre de Sandrart s'appuie sur cette idée centrale et proprement classique que l'art doit d'abord s'enseigner, que les jeunes artistes, pour peindre des chefs-d'oeuvre, doivent maîtriser l'histoire de l'art et de ses techniques:
Rome est ainsi toujours à la fois ancienne et moderne.
Depuis Brunet, cette réunion de dix ouvrages est reconnue comme d'une grande rareté en reliure uniforme.
Aucun exemplaire n'en a été proposé sur le marché des ventes aux enchères depuis 1977. Les volumes de l'exemplaire de la vente Kissner (1990) étaient en reliures dépareillées.

RÉFÉRENCES: Brunet V, 124-125: "ces différents ouvrages de Sandrart sont recherchés mais il est difficile de les trouver réunis" - Joachim von Sandrart (1608-1688). Ein Europäischer Künstler aus Frankfurt. Francfort, Historisches Museum, 2006 (catalogue de l'exposition)