Description

OLIVIER, Jean
Pandora. Andium hierophantae
Lyon, Étienne Dolet, 1541
EXEMPLAIRE PROVENANT DES COLLECTIONS D'AGUESSEAU ET WODHULL [Relié avec:] (2) LE ROY, Louis. G. Budaei viri Clariss. Vita per Ludovicum Regium, ad Gulielmum Poietum magnum
Franciae cancellarium. Paris, Jean Roigny, 1540
ÉDITIONS ORIGINALES In-4 (221 x 163mm). (1) Initiale de 9 lignes en blanc sur fond noir. Marque typographique de Dolet sur la page de titre (Longeon 1, Silvestre 183) et au verso du dernier feuillet (Longeon 1, Silvestre 183). (2) Initiales gravées sur bois
COLLATION: (1): a-f4 g2: 26 feuillets, a1r-g2v paginés 1-50; (2) a-e4 f6 g-i3: 35 feuillets, a1r-i3v paginés 1-70, avec une erreur de pagination
CONTENU: (1): a1r titre, a2r Stephanus Doletus Francisco
Oliverio Cancellario Alenconensi Sal., a3r Pandorae argumentum, b1v Ad benevolum Lectorem, b2r Pandora, f2r Ad illustrem..., f2v Epigrammata amirocum, g2v marque typographique; (2): a1r titre, a1v privilège, a2r G. Budaei Vita, f6r Doctorum Hominum Epigrammata, i3v Finis
RELIURE DE L'ÉPOQUE. Veau brun, décor à froid, fleuron dans un encadrement au centre des plats, dos à nerfs, pièces de titre en maroquin rouge

PROVENANCE: ex-dono du XVIe siècle sur le contreplat inférieur: "P. Hamelii & Amicorum Ex dono Gastonis Olivarii
Andium Archidiaconi" - Gaston Olivier (?-1550), archidiacre et chanoine d'Angers - Henri-François d'Aguesseau (1668- 1751), chancelier, Garde des sceaux, Cat., Paris, 1785, n° 3118
- acheté par Michael Wodhull (1740-1816), avec ses marques habituelles de provenance: son prix d'acquisition, 6 livres à Paris dans la vente d'Aguesseau, ses dates de collation, 10 septembre 1785, et de lecture, 6 février 1791, ses mentions de collation et de références: Bibliothèque instructive n° 4005, Bibliothèque
Pinelli n° 7049, (sa vente, Cat., Londres, Sotheby's, 1831, n° 1831) - cachet ex-libris aux initiales "EK" dans un coin du feuillet de garde RARETÉ: (1) plus de 5 exemplaires conservés dans les institutions publiques; RBH et ABPC: deux exemplaires, l'un en vélin (d'époque ?) en 1950, l'autre en reliure moderne; aucun exemplaire sur vialibri; fichier Berès: deux exemplaires: l'un en cartonnage moderne en 1973 (librairie Jammes), l'autre dans une reliure non décrite en 1977; (2) plus de 5 exemplaires conservés dans les institutions publiques, mais aucun aux États-Unis; rare sur le marché: rien sur RBH, ABPC et vialibri
Petites taches d'encre aux pages 4 et 5
Jean Olivier, poète et helléniste, mort en 1540, avait été abbé de Saint-Denis puis évêque d'Angers en 1532.
Pandora est considéré comme la meilleure oeuvre latine du poète. "L'auteur suppose que les femmes sont la boîte de Pandore d'où sont sortis tous les maux de ce monde" (Brunet). Gaston Olivier, possesseur de cet exemplaire, fut grand archidiacre de l'église d'Angers. Il était présent aux obsèques de Jean Olivier le 13 avril 1540. Il était sans doute lié à Jean et François Olivier.
C'est Claude Cottereau qui adressa le Pandora de Jean Olivier à Étienne Dolet. Séduit par l'invention et l'expression, il décida de l'imprimer. Il donna cette édition in-4 en 1541 et en rédigea l'épître dédicatoire, adressée à François Olivier, chancelier de France et neveu de Jean Olivier. Le texte est imprimé en italiques, avec les capitales penchées, que Dolet utilisa pour la première fois pour ses Carmina. La seconde édition de Pandora fut imprimé à Paris par Charles L'Angelier en 1542, dans un format in-8 (voir n° 35).
Le second ouvrage de ce volume est une biographie de Guillaume Budé par Louis Le Roy (1510-1577).
Professeur au collège de France, traducteur, esprit sarcastique, Le Roy se fit un certain nombre d'ennemis, dont du Bellay, qui le railla souvent. Il traduisit, entre autres, Platon et Aristote. Cette Vie de Guillaume Budé parut l'année même de la mort de Budé.

RÉFÉRENCES: (1): USTC 140261 - Brunet IV, 181 - Longeon 129 - Copley Christie 26 - Étienne Dolet, Correspondance, Genève, 1982, éd. Longeon, p. 84 - A. Blordier-Langlois, Angers et l'Anjou, Angers, 1843, pp. 54-55; (2) USTC 182407 - Brunet III, 999: "le premier et l'un des meilleurs ouvrages de L. Le Roy"