Filtres

Ajouter un mot-clé

Prix

Thématiques

N° 49
Anne Louis GIRODET TRIOSON (1767 - 1824) Etude pour La Révolte du Caire Crayon noir sur papier bleu H. 25 cm - 38 cm DB Annoté en bas à gauche " Par Girodet Trioson " Rousseurs Provenance : Inventaire après décès de Girodet, le paraphe au verso de Pérignon, sans doute partie du n°376 : un carton renfermant les études pour la Révolte du Caire Ancienne collection Antoine François Gelée, puis par descendance Dans ce dessin d'ensemble on retrouve le groupe de trois mamelouks à droite du tableau, notamment le maure soutenant le jeune bey, qui n'est pas nu dans notre dessin. Par contre la partie gauche, tout en gardant l'énergie et la vitesse voulue par Girodet, est assez différente de la composition finale. Le hussard bondissant au premier plan, brandit un pistolet de la main gauche et son sabre est baissé. Un deuxième français juste à côté de lui brandit le sabre en l'air, alors qu'il est plus en avant dans le tableau et déjà au cour de la mêlée. On trouve déjà dans cette ébauche le cadrage et l'énergie qui font la force du tableau. La campagne d'Egypte est décidée par le Directoire afin d'affaiblir le commerce anglais en Orient, et d'écarter l'encombrant général Bonaparte. La flotte, forte de 40 000 hommes et de 10 000 marins, appareille le 19 mai 1798 de Toulon. Le 11 juin Malte tombe. Le 1er juillet l'escadre arrive en Egypte et débarque à Alexandrie. Le 21 juillet Bonaparte écrase l'armée Mamelouk à la bataille des Pyramides, et le lendemain s'empare du Caire. Bonaparte en fait le siège de son pouvoir en Egypte. Afin de maintenir sa mainmise sur l'Egypte après la perte de la flotte et de tous les moyens de ravitaillement à Aboukir, Bonaparte lève de nouveaux impôts très impopulaires. La révolte gronde et éclate le 21 octobre 1798. Après le massacre du général Bon et d'environ 400 français, Bonaparte décide d'en finir. Il fait bombarder la Grande Mosquée où se sont réfugiés les révoltés, puis les troupes françaises entrent et combattent au corps à corps les survivants. Napoléon commande en 1809 à Girodet un tableau sur la Révolte, et le peintre choisira ce moment où les soldats français entrent dans la Grande Mosquée et font face aux derniers combattants. Nos dessins inédits proviennent de la collection d'un élève de Girodet qui était un descendant du grand Claude Gellée. Ce sont les deux premiers projets connus à ce jour de la composition d'ensemble. Leurs vivacités et leurs spontanéités vivent encore dans le tableau final aux couleurs de l'Orient et donnent une beauté héroïque à ces corps à corps désespérés.

Anne Louis GIRODET TRIOSON (1767 1824) Etude pour La Révolte du Caire Crayon noir sur papier bleu H. 25 cm 38 cm DB Anno…
Live
Enchère terminée