lot 10

Live

PIERRE Ier DE RUSSIE. Lettre signée au général-major Georg Wilhelm HENNING, directeur des mines. Saint-Pétersbourg, 4 janvier 1725 [24 décembre 1724, selon le calendrier julien alors en usage en Russie]. 2 pp. in-4, petites restaurations , mention manuscrite de l'époque indiquant la date de réception le 27 janvier 1725 (16 janvier 1725, selon le calendrier julien). 6.000/8.000 € FÉLICITATIONS AU GÉNÉRAL-MAJOR HENNING POUR SON ACTION EN SIBÉRIE, ses succès en matière de prospection et concernant la qualité du cuivre sorti des mines de Pyskor (à 150 kilomètres au nord de Perm). Le tsar lui demande également d'apporter du graphite pour la fabrication de crayons, et l'appelle à lui : « ????? ???? ?? ???? ??? ???????? ?????, ?, ? ??? ?? ??????? ?? ?? ???? ????????? ???????... ?????? ? ????????? ??, ???? ??? ?????? ????????? ??? ????????? ?? ? ???... ???????? ? ??? ??? ????????? ?? ?????... » [Traduction :] « Votre lettre nous est bien parvenue, et une résolution a été prise à l'égard de ce que vous écrivez... Cependant, nous avons jugé bon, pour d'autres raisons des plus nécessaires, de vous faire venir à nous... Venez à nous le plus vite possible par poste... » UN TÉMOIGNAGE DE L'EFFORT DE MODERNISATION MENÉ PAR PIERRE LE GRAND. Personnage hors norme de l'histoire russe, le tsar Pierre Ier (1672-1725) s'attacha à transformer la Moscovie en un pays moderne et puissant intégré dans le concert européen. En deux décennies, en s'inspirant de l'absolutisme français, de la marine hollandaise et du militarisme prussien, il parvint à renforcer l'État, fonder une véritable armée, développer son industrie et son économie. Par ses succès militaires et diplomatiques, il imposa la Russie comme la grande puissance du Nord en prenant le contrôle de la Pologne, en remportant des victoires contre les Tatars et surtout contre la Suède, et en gagnant un accès à la Baltique – il fonda alors Saint-Pétersbourg à l'embouchure de la Neva et en fi t sa nouvelle capitale. Ses méthodes furent cependant brutales, contre son peuple, contre l'Église, et contre sa propre famille.

Description


PIERRE Ier DE RUSSIE. Lettre signée au général-major Georg Wilhelm HENNING, directeur des mines. Saint-Pétersbourg, 4 janvier 1725 [24 décembre 1724, selon le calendrier julien alors en usage en Russie]. 2 pp. in-4, petites restaurations , mention manuscrite de l'époque indiquant la date de réception le 27 janvier 1725 (16 janvier 1725, selon le calendrier julien). 6.000/8.000 € FÉLICITATIONS AU GÉNÉRAL-MAJOR HENNING POUR SON ACTION EN SIBÉRIE, ses succès en matière de prospection et concernant la qualité du cuivre sorti des mines de Pyskor (à 150 kilomètres au nord de Perm). Le tsar lui demande également d'apporter du graphite pour la fabrication de crayons, et l'appelle à lui : « ????? ???? ?? ???? ??? ???????? ?????, ?, ? ??? ?? ??????? ?? ?? ???? ????????? ???????... ?????? ? ????????? ??, ???? ??? ?????? ????????? ??? ????????? ?? ? ???... ???????? ? ??? ??? ????????? ?? ?????... » [Traduction :] « Votre lettre nous est bien parvenue, et une résolution a été prise à l'égard de ce que vous écrivez... Cependant, nous avons jugé bon, pour d'autres raisons des plus nécessaires, de vous faire venir à nous... Venez à nous le plus vite possible par poste... » UN TÉMOIGNAGE DE L'EFFORT DE MODERNISATION MENÉ PAR PIERRE LE GRAND. Personnage hors norme de l'histoire russe, le tsar Pierre Ier (1672-1725) s'attacha à transformer la Moscovie en un pays moderne et puissant intégré dans le concert européen. En deux décennies, en s'inspirant de l'absolutisme français, de la marine hollandaise et du militarisme prussien, il parvint à renforcer l'État, fonder une véritable armée, développer son industrie et son économie. Par ses succès militaires et diplomatiques, il imposa la Russie comme la grande puissance du Nord en prenant le contrôle de la Pologne, en remportant des victoires contre les Tatars et surtout contre la Suède, et en gagnant un accès à la Baltique – il fonda alors Saint-Pétersbourg à l'embouchure de la Neva et en fi t sa nouvelle capitale. Ses méthodes furent cependant brutales, contre son peuple, contre l'Église, et contre sa propre famille.