lot 9

Live

ANCIEN RÉGIME. – Ensemble de 18 lettres et pièces, XVIIe-XVIIIe siècles. – SAVOIE (Christine de France, duchesse régente de). 10 documents signés, en italien, soit : 8 lettres signées et une pièce signée au marquis Guido Villa, colonel général de la cavalerie du duché de Savoie, lieutenant général des armées du roi de France et commandant en chef de l'armée de Piémont, et une lettre signée au fi ls de celui-ci, également offi cier, Ghirone Francesco Villa, comte de Camerano. Turin puis Rivoli, janvier-juillet 1647. Correspondance concernant principalement LES OPÉRATIONS MILITAIRES DES TROUPES SAVOYARDES ENGAGÉES AUX CÔTÉS DE LA FRANCE DANS LA GUERRE DE TRENTE ANS. Sous la régence de Christine de France, soeur de Louis XIII, la Savoie fut l'alliée de celui-ci. « Hoggi ci è pervenuta la lettera che V.S. ci scrisse hieri. Gl'avisi in essa contenuti ci sono molto cari e massime la sua risolutione ad opporsi a tutto potere, a dissegni de nemici. Se ben sia inferiore in numero alle loro forze, confi diamo però molto nel suo valore e nella sua prudenza... » Traduction : « Aujourd'hui nous est parvenue la lettre que V.S. nous écrivit hier. Les avis contenus dans celle-ci nous sont très chers, et plus grande encore votre résolution de vous opposer à toute force aux desseins des ennemis. Si vous êtes bien inférieur en nombre à leurs forces, nous nous fi ons toutefois beaucoup à votre valeur et à votre prudence... » (Turin, 19 mai 1647). – « Tutti gli avisi che qua ci capitano sono uniformi che il dissegno de Spagnoli tenda dalla parte di Alba. V.S. potrà meglio conoscerlo sul luogo, perché più da vicino può discernere gli andamenti de nemici. In tal caso, stimaressimo grandemente avantaggioso al servitio di S.A.R. mio fi glio amatissimo, et alla conservatione di quella piazza, che ivi si conducesse il sr di Megianes, il quale possedendo unitamente isperienza e valore, in occasione di attacco potrebbe rendersegli utilissimo... » Traduction : « Tous les avis qui nous arrivent ici sont unanimes, que le dessein des Espagnols tend du côté d'Albe. V.S. pourra mieux connaître sur les lieux, parce que plus près elle peut discerner les mouvements des ennemis. En ce cas, nous trouverions grandement avantageux pour le service de S.A.R. mon fi ls bien-aimé et pour la conservation de cette place, que vous y conduisiez le Srde Megianes [Méjanes, colonel français au service de Savoie], lequel, possédant à la fois expérience et valeur, pourrait en cas d'attaque se rendre très utile... » (24 mai 1647). « ... Il pensiero ch'ella ha di rompere il soccorso del Finale venendo è ottimo... Lo squadrone di Savoia è tutto di qua da monti, et attenderà con ogni diligenza ad unirsi per essere al servitio. Anche di Francia si vanno ingrossando le truppe, onde ben tosto le cose saranno in buon essere... » Traduction : « L'idée que vous avez de rompre le secours de Finale en venant est très excellente... Le bataillon de Savoie est tout en deçà des montagnes, et s'occupera à se réunir en toute diligence pour être au service. Même de France les troupes vont grossissantes, d'où vient que bientôt les choses seront en bonne disposition » (Rivoli, 25 juin 1647). – ARGENSON (Marc René de Voyer de Paulmy d'). 4 documents, soit : une pièce autographe signée en qualité de lieutenant général de police de Paris concernant une aff aire à laquelle le roi s'est personnellement intéressé (1697), 2 lettres autographes signées, la première probablement à madame de Maintenon, concernant un placet que Pontchartrain a apostillé (1705), la seconde à un haut personnage de l'État, concernant le prince de La Riccia qui avait comploté contre le vice-roi de Naples et qui était prisonnier en France depuis 1703 (1713), et une lettre signée en qualité de directeur de l'administration principale des Finances, concernant les appointements des commissaires de la Chambre royale de Nantes (1720).– RICHELIEU (Louis François Armand de Vignerot Du Plessis, duc de). Lettre autographe signée « le m. duc de Richelieu » en qualité de commandant en chef du Languedoc, [adressée au ministre de la Religion prétendue réformée, le duc de La Vrillière, Louis Phélypeaux]. Choisy, 31 mai 1750. Protestations contre un diff amateur qui, en Cour de Rome, l'accuse d'indulgence envers « les calvinistes de Languedoc ». – LOUIS XV. Lettre signée (secrétaire) contresignée par le duc Étienne-François de Choiseul en qualité de secrétaire d'État à la Guerre (griff e), adressée à Pierre-Antoine de Pascalis. Versailles, 8 mai 1762. Le roi lui annonce qu'il est admis à la dignité de chevalier de l'Ordre de Saint-Louis. – LOUIS XV. Lettre signée (secrétaire) au gouverneur de Bretagne, le duc de Penthièvre, Louis Jean Marie de Bourbon. Versailles, « 3 décembre ». 1 p. 3/4, adresse au dos avec cachet armorié de cire rouge, déchirures dues à l'ouverture aff ectant plusieurs mots dont la date, marges restaurées. Félicitations pour son action dans la province de Bretagne. – PARMENTIER (Antoine Augustin). Lettre autographe signée [au botaniste et agronome Mathieu Tillet]. Aux Invalides [Paris], 15 septembre 1785. Concernant le « blé moucheté » et l'utilité d'un ouvrage de Tillet, qui serait imprimé en 1785 sous le titre Précis des expériences faites par ordre du roi à Trianon, sur la cause de la corruption des blés, et sur les moyens de la prévenir , à la suite duquel est une instruction propre à guider les laboureurs dans la manière dont ils doivent préparer le grain avant de le semer.

Description


ANCIEN RÉGIME. – Ensemble de 18 lettres et pièces, XVIIe-XVIIIe siècles. – SAVOIE (Christine de France, duchesse régente de). 10 documents signés, en italien, soit : 8 lettres signées et une pièce signée au marquis Guido Villa, colonel général de la cavalerie du duché de Savoie, lieutenant général des armées du roi de France et commandant en chef de l'armée de Piémont, et une lettre signée au fi ls de celui-ci, également offi cier, Ghirone Francesco Villa, comte de Camerano. Turin puis Rivoli, janvier-juillet 1647. Correspondance concernant principalement LES OPÉRATIONS MILITAIRES DES TROUPES SAVOYARDES ENGAGÉES AUX CÔTÉS DE LA FRANCE DANS LA GUERRE DE TRENTE ANS. Sous la régence de Christine de France, soeur de Louis XIII, la Savoie fut l'alliée de celui-ci. « Hoggi ci è pervenuta la lettera che V.S. ci scrisse hieri. Gl'avisi in essa contenuti ci sono molto cari e massime la sua risolutione ad opporsi a tutto potere, a dissegni de nemici. Se ben sia inferiore in numero alle loro forze, confi diamo però molto nel suo valore e nella sua prudenza... » Traduction : « Aujourd'hui nous est parvenue la lettre que V.S. nous écrivit hier. Les avis contenus dans celle-ci nous sont très chers, et plus grande encore votre résolution de vous opposer à toute force aux desseins des ennemis. Si vous êtes bien inférieur en nombre à leurs forces, nous nous fi ons toutefois beaucoup à votre valeur et à votre prudence... » (Turin, 19 mai 1647). – « Tutti gli avisi che qua ci capitano sono uniformi che il dissegno de Spagnoli tenda dalla parte di Alba. V.S. potrà meglio conoscerlo sul luogo, perché più da vicino può discernere gli andamenti de nemici. In tal caso, stimaressimo grandemente avantaggioso al servitio di S.A.R. mio fi glio amatissimo, et alla conservatione di quella piazza, che ivi si conducesse il sr di Megianes, il quale possedendo unitamente isperienza e valore, in occasione di attacco potrebbe rendersegli utilissimo... » Traduction : « Tous les avis qui nous arrivent ici sont unanimes, que le dessein des Espagnols tend du côté d'Albe. V.S. pourra mieux connaître sur les lieux, parce que plus près elle peut discerner les mouvements des ennemis. En ce cas, nous trouverions grandement avantageux pour le service de S.A.R. mon fi ls bien-aimé et pour la conservation de cette place, que vous y conduisiez le Srde Megianes [Méjanes, colonel français au service de Savoie], lequel, possédant à la fois expérience et valeur, pourrait en cas d'attaque se rendre très utile... » (24 mai 1647). « ... Il pensiero ch'ella ha di rompere il soccorso del Finale venendo è ottimo... Lo squadrone di Savoia è tutto di qua da monti, et attenderà con ogni diligenza ad unirsi per essere al servitio. Anche di Francia si vanno ingrossando le truppe, onde ben tosto le cose saranno in buon essere... » Traduction : « L'idée que vous avez de rompre le secours de Finale en venant est très excellente... Le bataillon de Savoie est tout en deçà des montagnes, et s'occupera à se réunir en toute diligence pour être au service. Même de France les troupes vont grossissantes, d'où vient que bientôt les choses seront en bonne disposition » (Rivoli, 25 juin 1647). – ARGENSON (Marc René de Voyer de Paulmy d'). 4 documents, soit : une pièce autographe signée en qualité de lieutenant général de police de Paris concernant une aff aire à laquelle le roi s'est personnellement intéressé (1697), 2 lettres autographes signées, la première probablement à madame de Maintenon, concernant un placet que Pontchartrain a apostillé (1705), la seconde à un haut personnage de l'État, concernant le prince de La Riccia qui avait comploté contre le vice-roi de Naples et qui était prisonnier en France depuis 1703 (1713), et une lettre signée en qualité de directeur de l'administration principale des Finances, concernant les appointements des commissaires de la Chambre royale de Nantes (1720).– RICHELIEU (Louis François Armand de Vignerot Du Plessis, duc de). Lettre autographe signée « le m. duc de Richelieu » en qualité de commandant en chef du Languedoc, [adressée au ministre de la Religion prétendue réformée, le duc de La Vrillière, Louis Phélypeaux]. Choisy, 31 mai 1750. Protestations contre un diff amateur qui, en Cour de Rome, l'accuse d'indulgence envers « les calvinistes de Languedoc ». – LOUIS XV. Lettre signée (secrétaire) contresignée par le duc Étienne-François de Choiseul en qualité de secrétaire d'État à la Guerre (griff e), adressée à Pierre-Antoine de Pascalis. Versailles, 8 mai 1762. Le roi lui annonce qu'il est admis à la dignité de chevalier de l'Ordre de Saint-Louis. – LOUIS XV. Lettre signée (secrétaire) au gouverneur de Bretagne, le duc de Penthièvre, Louis Jean Marie de Bourbon. Versailles, « 3 décembre ». 1 p. 3/4, adresse au dos avec cachet armorié de cire rouge, déchirures dues à l'ouverture aff ectant plusieurs mots dont la date, marges restaurées. Félicitations pour son action dans la province de Bretagne. – PARMENTIER (Antoine Augustin). Lettre autographe signée [au botaniste et agronome Mathieu Tillet]. Aux Invalides [Paris], 15 septembre 1785. Concernant le « blé moucheté » et l'utilité d'un ouvrage de Tillet, qui serait imprimé en 1785 sous le titre Précis des expériences faites par ordre du roi à Trianon, sur la cause de la corruption des blés, et sur les moyens de la prévenir , à la suite duquel est une instruction propre à guider les laboureurs dans la manière dont ils doivent préparer le grain avant de le semer.