Filtres

333 Résultats

N° 10
Très rare portefeuille contenant 33 modèles «d'échantillons des toiles peintes de M. Delloye de Huy, Département de l'Ourte présentés à l'Exposition des produits de l'Industrie française** de l'année 1806», époque Premier Empire.
Portefeuille cartonné n°68, mention manuscrite à la plume et l'encre et galon de fermeture tressé teint à l'indigo. Liasse d'échantillons avec cachet de cire regroupant 33 modèles imprimés en 2, 4 ou 5 couleurs sur toile de coton. Florilège de motifs miniatures en semis de type chafarcani, «Bonnes herbes» et ramoneur, semis à picots ou en réserve, rayures, vagues ou carreaux pour mouchoirs (ce dernier avec chef de pièce «Impression de G. Demer - N. Delloyes à Huy»*) herbiers et plants de fleurs de type indienne pour robes et caracos (état superbe, couleurs très fraîches).
Dim moyennes: 25 x 30 ou 55 cm
Huy, chef-lieu d'arrondissement, faisait partie du département de l'Ourthe correspondant plus ou moins à l'actuel province de Liège en Wallonie.
* Nicolas Delloye (1755-1818) maire de Huy et sous-préfet ad interim du département de l'Ourthe en 1810 est un industriel très actif dans les secteurs de la papeterie et la ferblanterie qui a également repris la fabrique de toiles peintes «et imprimées à la mode de Jouy» crée par sa famille. «L'industrie de la toile fut de nouveau tentée, à diverses reprises, en notre ville. En 1743, M. Delloye (père) créa une fabrique de toiles peintes, d'après les dessins de... exécutés avec un goût et une précision admirables....» ** La première «Exposition Publique des Produits de l'Industrie française» eut lieu sur le Champs de Mars en 1798. La quatrième édition, en 1806, dure 24 jours, sur l'esplanade des Invalides. Elle réunit 1 422 exposants pour 610 récompenses. Sous le Portique n°44, plus de 200 fabriques de toiles et soies peintes, mouchoirs et siamoises s'exposent... Dans la catégorie «Toiles Peintes», la manufacture d'Oberkampf à Jouy obtiendra la médaille d'or; médaille d'argent Ire classe: Haussmann
Frères à Colmar, Dolfuss Mieg et Compagnie, Mulhouse; Mentions honorables: Perier et Cie à Vizille et Petit-Pierre à Nantes. «...le Jury regarde la simple admission à l'Exposition comme une première distinction...»
I n «Rapport du jury sur les Produits de l'Industrie française présenté à ASEM de Champagny, Ministre de l'Intérieur de l'Empereur Napoléon»

Très rare portefeuille contenant 33 modèles «d'échantillons des toiles peintes de M. Delloye de Huy,…
Live
Enchère terminée

N° 17
Deux très rares effigies habillées de Robespierre et Saint Just ou Bailly (?), époque
Révolutionnaire, vers 1792. Figures et membres en cire d'abeille peinte, cheveux véritables.
Vêtements miniatures façonnés en réplique de la mode de l'époque: veste dégagée à double boutonnage en drap bleu, porté sur une chemise à jabot et poignets de linon et un gilet patriote en soie tricolore. Culotte courte de taffetas bleu ciel, bas de soie blanc et souliers à boucle en chevreau noir. Le second vêtu d'une grande redingote à col montant en ratine de laine bleue, bas en maille crème et bottes à revers en cuir véritable, ceinture tricolore nouée autour de la taille (visages très abîmés, peinture écaillée, vêtements ravaudés).
Hauteur: 27 cm
Ces «poupées» qui représentent Maximilien de Robespierre (1758-1794) et probablement le député Louis Antoine de Saint-Just (1767-1794) s'inscrivent dans la tradition du culte des grands hommes instauré durant la Révolution Française. Il pourrait s'agir ici de productions du céroplasticien Philippe Curtius, célèbre pour son «Cabinet de figures» du Palais Royal dans lequel «il représentait les grands hommes et illustres notabilités. Patriote dès la Révolution, il exposait les figures de:
Lafayette, Bailly, Mirabeau, Danton, Robespierre et autres députés de l'assemblée constituante...»
I n Dictionnaire de la Conversation et de la Lecture, Vol. 18 (1832).

Deux très rares effigies habillées de Robespierre et Saint Just ou Bailly (?), époque Révolutionnair…
Live
Enchère terminée
123..17>