Filtres

199 Résultats

N° 1
FRANCE Anatole (1844-1924)
Lettre autographe signée Anatole France - Encre sur six pages papier numérotées en chiffres romains par l'auteur en haut à gauche - 24,9 x 18,8 cm - raturé et corrigé par l'auteur - Préface pour "Vieux Péchés" du Docteur Joseph-Jules Garat (1820-1907)
Préface
Cher Monsieur,
Vous souviens-il de nos promenades du soir, sur les coteaux couverts de vignes renaiffantes, quand, levant les yeux vers votre beau ciel d'Aquitaine, vous nommiez par leur nom les étoiles, à mesure qu'elles paraiffaient dans l'azur?Vous nous répétiez (avec une aimable éloquence) tout ce (qu'on sait des) que saveurr (les hommes) de ces illustres étrangères les savants et les bergers, et il vous arrivait parfois de nous réciter quelque jolie fable, quelque conte ingénieux dont on devinait que vous étiez l'auteur.
Et nous vous difions : Docteur, récitez nous encore une fable, encore un conte." Vous le faisiez volontiers pour nous être agréables et aussi parce que vous êtes poéte et que les poétes difent naturellement leurs vers.
Le lendemain matin on vous rencontrait dans les près humides, cueillant des fleurs dont vous nous contiez bien joliment la vie et les amours. Vous aviez encore dans votre souvenir quelque mignon poémes sur ce sujet et vos vers trahissaient un si tendre amant de tout ce qui est beau qu'on pensait bien, en les écoutant, que vous aviez respiré toutes les fleurs de la nature, même les ardentes fleurs qu'il est à la fois si doux et si cruel d'aimer (...). C'est notre civil Euripide qui le dit cher Docteur! La plus charmante et la meilleure des hôteffes vous taquinait un peu la deffus ; tous en aiguillons délicat votre esprit l'animait et vous nous difiez avec un mélange exquis de douceur et de vivacité, les plus jolies choses du monde.
Puis, vous ajoutiez avec un sourir "je suis un grand père!"
Et, pour nous le prouver vous nous difiez quelque fable dédiée à vos petit enfants. La fable était excellente; vos petits enfants sont très beaux. Heureux poéte, heureux grand père!
J'aime beaucoup vos vers, cher Docteur; je les aime parce que vous les donnez comme un arbre donne des fruits, et qu'il est vifible qu'ils ne vous ont couté ni peine ni contrainte. Je les aime parce qu'ils parlent aifément de toutes les belles chofes de la vie. Tous ne sont pas d'un grand-père. Cela doit tenir à ce que vous ne l'avez pas toujours été.
Il y a des gens qui naiffent vieux. Vous, cher docteur, vous resterez toujours jeune. C'est un don des muses. Médecin et poéte, vous me faites songer à ce nicois à qui Théocrite écrivait "Ni les onctions ni les poudres ne sont un remède à l'amour. il n'en est d'autre que les Muses. Ce remède, qui allège et réjouis est acceffible aux hommes, mais il n'est pas facile de l'acquérir. Tu le connais, étant médecin et très cher aux neuf soeurs."
Vivez, chantez et croyez moi votre ami.
Anatole France

FRANCE Anatole (1844 1924) Lettre autographe signée Anatole France Encre sur six pages papier numéro…
Estimation - 400 - 600 €
Vasari Auction - Bordeaux, France
Online
Enchère actuelle 
300 € *
123..10>