Live

ARTS AMERINDIEN, PRECOLOMBIEN, AFRIQUE & OCEANIE

mercredi 27 juin 2018 - 10:30
27, place Saint-Georges 75009 Paris

Filtres

Ajouter un mot-clé

Prix

Thématiques

N° 27
VESTE de GUERRIER
Culture Lakota, Société des Wapitis de la fin de XIXème siècle
Piquants de porc-épic, peau, tissu et crin
Hauteur : 100 cm ; Longueur des manches : 70 cm
(accidents et manques)

Veste en peau claire ornée de quatre bandes rectangulaires de six rangées de broderies piquants de porc-épic teints dans les tons rouges, jaune et pourpre : deux courtes à décor symétrique organisé autour de deux croix blanches sur les manches et deux plus longues cousues progressant du devant au dos en passant par les épaules.
Les bords des manches et du col sont consus au fil de peau de tissu rouge.
Un triangle inversé, frangé, strié de piquants de porc-épic teintés de rouge et centré d'un wapiti orange vu de trois-quart est appliqué au niveau du buste et du haut du dos de la veste. Des pendeloques de crin y sont attachées - ornementation d'ailleurs répétée sur chacune des bandes.
Elle est ouverte et frangée sur les côtés.

Le wapiti est l'animal de référence de cette société. Ses membres devaient en porter les symboles. Aussi, cette veste devait appartenir à l'un des membres de cette société.
Rêver du wapiti annonce l'arrivée de la connaissance de la médecine et de l'Amour pour celui qui en a le songe. Une ancienne tradition voulait qu'après avoir fait un tel rêve, l'individu devait porter sur sa tête des bois et différents symboles se rapportant à ce rêve étrange. Il devenait une figure de référence et de conseils en matière de coeur.
L'esprit animal du wapiti nous rappelle l'importance de la communauté.

Une veste similaire est conservée au Musée américain d'Histoire Naturelle, New-York, USA.
Pour des pièces comparables, voir :
Lot 174 chez Cowan's Auction, vente du 4 juin 2018
Lot 1373 chez Bonhams, vente du 7 juin 2010
Lot 683 chez Bonhams, vente du 7 juin 2016

VESTE de GUERRIER Culture Lakota, Société des Wapitis de la fin de XIXème siècle Piquants de porc épic, peau, tissu et c…
Live
Enchère terminée

N° 38
COFFRET
Micmacs, Côte atlantique du Canada vers 1850-1870
Ecorce, bois et piquants de porc-epic teints et fil
Hauteur : 11 cm ; Largeur : 16 cm
(manques)

Coffret rectangulaire à dessus bombé. Le couvercle décoré de damiers colorés animés de géométries. Les côtés ornés de chevrons. Belle coloration.

La décoration de boîtes au moyen de piquants de porc-épic existait avant la conquête européenne. Les indiens ont pu en faire un commerce important en s'adaptant aux besoins des nouveaux arrivés, créant ainsi trés tôt un style authentique. Ce commerce a pris un essor plus important lorsque le commerce des fourrures déclina. L'abondance des piquants était assurée car chaque animal en détient entre 20 000 et 30 000. Cette tradition artistique typiquement féminine se transmettait de mère en fille. Les « quills » de porc-épic sont aplatis avec les dents avant d'être teints, pliés et tressés. Parfois pour les bordures ou pièces plus fragiles les piquants sont remplacés par le rachis de plumes d'oiseaux.
On trouve principalement cette technique pour la décoration de boîtes, de berceaux ou de chaises destinés à être vendus aux européens. Les décors « brodés » sur de l'écorce enveloppent le plus souvent un bâti en sapin ou en écorce (pour les boîtes rondes).
La diversité des décors géometriques sur les couvercles contraste avec la sobriété des lignes obliques présentées sur le corps des boîtes.

COFFRET Micmacs, Côte atlantique du Canada vers 1850 1870 Ecorce, bois et piquants de porc epic teints et fil Hauteur : …
Live
Enchère terminée

N° 44
HAMECON
Kwakiutl, Côte Nord-Ouest, Colombie britanique vers 1880 - 1900
Bois, fer, cordelette et fibres végétales
Hauteur : 25,5 ; Ecart : 7 cm

Deux empiècements de bois maintenus ensemble grâce à une cordelette finement enroulée et nouée constituent l'hameçon. La hampe est sculptée d'une figure anthropomorphe pouvant être assimilée à un chamane, un esprit anthropomorphe ou bien un esprit animal ayant pris une forme anthropomorphe. Aussi, comprenons-nous l'évocation rituelle présentée dans "Tlingit Halibut Hooks: an analysis of the visual symbols of a rite of passage" de Aldona Jonaitis, où la prière est inhérente à la pêche : "This halibut fisherman is doing two things: manipulating and engaging in a fishing ritulism. Ritualism occurs in all fishing in the form of recitation of certain types of prayers which communicate the fisherman's respect for his catch. [...] If the fisherman omits the ritualistic prayers appropriate to the species, the fish will be offended by that disrespect and others of that species will not allow themselves to be caught."
L'ardillon est en fer.
Ce type d'hameçon était employé pour la pêche au flétan.

Bibliographie : Aldona Jonaitis, Tlingit Halibut Hooks: an analysis of the visual symbols of a rite of passage, New-York, Anthropological papers of the American Museum of Natural History, 1981.

HAMECON Kwakiutl, Côte Nord Ouest, Colombie britanique vers 1880 1900 Bois, fer, cordelette et fibres végétales Hauteur …
Live
Enchère terminée