Bandes dessinées

Bandes dessinées

Filtres

Choisir une date

Ajouter un mot-clé

Types

Opérateurs de ventes

Lieux de ventes

N° 685
[FONDS MARTIN'S OF SAVOIE] - lots 667 à 686 - GIBSON Charles Dana. Americans New York, R.H. Russell publisher, London, John Lane, Press of the J.W.Pratt & Co., New York, 1900. In-folio à l'italienne (45 x 30 cm), percaline éditeur illustrée, reliure un peu salie. Album de 84 planches en noir et blanc, scènes amusantes de l'éternel féminin en Amérique au tournant du siècle. La " Gibson girl ", premier prototype de la beauté américaine, reste la création la plus célèbre de ce talentueux dessinateur américain (1867-1944). NOTE HISTORIQUE : Nés respectivement en 1857 et 1866 à Albertville en Savoie, les frères Jean-Baptiste et Jean-Louis MARTIN eurent des destins peu communs - voire romanesques - lesquels les conduisirent de par le monde et, plus particulièrement, aux Etats-Unis et en Afrique du Sud. Le premier, très jeune, embrassa une carrière dans l'hôtellerie. Tout à tour sommelier à Turin puis directeur d'hôtel à Colon au Panama durant la construction du canal, il s'installa à New-York en 1883. Là, il fit l'acquisition de l'ancienne " Pension Larue " (sur l'University Place à Greenwich Village) devenue " Hôtel du Panama " avant que de n'être rebaptisée " Hôtel Martin ", du nom de son nouveau propriétaire (à sa place se dresse à présent l'immeuble La Fayette).Dans ce nouvel écrin - salué par la presse et par le tout New-York pour son charme particulier et son atmosphère si française - Jean-Louis MARTIN reçut les plus grands dont Auguste BARTHOLDI en 1886 venu de France pour l'érection de la Statue de la Liberté. Plus tard, il le céda à l'un de ses employés alors qu'il se portait acquéreur d'un nouvel espace sur la 5e avenue. Il confia la décoration de ce dernier - composée d'une frise de vingt-six panneaux monumentaux - à William DE LEFTWICH DODGE. L'établissement ouvrit ses portes en 1902 sous le nom de " Café Martin " et connut, lui également, un beau succès. Connaissant de graves ennuis de santé, il abandonna son activité, puis devint représentant pour les vins de Bourgogne avant que de ne s'éteindre le 22 juin 1918 en son domicile du 390 West End Avenue à Manhattan. De nos jours, encore, son souvenir demeure. D'ailleurs, une rue d'Albertville porte son nom. Le second ayant vécu - dans un premier temps - aux Etats-Unis, se maria en 1893 avec Marie-Louise DUSSANTOY, rencontrée peu avant à la " World's Columbian Exposition ". Le 5 février 1894, les époux embarquèrent pour une longue croisière qui les mena à Johannesburg en Afrique du Sud où ils vécurent sous une " nouvelle identité " : Louis et Renée MARTIN. Là, ils furent les témoins privilégiés de la " Seconde Guerre des Boers ". Ayant pris parti pour la cause de ces derniers, le couple fut contraint de quitter prestement le pays en 1908 à bord du paquebot " AMERIKA " à destination de New-York. Marchant dans les pas de son frère aîné, Louis y fit l'acquisition d'un emplacement - sis au croisement du 1457-1463 Broadway et de la 42e rue - dont il fit le " Café de l'Opéra ". Ouvert en 1910, il fut fermé pour faillite dès 1913, conduisant les époux à rejoindre leur Savoie natale dès 1914, où il semblerait qu'ils vécurent le restant de leur vie. Nous présentons dans notre vacation un ensemble de lots attestant de ces parcours hors du commun et les illustrant.

[FONDS MARTIN'S OF SAVOIE] lots 667 à 686 GIBSON Charles Dana. Americans New York, R.H. Russell publisher, London, John …
Live
Enchère terminée