Filtres

Ajouter un mot-clé

Prix

Thématiques

N° 1
* Paire de statuettes en biscuit de porcelaine de Vincennes du XVIIIe siècle
Circa 1752, marques en creux LT sur chacune
Modelées par Pierre Blondeau d'après François Boucher, représentant «La Danseuse» et «Le Joueur de musette», petites restaurations, petits éclats
Hauteur: 18,5 cm (elle) et 19 cm (lui)

Provenance:
Pour lui, Christie's New York, 19 mai 2004, lot 75.
D'une série de huit statuettes originellement créées en porcelaine blanche, cet ensemble s'inspire d'une pièce de théâtre de Favart appelée
Les vendanges de Tempé ou La vallée de Montmorency, interprétée dès 1745. Ces statuettes furent produites en biscuit dès 1752 et Madame de Pompadour en acheta plusieurs séries. Ils furent si célèbres que d'autres fabriques de porcelaine telle Doccia les copièrent.
Pour des modèles similaires, voir par Emile Bourgeois, Les Biscuits de Sèvres, pl.1, n.367 et pl.4, n.173; et pour les illustrations des modèles en terre cuite et un en biscuit, voir par Tamara Préaud et Guilhem Scherf, La Manufacture des Lumières, la sculpture à Sèvres de Louis XV à la Révolution, Dijon, 2015, p.92.
Pour un modèle du Joueur de musette en porcelaine blanche et en porcelaine blanche émaillée en bleu, voir par Joanna Gwilt, Vincennes and Early Sèvres Porcelain from the Belvedere Collection, Londres, 2014, pp.232-233.

A pair of 18th century Vincennes biscuit porcelain figures of «La Danseuse» and «Le Joueur de Cornemuse»

La collection Nadine ORTIZ-PATIÑO de porcelaines de Vincennes et de Sèvres
Dans la tradition des collections de porcelaines de Vincennes-Sèvres, la collection de Nadine Ortiz-Patiño illustre la production de la Manufacture royale tout au long du XVIIIe siècle.
Le grand-père de son mari, Simon Patiño, originaire de Bolivie, ayant fait fortune dans l’étain, s’installe en France en 1912 avec ses cinq enfants. Il va constituer des collections d’art majeures, tout comme un de ses fils Antenor grand donateur auprès de musées dont le musée du Louvre.
Sa fille, Graziella, épouse Jorge Ortiz-Linares, ambassadeur de Bolivie en France; ils auront deux fils George, célèbre collectionneur de bronzes étrusques, et Jaime passionné par les objets d’art du XVIIIe siècle notamment. La deuxième épouse de Jaime Ortiz-Patiño, Nadine, égypto-libanaise, est tout autant passionnée par les arts que sa belle-famille. À l’âge de 16 ans, étudiante à Paris, Nadine Ortiz-Patiño tombe en arrêt devant une vitrine présentant deux groupes en biscuit de Sèvres «Le Tourniquet» et «La Lanterne magique». C’est une découverte et une révélation ! Dès cet instant, elle n’aura de cesse que de constituer une collection de porcelaines tendres de Vincennes et de Sèvres. Elle va ainsi parcourir le monde pour trouver des pièces, avec une prédilection pour les biscuits, comme avant elle Elizabeth Parke Firestone. Au cours de ces nombreuses années, elle va parcourir principalement l’Europe et les Etats-Unis pour trouver «la» pièce rare et acquérir les rares ouvrages de référence indispensables à tout bon collectionneur. Ce sera aussi l’occasion pour Nadine Ortiz-Patiño de rencontrer marchands et experts et de découvrir le monde des salles de ventes. Nous présentons aujourd’hui cette collection de premier plan constituée entre les années soixante et nos jours. Cette collection présente environ cinquante lots qui sont autant d’éléments incontournables du service à la française et de l’art de vivre au XVIIIe siècle. Ce sont les formes, les fonds de couleurs et la diversité des décors qui ont attiré Nadine Ortiz-Patiño dans ses pérégrinations, au même titre que leurs anciens commanditaires, propriétaires, marchands et collectionneurs mentionnés dans ce catalogue. Après de nombreuses années de recherches passionnées, c’est aujourd’hui à de nouveaux collectionneurs de les apprécier.

The fifty examples of Vincennes and Sèvres porcelain from the Nadine Ortiz-Patiño collection illustrates the best of the production from the Royal Manufactory throughout the 18th century, which were essential elements of the French service and the lifestyle at that time.
Simon Patiño, Nadine Ortiz-Patiño husband's grandfather, originally from Bolivia, made his fortune in tin and settled in France in 1912 with his five children. One of his sons Antenor, was a major donor to museums including the Louvre Museum. His daughter, Graziella, married Jorge Ortiz-Linares, ambassador of Bolivia in France; who had two sons George, a famous collector of Etruscan bronzes, and Jaime, passionate about 18th century works of art in particular. Jaime Ortiz-Patiño's second wife, Nadine, Egyptian- Lebanese, is as passionate about the arts as her in-laws, as this collection shows.
At the age of 16, Nadine Ortiz-Patiño, a student in Paris, stopped in front of a window showing two Sèvres biscuit groups, "Le Tourniquet" and "La Lanterne magique". It was a discovery and a revelation! From that moment on, all she would do was to build up a collection of Vincennes and Sèvres soft-paste porcelain figure, groups and "pièces de forme". Thus, she travels the world to find pieces, with a predilection for figures and groups, as before her Elizabeth Parke Firestone, and also for bird designs.
During her travels Nadine Ortiz-Patiño was attracted by shapes, ground colours and the diversity of decoration, in the same way as their former sponsors, owners, merchants and collectors were, whom are mentioned in the catalogue.
The sale of her collection today offers collectors the opportunity to appreciate the pieces that she has carefully compiled for over fifty years.

* Paire de statuettes en biscuit de porcelaine de Vincennes du XVIIIe siècle Circa 1752, marques en creux LT sur chacune…
Live
Enchère terminée

N° 6
* Groupe en biscuit de porcelaine de Vincennes-Sèvres du XVIIIe siècle
Circa 1752-72
Modelé par van der Voort d'après François Boucher, représentant «Le Jaloux avec vase» ou «Groupe Vendrevolle» représentant un couple devant un pilier surmonté d'un vase néoclassique étant espionné par un troisième personnage, le vase peut-être en biscuit de porcelaine de Mennecy, quelques restaurations
Hauteur: 33 cm

Provenance:
Galerie Richer, quai Voltaire, Paris: «un exemplaire ancien, pâte tendre, où le socle supporte un vase à couvercle typiquement Louis XVI, à petites anses, de forme ovoïde allongée - ce vase est recollé au plâtre» (Document manuscrit non daté, conservé dans les Archives de Sèvres- Cité de la Céramique).
Ce sujet s'inspire très certainement de la pièce de théâtre de Charles-Siméon Favart, Les Vendanges de Tempé et La Vallée de Montmorency. Tamara Préaud rapproche cette composition de la gravure intitulée Le Pasteur galant, gravée par André Laurent d'après la toile de François Boucher commandée par le prince Hercule-Mériadec, duc de Rohan-Chabot pour l'Hôtel de Soubise en 1738. Cette gravure sert également de modèle au plateau «Courteille» peint par Charles-Nicolas Dodin, conservé dans les collections du J. Paul Getty Museum, et illustré par Adrian Sassoon, Vincennes and
Sèvres Porcelain, Catalogue of the collections, Malibu, 1991, p.163.
Ce groupe a été édité en deux grandeurs et en porcelaine blanche comme en biscuit; nombreux sont les détails qui varient entre les versions. Pour un vase dit «urne» très proche de notre modèle et répertorié dans la production de Mennecy, voir par Nicole
Duchon, Tendre porcelaine de Mennecy Villeroy, Malesherbes, 2016, p.155.
Ce modèle était inclus dans de prestigieuses livraisons telle celle du roi Louis XV en 1758 à l'Impératrice Marie-Thérèse d'Autriche: «2 groupes de Vandrevolle (...)» (MNCS, Vy 2, f°85).
Un modèle très proche mais en porcelaine blanche, surmonté d'un vase pot-pourri à jours, est conservé dans les collections du Wadsworth Atheneum de Hartford, Connecticut, voir par Linda Roth et Clare Le Corbeiller, French Eighteenth-Century
Porcelain at the Wadsworth Atheneum, J. Pierpont Morgan collection, Italie, 2000, pp.345-348.

An 18th century Vincennes-Sèvres biscuit porcelain group of «Le Jaloux avec vase», the vase perhaps Mennecy biscuit porcelain

* Groupe en biscuit de porcelaine de Vincennes Sèvres du XVIIIe siècle Circa 1752 72 Modelé par van der Voort d'après Fr…
Live
Enchère terminée

N° 7
* Paire de «seaux à verre forme du Roy» ou «seaux du Roy à liqueur» en porcelaine de Vincennes du XVIIIe siècle
Circa 1753, marques en bleu aux deux L entrelacés et aux points, marques de peintre peut-être pour Xhrouuet
A décor polychrome sur chaque face d'oiseaux imaginaires sur des terrasses, filet or sur les bords, très petites usures à l'or
Hauteur: 12,5 cm - Largeur: 19 cm

Provenance:
Sotheby's, New York, le 26 septembre 1989, lot 276.
Galerie Lefebvre, Paris, 1992
Forme créée vers 1752 par Jean-Claude Duplessis; le dessin est toujours conservé à Sèvres-Cité de la Céramique.
Une paire est mentionnée dans le Livre Journal de Duvaux, Paris, 1873, T.II, p.225, n.1971: Mme de La Reynière; Deux seaux à liqueurs, forme du Roy, peints à oiseaux, & terrasse, 144 l.[livres].
Un modèle de dimension et a décor similaire se trouve dans les collections de Sèvres-Cité de la Céramique et est illustré par Tamara Préaud et Antoinette Faÿ-Hallé dans le catalogue d'exposition, Porcelaines de Vincennes, Les Origines de Sèvres, Paris, 1977, p.102, n.261.
Pour un autre modèle similaire, voir par Svend Eriksen et Geoffrey de Bellaigue, Sèvres Porcelain, Londres, 1987, p.263, n.78; et pour un modèle vers 1753 à fond violet, conservé dans les collections du Ashmolean Museum de Oxford, voir par Tamara Préaud et Antoine d'Albis, La Porcelaine de Vincennes, Paris, 1991, pp. 126-127, n.53. Une autre paire très proche a été vendue par Sotheby's, Londres, le 8 juillet 1969, lot 61.
Philippe Xhrouuet, père: peintre de fleurs, motifs, oiseaux, personnages et paysages à la Manufacture de 1750 à 1775.
Une autre paire très proche a été vendue par Sothebys à Londres, le 8 juillet 1969, lot 61.

A pair of 18th century Vincennes porcelain «seaux à verre forme du Roy» or «seaux du Roy à liqueur»

* Paire de «seaux à verre forme du Roy» ou «seaux du Roy à liqueur» en porcelaine de Vincennes du XVIIIe siècle Circa 17…
Live
Enchère terminée

N° 19
* Paire de «seaux à liqueur ovales» en porcelaine de Sèvres du XVIIIe siècle
Marques en bleu aux deux L entrelacés, lettres date E pour 1758, marques de peintres pour Mathieu Fouré et François Binet
A décor polychrome et or de guirlandes de fleurs et rubans verts, petites usures à l'or, les grilles de séparations ajourées en porcelaine modernes, très petits usures à l'or, et sur les plaques ajourées très petits éclats
Longueur: 30,5 cm

Provenance:
Du service à «rubans verts» du marquis de Paulmy, livré le 29 mars 1760.
Antoine-René de Voyer d'Argenson, marquis de Paulmy: était
Secrétaire d'Etat de la Guerre de 1757 à 1758, succédant à son oncle; puis ambassadeur de France en Pologne entre juin 1760 et juin 1764, mais également ambassadeur extraordinaire auprès de la
Saxe et puis ambassadeur à Venise.
Ce service comprenait plus d'une centaine de pièces, dont 6 seaux à liqueur ovales à 120 livres chacun.
Le modèle en plâtre est toujours conservé à Sèves-Cité de la Céramique. En production dès le 8 mai 1754, pour des raisons sans doute utilitaires, la grille amovible deviendra finalement fixe à la fin du XVIIIe siècle.
Mathieu Fouré: peintre de fleurs à la Manufacture de 1754 à 1762.
François Binet: peintre de fleurs à la Manufacture de 1750 à 1775.

An 18th century Sèvres porcelain greenground «seaux à liqueur ovales», and two modern replacement pierced liners

* Paire de «seaux à liqueur ovales» en porcelaine de Sèvres du XVIIIe siècle Marques en bleu aux deux L entrelacés, lett…
Live
Enchère terminée

N° 22
* «Pot à l'eau tourné», son couvercle (1ère grandeur) et sa «jatte ovale» (2e grandeur) en porcelaine de Sèvres à monture en vermeil du XVIIIe siècle
Marques en gris aux deux L entrelacés, lettres date R pour 1770, marques de peintre pour Jean- Jacques Pierre, le Jeune; la monture avec poinçon de décharge pour 1768-74
A décor polychrome d'un semi de barbeaux entre deux frises de guirlandes de fleurs sur fond pointillé bleu encadrées de filets or, filet or sur le bord, petites usures à l'or
Hauteur totale du pot: 19,5 cm - Longueur du bassin: 26,5 cm

Provenance:
Probablement un achat de Madame Du Barry chez Poirier, le 4 septembre 1770.
Portait une étiquette «acheté par Le Prince à Versailles en 1906».
Galerie Pierre de Regaini., Paris
Christie's Paris, 22-23 avril 2013, lot 123.

An 18th century Sèvres porcelain silver gilt mounted ewer, cover and basin

Il existe toujours à Sèvres-Cité de la Céramique le modèle en plâtre.
Nous pouvons rapprocher cet ensemble d'un écritoire à main à décor similaire conservé dans les collections du château de Versailles (Inv. N.V 6203). Cet écritoire avait été acquis par Madame Du Barry auprès du marchandmercier
Simon-Philippe Poirier en 1770 pour son appartement de Versailles: le 18 décembre 1770 un petit écritoire à main en porcelaine de France à petits barbeaux haut et bas à monture en bronze d'or moulu pour 192 livres plus 6 livres de port à Versailles (illustré dans le catalogue d'exposition, Les Fastes de Versailles au musée Hangaram, novembre 2010-mars 2011, Séoul, p.220). Il est donc plus que probable que «nôtre» pot à l'eau, qui porte le même décor, corresponde à la mention que l'on retrouve dans les registres de Poirier en date du 4 septembre 1770: Dans la garde robe à côté du cabinet en toilette du Roy, un pot à l'eau et sa jatte de porcelaine de France à guirlandes de fleurs, 150 [livres] (Georges
Widenstein, Simon-Philippe Poirier, Fournisseur de Madame Du Barry, Gazette des Beaux- Arts, 1962, pp.365-377).
Plusieurs éléments confortent cette hypothèse: outre le fait que Poirier était le principal fournisseur de Madame Du Barry, les deux pièces mentionnées portent la même lettre date et sont du même peintre.
Jean-Jacques Pierre, le Jeune: peintre de fleurs, motifs et doreur à la Manufacture de 1763 à 1800.

* «Pot à l'eau tourné», son couvercle (1ère grandeur) et sa «jatte ovale» (2e grandeur) en porcelaine de Sèvres à montur…
Live
Enchère terminée

N° 25
* Paire de groupes en biscuit de porcelaine de Sèvres du XVIIIe siècle
Circa 1766-72, le premier avec marque en creux X, le second avec marque en creux B pour Bachelier
D'après Etienne-Maurice Falconet, représentant «La Bergère des Alpes» et «L'Oracle» ou «Le Noeud de cravate», le premier restauré, le second avec petits éclats
Hauteur: 15 cm

Provenance:
Galerie Dragesco-Cramoisan, Paris.
Christie's New York, The Property of a Californian Collector, 19 mai 2004, lot 77.
Le premier groupe s'inspire de la comédie de Germain François Poullain de Saint-Foix qui est censé représenter les acteurs mademoiselle Gaussin et Grandval. Cette pièce a été jouée devant le roi, dans les petits appartements de Versailles, par Madame de Pompadour et le duc de Duras en 1748.
Le second est d'après une pièce par Marmontel du même nom datant de 1766.
Pour un article sur ce second thème, voir l'article de Paul L. Grigaut publié par le Detroit Institute of Arts, The Art Quaterly, Winter 1949, pp.31-47.
Pour des modèles similaires, voir par Emile Bourgeois, Les Biscuits de Sèvres, pl.9, n.481 & 110; et pour les illustrations des modèles en terre cuite et un en biscuit, voir par Tamara Préaud et Guilhem Scherf, La Manufacture des Lumières, la sculpture à Sèvres de Louis XV à la Révolution, Dijon, 2015, pp.202 et 305.

A pair of 18th century Sèvres biscuit porcelain groups of «La Bergère des Alpes» and «L'Oracle»

* Paire de groupes en biscuit de porcelaine de Sèvres du XVIIIe siècle Circa 1766 72, le premier avec marque en creux X,…
Live
Enchère terminée

N° 29
* Deux «seaux à bouteille ordinaire» en porcelaine de Sèvres du XVIIIe siècle
Marques en bleu aux deux L entrelacés, lettres date D pour 1757, marques de peintre.3. non identifiée
A décor polychrome de larges bouquets de fleurs dans des cartouches rocaille or se détachant sur un fond bleu céleste, petites retouches à l'or
Hauteur: 17, 5 et 17,8 cm - Largeur: 22 et 23,5 cm

UNE TOUTE PETITE PARTIE DE LA DORURE RETOUCHEE A ETE ENDOMMAGE LORS DE L'EXPOSITION OCCASIONNANT UN PETIT SOULEVEMENT ET DE PETITS MANQUES

Provenance:
Peut-être ancienne collection Alfred de Rothschild.
Ancienne collection de Lady Carnarvon, Londres.
Ancienne collection Mrs Millard Waldheim.
Sotheby's Parke Bernet Inc., New York, 12 octobre 1973, lot 187.
The Antique Porcelain Company.
Ancienne collection John T. Dorrance Jr.
Sotheby's, New York, 20-21 octobre 1989, lot 171.
Artcurial, Collection d'un Grand Amateur, 20 juin 2006, lot 50.
Christie's, Paris, 24 juin 2009, lot 125.
La marque de peintre non identifiée est malgré tout rapprochée par David Peters d'un peintre en fleurs; elle pourrait correspondre à Henry-Joseph Mongenot ou à Michel Socquet qui ont travaillé à la Manufacture respectivement sur les périodes 1754-64 et 1753-74.
Un seau a verre ordinaire similaire mais de la 4e grandeur a été vendu chez Artcurial, Paris, le 20 juin 2006, lot 48; un autre de la 3e grandeur chez Christie's, New York, le 26 avril 1994, lot 78.
Two 18th century Sèvres porcelain «bleu céleste» ground bottle coolers

* Deux «seaux à bouteille ordinaire» en porcelaine de Sèvres du XVIIIe siècle Marques en bleu aux deux L entrelacés, let…
Live
Enchère terminée

N° 30
* Paire de statuettes en biscuit de porcelaine et deux piédestaux en porcelaine de Sèvres du XVIIIe siècle
Circa 1758/1761-66, marques en bleu aux deux L entrelacés sur les bases
Les biscuits d'après Etienne-Maurice Falconet, représentant «La Nymphe Falconet» et «L'Amour Falconet» ou «L'Amour menaçant», les piédestaux ronds cannelés et moulurés à décor or se détachant sur un fond vert, petites restaurations à la première statuette et à une base, petits éclats
Hauteur des biscuits: 23,5 cm (elle) et 23 cm (lui) - Dimension des bases: H. 7 cm x D. 16,5 cm
Hauteur totale: environ 29,5 cm
La présentation dans le cadre du Salon de 1757 de la sculpture en marbre dite L'Amour ou L'Amour menaçant de Falconet, eu un tel retentissement après avoir été primée, que Falconet lui-même eu l'idée de le faire éditer en biscuit dès 1758 et de lui créer un pendant en 1761.
Dans le cadre de la livraison d'un service de table au prince de Starhemberg en 1766, on trouve la mention des modèles de la Nymphe et de l'Amour de Falconet avec des bases. Il n'y avait généralement pas d'unité thématique entre la composition des surtouts de table et le décor du service lui-même. Il n'y avait pas non plus d'accord chromatique entre les deux. Néanmoins afin de trancher entre la couleur de la table et les biscuits étaient parfois ajoutés des socles ou piédestaux étaient parfois ajoutés en couleur. Cette combinaison porcelaine colorée - biscuit pouvait aussi avoir comme destination les meubles et les manteaux de cheminée. On choisissait d'ailleurs, à de rares exceptions, des biscuits disponibles sur les étagères des réserves. (Cf. Tamara Préaud et Guilhem Scherf, La Manufacture des Lumières, la sculpture à Sèvres de Louis
XV à la Révolution, Dijon, 2015, p.166).
Pour des modèles similaires, voir par Emile Bourgeois, Les Biscuits de Sèvres, pl.9, n.36 et 467; et pour les illustrations des modèles en terre cuite et un en biscuit, voir par Tamara Préaud et Guilhem Scherf, Op. Cit., Dijon, 2015, p.142.

A pair of 18th century Sèvres biscuit porcelain figures of «La Nymphe Falconet» and «L'Amour Falconet», and two Sèvres 18th century green-ground bases

* Paire de statuettes en biscuit de porcelaine et deux piédestaux en porcelaine de Sèvres du XVIIIe siècle Circa 1758/17…
Live
Enchère terminée

N° 33
* Deux groupes en porcelaine émaillée de Vincennes du XVIIIe siècle
Circa 1747-48
Symbolisant «l'Astrologie» ou «L'Astronomie» et «l'Architecture», sous les traits d'une jeune femme avec un enfant, près d'un arbre et sur une base circulaire, le globe en métal doré un remplacement postérieur, quelques restaurations, petits éclats
Hauteurs: 19 cm et 20,5 cm

Provenance:
Très certainement un des modèles de la série des «Enfants des Arts» mentionné dans l'inventaire des stocks en octobre 1752 dans lequel figurent treize exemplaires de l'Architecture estimés 24 livres chaque, et dix-neuf exemplaires de l'Astronomie estimés 30 livres chaque et dont un exemplaire est vendu en 1754 à M. Bailly pour 51 livres.
Ces deux groupes sont réunis par Emile Bourgeois avec la
Musique et la Poésie dans une série dite «enfants des Arts»; ils ont en commun de présenter une jeune femme accompagnée de symboles et d'un enfant. Ils s'inspirent très certainement de modèles que Johann Joachim Kaendler pouvait produire à Meissen vers 1744-45 et dont trois exemplaires en porcelaine blanche sont conservés dans les collections de l'Ermitage à Saint- Pétersbourg, et illustrés par Maureen Cassidy-Geiger, Fragile Diplomacy, Meissen Porcelain for European Courts ca. 1710-63, Singapour, 2007, p.77, fig.4-26.
Ces modèles en porcelaine de Vincennes peuvent être datés d'avant 1749 puisque deux exemples (la Musique et la Poésie) ornent le fameux «Bouquet de la Dauphine» offert par
Marie-Josèphe de Saxe, épouse du Dauphin, fils du roi Louis XV, à son père Auguste III de Saxe, au printemps 1749 et illustrés par Loesch-Pietsch-Reichel, Porcelain Collection Dresden, in the
Dresden Zwinger, Meissen, 1998, pp.248-251.
«Nos» deux modèles sont mentionnés (et celui de l'Astronomie illustré), par Tamara Préaud et Antoinette Faÿ-Hallé dans le catalogue d'exposition, Porcelaines de Vincennes, Les Origines de Sèvres, Paris, 1977, pp.150-151; dans la notice de l'Astronomie, il est suggéré que l'Astrologie et l'Astronomie ne seraient très probablement qu'un seul et même groupe.
Un exemplaire de l'Astronomie est conservé dans les collections de Sèvres-Cité de la Céramique (MNCS 11095), mais sans son soleil, et illustré par Tamara Préaud et Antoinette Faÿ-Hallé dans le catalogue d'exposition, Porcelaines de Vincennes, Les Origines de Sèvres, Paris, 1977, p.151, n.452.; un autre modèle, complet (comme «le nôtre»), se trouve dans les collections du British
Museum de Londres (Inv. 1938-2-17-1), illustré par Tamara
Préaud et Antoine d'Albis, La Porcelaine de Vincennes, Paris, 1991, p.143, n.93, ainsi que par George Savage, Seventeenth and
Eighteenth Century French Porcelain, Londres, 1960, plate 69-b.
Two 18th century Vincennes white porcelain groups emblematic of Astrology or Astronomy and Architecture

* Deux groupes en porcelaine émaillée de Vincennes du XVIIIe siècle Circa 1747 48 Symbolisant «l'Astrologie» ou «L'Astro…
Live
Enchère terminée

N° 34
* Groupe en porcelaine émaillée de Vincennes du XVIIIe siècle
Circa 1745-52
Représentant «Les enfants tenant un dauphin», sur une base rocaille, très petit éclat à un doigt de pied
Hauteur: 15 cm

Provenance:
Très certainement un des trente modèles mentionnés dans l'inventaire des stocks en octobre 1752 sous le nom «Groupes d'enfans tenans un Dauphin», de deux grandeurs et estimés 10 et 7 livres chaque.
Peut-être un des sept groupes achetés par le marchand Bazin en 1754 à 17 livres pour les petits modèles et 21 livres pour les plus grands.
Galerie Dragesco-Cramoisan, Paris.
Christie's New York, The Property of a Californian Collector, 19 mai 2004, lot 73.

Bibliographie:
Peut-être Svend Eriksen et Geoffrey de Bellaigue, Sèvres Porcelain, Vincennes and Sèvres 1740-1800, Londres, 1987, p.209; et Linda H. Roth et Clare Le Corbeiller, French Eighteenth- Century Porcelain at Wadsworth Atheneum, the J. Pierpont
Morgan Collection, London; 2000, p.62, fig.36-1 et 36-2.
Ce groupe s'inspire très certainement directement des productions de Meissen. Pour un modèle en porcelaine de Meissen, voir la vente de la Collection Gilbert Lévy, Hôtel George-V, Paris, 10 décembre 1996, lot 57-58.
Il aurait été réalisé en deux grandeurs; un autre modèle similaire et plus grand (26 cm) dont la base apparemment originale est en papier mâché, serait conservé dans une collection privée à New York (Cf. notice du catalogue Christie's New York, The
Property of a Californian Collector, 19 mai 2004, lot 73); pour une illustration de ce dernier modèle voir la vente Sotheby's, Londres, le 16 octobre 1979, lot 23.
La plupart des modèles vendus entre 1754 et 1756 ont été acquis par les marchands Bazin et Bailly (Vy1).
Ce modèle a également fait des émules puisque nous en retrouvons d'autres produits dans le même esprit notamment en France à Mennecy et à Pont-aux-Choux, et en Angleterre à Bow, Longton Hall ou encore à Chelsea; pour une illustration du premier modèle mentionné et du dernier, voir par Linda H. Roth et Clare Le Corbeiller, Op. Cit., London; 2000, p.63, fig.36 et p.64, fig.36-3.
Comme le notent Linda Roth et Clare Le Corbeiller dans leur publication, les dauphins représentés s'inspirent très certainement plutôt des carpes en porcelaine asiatique, très en vogue à l'époque. Mais l'ensemble s'inspirent certainement d'un projet de fontaine et peut-être de celles réalisées par René Frémin qui réalisa ce type de fontaines en Espagne pour le Palais de la Granja et qui est rentré en France en 1738.

An 18th century Vincennes white porcelain group of «Les enfants tenant un dauphin»

* Groupe en porcelaine émaillée de Vincennes du XVIIIe siècle Circa 1745 52 Représentant «Les enfants tenant un dauphin»…
Live
Enchère terminée

N° 37
* Paire de compotiers ovales en porcelaine de Sèvres du XVIIIe siècle
Marque en bleu aux deux L entrelacés, lettre date H pour 1761, marque de peintre pour Méreaud l'Ainé, marque en creux
De forme contournée, à décor polychrome de bouquets de fleurs dans trois réserves rocaille or se détachant sur un fond caillouté bleu et or, petites usures à l'or
Longueur: 27,5 cm

Provenance:
Probablement du service livré à Florent-Louis-Marie comte du Châtelet-Lomont le 1er aout 1761, ou de celui livré à Claude Bonnet le 28 novembre 1761.
Collection aristocratique française.
Vente Christie's Paris, 29 avril 2014, lot 186.
Pierre-Antoine Méreaud, l'aîné: peintre de fleurs et doreur à la Manufacture de 1754 à 1791.
Seize compotiers ont été livrés dans chacun des services mentionnés dans la provenance; pour un détail complet voir par David Peters, Sevres plates and services of the 18th century, Hertfordshire, 2005, Vol. II, pp.320 et 331.
Deux autres compotiers ovales d'un de ces deux services se trouvent conservés dans les collections royales anglaises, voir par Geoffrey de Bellaigue, French Porcelain in the collection of Her Majesty The Queen, Vol.II, pp.583-585; d'autres éléments dans les collections du Musée du Louvre, des Arts Décoratifs, de Sèvres, de Waddesdon Manor et du Bowes Museum.
Pierre-Antoine Méreaud, l'aîné: peintre de fleurs et doreur à la Manufacture de 1754 à 1791.

A pair of 18th century Sèvres porcelain «caillouté bleu» ground oval dishes

* Paire de compotiers ovales en porcelaine de Sèvres du XVIIIe siècle Marque en bleu aux deux L entrelacés, lettre date …
Live
Enchère terminée