Live

Lettres & Manuscrits Autographes

mardi 23 octobre 2018 - 13:30
3, rue Favart 75002 Paris

Filtres

453 Résultats

N° 2
Émile Chartier dit ALAIN (1868-1951). 3 manuscrits autographes signés, Propos d’un Normand, [1908-1909] ; 2 pages in-8 chaque (le 1er au crayon).
Sur le cinématographe (propos publié dans La Dépêche de Rouen du 1er juillet 1908). « Le cinématographe pénètre partout, s’impose partout, non pas parce que le public le désire, mais parce que les producteurs ont des appareils et des vues à placer. Le public est un bon diable »…
Sur l’art, 2 textes publiés dans La Dépêche de Rouen des 4 et 25 mai 1909 et recueillis dans Préliminaires à l’esthétique (Gallimard, 1939). – Sur les limites de l’Art. « Il y a trop d’artistes »... Notre éducation esthétique « nous a rendus très indulgents. […] Il y a une chose que l’on devrait dire, c’est que le commencement, dans les beaux-arts, n’est jamais difficile. On arrive très vite au passable. […] Toutes ces œuvres d’art sont bien écrites, bien peintes, bien sculptées ; et ce n’est rien du tout »… – Sur l’Art dans ses rapports avec la Raison : « Nos cathédrales seraient bien laides si elles n’avaient pour nous plaire que les statues des saints et des rois, ou les monstres des gargouilles. Mais tous ces ornements faits pour plaire sont heureusement perdus dans l’ensemble. Ce sont les lignes tout à fait simples sévères et dénudées de la grande nef qui sauvent tout. Moins une cathédrale est ornée plus elle est belle quand elle est belle. […] La superstition fut le premier moteur, j’en conviens ; mais c’est la Raison qui fut l’architecte »

Émile Chartier dit ALAIN (1868 1951). 3 manuscrits autographes signés, Propos d’un Normand, [1908 19…
Live
Enchère terminée

N° 5
Jacques AUDIBERTI (1899-1965). Manuscrit autographe ; 8 pages in-4 numérotées I-VIII (fentes, bords effrangés et taches en 1ère page).
Méditation fantaisiste, avec de nombreuses ratures et corrections. « La raison d’être du monde, chaque religion, chaque philosophie l’enferme dans une calebasse particulière, cafetière atomiste, burette jésuite, gourde marxiste. Tout comme l’eau, la raison d’être du monde se prête, elle se plie aux contours, même les plus saugrenus, de la vaisselle qui l’incarcère. Mais, son profil personnel ? Quel est-il ? Son portrait ? Comment l’obtenir ? Qu’il s’agisse de l’eau, qu’il s’agisse de la raison d’être du monde, le mieux, pense l’abhumaniste, le mieux serait de verser la fluide matière à même une solidité plate, lisse, imperméable. Qu’elle s’y répande sans gêne ! Nous tiendrons pour son effigie exacte et suffisante la forme qui, là, se dessinera. Et aussitôt, livrée à l’étalement excentrique horizontal, la raison du monde envahit la plateforme glissante si nous l’épanchâmes. De s’étendre, de s’élargir sans limite la nappe liquide s’amincit. Elle s’amincit jusqu’à s’évanouir. Adios ! La table redevient sèche. Notre soif agenouillée caresse de la langue cette surface d’aridité. Devons-nous vivre à quatre pattes ? Non ! debout ! La surface se lève en même temps que nous »… Etc. Le manuscrit est resté inachevé (ou incomplet de la fin).
On joint une L.A.S. de Marcel AYMÉ, Paris 5 juillet 1933, [à Max Fischer] (1 p. in-4), le remerciant de son livre Détours : « j’ai fort apprécié la fine observation des choses et des gens, que vous présentez sous un aspect neuf, le rebondissement des idées et des images mêmes »...

Jacques AUDIBERTI (1899 1965). Manuscrit autographe ; 8 pages in 4 numérotées I VIII (fentes, bords …
Live
Enchère terminée
Live
Enchère terminée
Live
Enchère terminée

N° 14
Jean BLANZAT (1906-1977). 3 L.A.S. et 1 L.A., 1932-1934 et s.d., à Eugène Dabit ; 7 pages in-4 ou in-8, une adresse.
Gonesse. Il serait heureux de le connaître et discuter des points qui les séparent : « Je crois au reste que ces divergences sont plus apparentes que profondes »… Puis, à propos de l’un de ses romans : « Je suis de votre avis et de celui de Guéhenno. La culture multiplie les individualités […], et Gide l’a dit, s’instruire, progresser c’est réaliser ses dissemblances »… Bel Air 2 août 1932. « Comme je comprends la plénitude de votre vie actuelle : le soleil, la mer, et les habitudes les plus simples, les plus immédiates. J’admire que vous ayez tout de même la force de travailler. Moi, avec bien moins, avec seulement les arbres, le temps chaud, la suggestion de la vie courante, je ne l’ai pas et je me demande si je pourrai l’avoir encore… […] vous restez un témoin non récusable de toute ma vie »… S.d. Après sa visite, « les choses sortent du quotidien pour prendre une signification plus grande. Vous êtes redoutable aux paresseux […] Vos paroles suscitent en nous deux des commentaires passionnés, des admirations et aussi des réfutations violentes et instinctives »… 18 février 1934. Longue lettre sur Un mort tout neuf : « Je suis sûr que c’est le plus accompli de vos livres, le plus serré, le plus fort ; et c’est sans doute aussi le plus beau. […] Il y a d’abord une vraie perfection technique. Avec un peu de cruauté, vous m’avez dit combien le mien livre, manquait de soin, d’attention, de travail et j’étais désolé, parce que précisément je tiens beaucoup à ce contrôle permanent des forces, à ce rassemblement d’énergie intellectuelle dont votre roman est précisément un exemple »… On joint le n° de Livres de France à lui consacré (avril 1965).

Jean BLANZAT (1906 1977). 3 L.A.S. Et 1 L.A., 1932 1934 et s.D., à Eugène Dabit ; 7 pages in 4 ou in…
Live
Enchère terminée

N° 15
Maurice BLONDEL (1861-1949) philosophe. 9 L.A.S., 1 L.S. et 3 cartes a.s., 1912-1948, à Armand Chambon ; 28 pages et demie formats divers, qqs adresses.
Correspondance à un ancien élève. Loctudy 8 août 1912. Félicitations sur sa licence de philosophie, et son projet de faire une licence d’histoire. « Vous ne doutez pas de l’intérêt affectueux avec lequel je suivrai toujours les progrès de votre carrière »... Quincy par Montbard 21 septembre 1913. Vœux pour son avenir ; regrets sur l’« étroitesse incurable des conditions matérielles » de l’enseignement libre... Aix 16 octobre 1913. Il lui propose de donner « quelques leçons d’histoire à un adolescent, de santé délicate »... 28 février 1915. « Je m’unis de cœur à votre peine, à vos prières, à vos espérances chrétiennes, la seule consolation véritable que la mort puisse nous laisser »... 27 janvier 1921. Critiques et conseils après lecture de sa dissertation sur le problème « trop vaste » des conséquences de l’industrialisme ; il faut « concentrer votre réflexion sur les points essentiels », etc. « J’espère que vous pouvez étudier les auteurs philosophiques que vous avez entre les mains, & que vous ne trouvez pas trop de difficultés à les comprendre »... Saint-Seine-sur-Vingeanne 4 septembre 1921. Devant les « difficultés incroyables de découvrir une situation », Blondel va recommander Chambon à un ancien collègue de Lille, Petit-Dutaillis [inspecteur général de l’enseignement secondaire en histoire]... Magny-la-Ville (Côte d’Or) 25 août 1922. Il analyse la situation de Chambon, et s’interroge sur les possibilités d’un poste aux Arts et Métiers de Vierzon, ou de leçons à Rome. « J’espère que la Providence vous guidera vers la meilleure solution, en récompense de votre dévouement, de votre labeur, de votre délicatesse »... 30 septembre 1922. Souhaits de bienvenue à ses nouvelles fonctions de professeur de littérature à l’école régionale de Vierzon... Aix 11 décembre 1922. Vœux après sa nomination aux Arts et Métiers de Cluny. « Je suis remplacé pour l’année à la Faculté par M. Goblot (de Lyon) qui fait des conférences de 2 h½. J’admire ce zèle »... Aix 16 janvier 1923. « Je connais ce vénérable Cluny & je vous suis par l’imagination comme par l’affection dans ces vastes & vénérables bâtiments. Vous saurez vous faire estimer & apprécier [...] Je corrige les épreuves de mon livre sur Ollé-Laprune & je rédige la Pensée »... 15 janvier 1924. Nouvelles familiales, et du « branle-bas » à Aix dans les milieux éducatifs catholiques... 20 février 1948. Félicitations sur son fils Yves Chambon, jeune docteur en médecine. « Nous voici ce matin sous une chute de neige assez abondante et ma santé, si précaire en ma 87ème année, m’oblige à d’extrêmes précautions, d’autant plus que j’ai été pris d’une bronchite aiguë qui m’éprouve beaucoup et m’arrête complètement dans mon travail »... On joint 2 enveloppes autogr. ; une carte-souvenir à son effigie, et qqs lettres de Léopold d’Or relatives aux Amis de Maurice Blondel (1949-1950) ; plus un poème a.s. de César Santelli, L’Enfant malade.

Maurice BLONDEL (1861 1949) philosophe. 9 L.A.S., 1 L.S. Et 3 cartes a.S., 1912 1948, à Armand Chamb…
Live
Enchère terminée
Live
Enchère terminée

N° 17
Henry BORDEAUX (1870-1963) écrivain. 90 L.A.S. et un manuscrit autographe, Thonon-les-Bains, Annecy, Cognin près Chambéry, Paris, Genève, Port-Cros 1894-1913, à Jules Huret, rédacteur au Figaro ; environ 180 pages formats divers, qqs adresses et enveloppes.
Importante correspondance littéraire et journalistique. Appréciation des offres de service du rédacteur du Figaro : souhait d’un mot sur ses Âmes modernes par Philippe Gille, d’une intervention auprès de Calmette pour connaître le sort de son article sur des livres de Bourget et Loti, d’une référence à son étude sur le théâtre de Jules Lemaitre, etc. Primeur de la candidature du marquis Costa de Beauregard au fauteuil académique de Camille Doucet, avec profil biographique... Appréciation pour son Enquête sur la question sociale en Europe, « autrement intéressant que l’Enquête sur l’évolution littéraire où ne se manifestaient que de petites vanités », quoique les préfaces [de J. Jaurès et P. Deschanel] soient banales. « L’article de Mirbeau sur vous n’avait rien d’extraordinaire. Il était inutile pour souligner la teneur de vos interviews d’en faire des caricatures » (28 décembre 1896)... Bordeaux évoque ses articles, ses projets de romans et nouvelles, et ses propres publications (Âmes modernes, Le Pays natal, La Peur de vivre, Paysages romanesques…). Nombreuses références à sa vie et ses promenades savoyardes, à la solitude de la vie en province, à des échanges de livres et à ses voyages à Paris (demandes de places au spectacle)... Il est question de l’affaire Dreyfus (allusions à Méline, Picquart, Bertillon, Charavay, Henry etc.) : « Je ne dis pas comme vous que Dreyfus est innocent et Esterhazy coupable, parce qu’il faudrait croire à une aberration mentale de tant de gens », mais il reconnaît les aspects louches de l’affaire. « S’il a été condamné illégalement [...] n’aurait-on pas mieux fait de réviser son procès que de faire le procès Zola ? Ah ! Que ce Zola a donc été maladroit, si l’on peut jeter encore la pierre à un homme ainsi passé ! Qu’il a été maladroit d’entasser les violences et d’accuser de mauvaise foi tant d’officiers [...] ! Et que penser de l’interprétation insensée de ce débat tout individuel, qu’on a remplacé par des entités comme la Patrie et la Justice au nom desquelles les hommes se battent » (dimanche [février 1898])... Le verdict l’a attristé profondément : « Comment concilier cette condamnation avec Esterhazy auteur du bordereau ? [...] La presse dite nationaliste portera le poids de l’aberration mentale dont sont frappés tant de gens aujourd’hui ; on verra quelle France nous feront les Drumont et les Rochefort » (20 septembre 1899)... On rencontre aussi les noms de Paul Adam, Henry Bataille, Émile Berr, Alfred Capus, Maurice Donnay, Jacques des Gachons, Urbain Gohier, Henry Houssaye, Étienne Lamy, Jean Lorrain, Guy de Maupassant, Eugène de Vogüé, etc. Manuscrit d’un article Indiscrétions académiques.
On joint 7 cartes de visite autogr. ; plus la minute a.s. d’une réponse d’Huret (1913).

Henry BORDEAUX (1870 1963) écrivain. 90 L.A.S. Et un manuscrit autographe, Thonon les Bains, Annecy,…
Live
Enchère terminée

N° 20
André BRETON (1896-1966). Tapuscrit avec corrections autographes, La Paix par nous-mêmes, [décembre 1948] ; 4 pages in-4.
Manifeste pacifiste en soutien à l’action de Garry Davis, le « citoyen du monde », publié dans le quotidien de gauche Franc-tireur du 9 décembre 1948. Ce tapuscrit, double carbone, présente 5 additions ou corrections à l’encre bleue, chacune de plusieurs mots, de la main d’André Breton.
Breton commence par paraphraser Charles Fourier en disant : « Les terribles événements qui ont signalé la première partie du vingtième siècle ne sont que des bagatelles en fonction de ceux qui se préparent. Le monde touche à une catastrophe d’un tel ordre qu’on peut espérer que sa seule appréhension sera de force à imposer la paix perpétuelle. Il n’y a rien d’excessif à interpréter ainsi à la fois le cri d’alarme réitéré des savants atomistes et l’irrésistible mouvement de masse qu’a déclenché le geste symbolique de Garry Davis » (qui avait déchiré son passeport)… Breton cite Albert Einstein, pour affirmer la nécessité de « changer notre façon de penser » et « refaire l’entendement humain », malgré « les conformismes de gauche comme de droite », pour aller vers « la réorganisation de l’humanité sur une base organique », et éradiquer « ce nationalisme ivre et encore avide de sang […] cet impérialisme rival du coca-cola et du marxisme dénaturé »…
On joint 2 tracts imprimés : Déclaration de Garry Davis premier citoyen du monde à l’Assemblée générale des Nations Unies le 19 novembre 1948, avec au dos la Liste de soutien du cas Garry Davis, et Les Surréalistes à Garry Davis, février 1949, tous deux portant le nom d’André Breton parmi les signataires.

André BRETON (1896 1966). Tapuscrit avec corrections autographes, La Paix par nous mêmes, [décembre …
Live
Enchère terminée
123..23>