Médailles et insignes

Médailles et insignes

Filtres

Choisir une date

Ajouter un mot-clé

Types

Opérateurs de ventes

Lieux de ventes

N° 9
GRÈCE Ordre du Sauveur Créé à Argos, le 31 juillet 1829, par la Quatrième Assemblée Nationale des Hellènes, l'ordre ne fut officiellement institué que le 22 mai 1833 par le roi Othon. Il commémorait, selon l'article 1 des statuts, la libération de la Grèce avec l'aide de Dieu, et il honorait les combattants de la guerre d'Indépendance et les philhellènes. Premier des ordres grecs, il est divisé en cinq classes. Croix d'or de chevalier (4e Classe) du 1er modèle dit d'Othon (1833-1862), à huit pointes émaillées blanc. Le centre de l'avers, en or en deux parties, porte le profil droit du roi Othon dans la légende sur émail bleu ciel « OTHON ROI DE GRECE », avec petite étoile (petit éclat). Sur le revers émaillé bleu ciel, le blason de la Grèce portant les armes de Bavière est entouré de la légende : « QUE TA MAIN DROITE SOIT GLORIFIÉE, O SEIGNEUR ». Entre les bras de la croix, une couronne de laurier émaillée est placée proche du centre. Couronne royale en or, articulée sur deux anneaux, surmontée d'une orbe crucifère traversée par l'anneau de suspension qui est fixe, uni et poinçonné de WEISSHAUPT à Hanau. Ruban court de soie bleu ciel à étroites bordures blanches. Largeur : 29 mm - Hauteur : 43 mm - Poids : 9,4 g. Kassel, deuxième tiers du XIXe siècle. TTB Voir l'illustration p. 5 Note - Othon de Wittelsbach (1815-1867), deuxième fils de Louis Ier roi de Bavière et philhellène convaincu, débarqua en Grèce, en février 1833. Roi des Hellènes imposé et maladroit, il fut renversé en octobre 1862. Durant son règne, seulement 488 croix de Chevalier de 4e classe furent décernées à des Philhellènes. Le décret de 1833 limitait l'attribution de cette croix à 120 citoyens grecs. L'article 8 de ce même décret faisait obligation, à la mort du récipiendaire, de retourner les insignes à la maison royale ou au ministère des Affaires Étrangères. Ainsi le nombre d'insignes fabriqués est bien inférieur à celui des nominations.

GRÈCE Ordre du Sauveur Créé à Argos, le 31 juillet 1829, par la Quatrième Assemblée Nationale des Hellènes, l'ordre ne f…
Enchère terminée

N° 10
ROYAUME-UNI Ordre Royal de Victoria Établi par la reine Victoria, le 21 avril 1896, il fait partie du système honorifique britannique et du Commonwealth, et il récompense les services insignes ou personnels rendus au souverain ou à la famille royale. Il est décerné par le souverain sans consultation du Premier Ministre. L'ordre est divisé en cinq classes : Chevalier ou Dame grand-croix (Knight / Dame Grand Cross, abrégé en GCVO), Chevalier ou Dame commandeur (Knight / Dame Commander, abrégé en KCVO/DCVO), Commandeur (Commander, abrégé en CVO), Lieutenant (Lieutenant, abrégé en LVO), Membre (Member, abrégé en MVO). Les grand-croix et commandeurs ont le droit de placer le prédicat honorifique Sir ou Dame devant leur nom. Il n'y a pas de quotas pour l'admission dans l'ordre. Grand manteau de cérémonie de chevalier grand-croix (GCVO) de Louis Ernest, 9e Prince de Ligne (1854-1918), en satin bleu foncé, bordé de rouge écarlate (manque les cordons), complet de son ornement à nouer sur l'épaule droite. La plaque de l'ordre (H : 21,5 cm) en broderie d'applique en relief (quelques pliures et accrocs) est cousue sur le côté gauche : étoile à huit pointes, formée de rayons décroissants recouverts de lames argent et bordés d'un jaseron, sur laquelle est appliquée une croix à huit pointes en velours de soie blanc bordée d'un triple jaseron doré ; le centre ovale en velours cramoisi porte le chiffre royal VRI (Victoria Regina Imperatrix) brodé or et est entouré d'un ruban en tissu cannelé bleu, surmonté de la couronne impériale, avec VICTORIA brodé d'or en exergue. La doublure est en ottoman blanc portant la griffe de Wilkinson & Son / late / John Hunter / Tailors & Robe makers / to his Majesty / 34 & 36 Maddox street / Hanover square / London / - / Prince / Louis de Ligne?. Hauteur : 196 cm. Angleterre, Londres vers 1911. 7 Provenance : garde-robe des princes de Ligne au château de Beloeil, province de Hainaut. Note - La Maison de Ligne remonte au XIe siècle et est ainsi l'une des plus anciennes familles nobles belges et parmi les plus prestigieuses. Louis (1854-1918) fut, au décès de son grand-père en 1880, le 9e prince de Ligne et du Saint-Empire, prince d'Amblise et d'Épinoy, Grand d'Espagne. Il était cousin germain de la reine Victoria. À l'occasion de la visite à Windsor de S.M.I. le prince Hiroyasu Fushimi (1875-1946), le 25 janvier 1910, le roi Édouard VII (1901-1910) nomma deux Grand-croix honoraires (GCVO) : le fils du mikado du Japon et S.E. Louis de Ligne, Ambassadeur extraordinaire d'Albert I roi des Belges (1909-1934). Bien que l'ordre Royal de Victoria fût institué en 1896, le manteau pour les grand-croix fut instauré par le roi Georges V (1910- 1936) qui voulait le voir porté lors des cérémonies de son couronnement, le 22 juin 1911. Par lettres du 22 avril 1911, toutes les missions diplomatiques du Royaume-Uni à l'étranger furent instruites d'informer les chevaliers grand-croix honoraires de l'ordre qu'un manteau était institué. Sa réalisation fut assurée par Wilkinson et Collingwood de Londres.

ROYAUME UNI Ordre Royal de Victoria Établi par la reine Victoria, le 21 avril 1896, il fait partie du système honorifiqu…
Enchère terminée

N° 11
RUSSIE Ordre impérial de Sainte-Anne Fondé à Kiel le 14 février 1735, par le duc Frédéric de Schleswig- Holstein en mémoire de son épouse Anna Petrovna, fille de Pierre le Grand, cet ordre ne comportait qu'une seule classe. Leur fils, prince héritier puis empereur Pierre III, conféra cet ordre à des Russes dès 1742. Ce fut l'empereur Paul Ier (1796-1801) qui, le 15 avril 1797, l'intégra aux ordres russes et le divisa en trois classes. En 1815, Alexandre Ier ajouta une quatrième classe. Cet ordre récompensait une longue et méritante carrière au service de l'État ou dans l'armée, et pouvait être décerné à des étrangers. 11 Croix de 2e classe à titre civil, en or et émail (manque un fleuron), poinçon de titre 56 sur la bélière (partiel), de l'orfèvre Edouard et de l'essayeur BA (V.Dietwald), cravate non montée, dans un écrin en toile bordeaux frappé de l'aigle impériale et de la légende en russe STE ANNE 2CL. Largeur : 44 mm - hauteur : 49 mm - poids : 16,15 g. Russie, début du XXe siècle. TB à TTB Ordre impérial et royal de Saint-Stanislas Ordre Polonais fondé, le 7 mai 1765, par le roi Stanislas Auguste Poniatowski (1732-1798), en l'honneur de saint Stanislas (1030- 1079), évêque de Cracovie, patron de la Pologne, il est composé de trois classes. Après l'annexion du Grand Duché de Varsovie, l'empereur Alexandre Ier continua de conférer l'ordre aux Polonais méritants. Mais, après l'insurrection de 1831, Nicolas Ier (1825-1855) l'incorpora aux ordres russes.

RUSSIE Ordre impérial de Sainte Anne Fondé à Kiel le 14 février 1735, par le duc Frédéric de Schleswig Holstein en mémoi…
Enchère terminée

N° 14
SUÈDE Plaque du chapitre d'un ordre ou d'une assemblée maçonnique, en broderie d'applique en relief, formant une croix à huit pointes dont les bras sont recouverts de lames argent bordées d'un jaseron et sont soulignés d'une large bordure de paillettes argent fixées à la cannetille. Le mince cordonnet argent du pourtour forme une boucle à l'extrémité des pointes pour une fixation cousue sur l'uniforme ou l'habit. Les bras de la croix sont anglés de six courts rais en milanaise dorée sous une couchure de filé or. Le centre, bordé de paillettes dorées, est très bombé et recouvert d'une soie Gros de Tours bleu ciel qui est brodée des lettres C. J : (Charles Jean) sous couronne royale et audessus de la date 5/12 1814. Au revers, est collé un papier blanc, (pliure à l'extrémité de certaines pointes ayant endommagé les broderies). Largeur : 94 mm. Suède, début du XIXe siècle. TB Note - Jean-Baptiste Jules Bernadotte (Pau 1763- Stockholm 1844) fut Maréchal d'Empire en 1804 et Prince de Pontecorvo en 1806. Avec l'assentiment de l'Empereur Napoléon, il fut adopté par le roi Charles XIII de Suède (1748-1818), et devint Prince héréditaire de Suède, en 1810, sous le nom de Charles-Jean. En 1814, il annexa la Norvège à la Suède. Il fut couronné roi de l'Union des royaumes de Suède et Norvège, en 1818, en prenant le nom de Charles XIV Jean. Cette plaque s'inspire de celle des Chevaliers de l'ordre des Séraphins, le très exclusif et premier des ordres Suédois.

SUÈDE Plaque du chapitre d'un ordre ou d'une assemblée maçonnique, en broderie d'applique en relief, formant une croix à…
Enchère terminée

N° 20
Ordre du Croissant Organisée et hiérarchisée par le sultan Sélim III en 1801, cette distinction était réservée aux militaires et diplomates étrangers. S'il était généralement admis en Occident que cet « ordre » se divisait en trois classes, dans l'esprit des Ottomans, il s'agissait d'une décoration, « nishan », dont la qualité et la richesse étaient déterminées par les grades et fonctions du récipiendaire. Décoration en or, ronde à bordure ciselée de rameaux liés et noués ; les centres émaillés rouge présentent : à l'avers, sur un guillochage rayonnant, le croissant de lune et l'étoile à cinq pointes émaillés blanc, et au revers, sur un guillochage circulaire, la tughra du sultan Sélim III surmontant la date 1801 dans un cartouche à l'exergue ; la tranche est filetée. Elle est surmontée d'un turban articulé en argent à tarbouche émaillé vert et sommé d'un croissant ; anneau lisse poinçonné à la tête de coq ; ruban à bouffette de couleur rose thé (décoloré), complet de son système de fixation à boucles en argent. Largeur : 23 mm - hauteur : 40 mm - poids brut : 12,25 g. France, avant 1819. TTB à SUP Note - Il ne fut décerné qu'à seulement une dizaine d'officiers et diplomates Français, vers 1806, qui firent fabriquer en France des insignes plus en rapport avec l'idée qu'ils se faisaient d'un ordre de chevalerie. Ils sont de deux types : ceux sans date sont en forme de soleil , sommé d'un turban au tarbouche arrondi (cf. Honneur et Gloire, les trésors de la collection Spada, pp. 286-287, et Anne de Chefdebien, L'Égypte et les Décorations, p.8) et ceux copiés sur la médaille de 1801, enrichis d'émail rouge et suspendus à un turban au tarbouche carré (notre exemplaire, et pour un dessin cf. vicomte Grouvel, Les corps de troupe de l'Émigration Française, 1789- 1815, T1, p.161).

Ordre du Croissant Organisée et hiérarchisée par le sultan Sélim III en 1801, cette distinction était réservée aux milit…
Enchère terminée

N° 37
Ordre du Chéfakat Fondé le 25 septembre 1878 par le sultan Abdul-Amid II (1842- 1876-1909-1918), cet ordre était réservé aux femmes. Le nom Chéfakat, souvent traduit par « charité », signifiait aussi « compassion » ou « tendresse ». Cet ordre était divisé en trois classes. Les insignes de l'ordre furent luxueusement travaillés et richement gemmés. Le sultan en fit un usage diplomatique car, symbole d'un luxe exotique, l'ordre fut très recherché de l'élite féminine turque et européenne, dés sa création. Il disparut avec le sultanat en 1922. Étoile de 2e classe, en or à cinq pointes pommetées émaillées rouge, anglées de neuf rayons d'or, sertis de diamants taillés en rose, sur lesquels repose une guirlande de laurier émaillé et fruité de pierres roses ; le médaillon central en or est frappé de la tughra du sultan Abdul-Amid II et de la date 1295 (1878) ; le pourtour émaillé vert porte la légende en turc de l'ordre, en trois cartouches : Charité - Dévotion - Assistance ; le revers uni est orné d'une étoile à cinq branches dans une couronne de laurier rapportée ; le croissant et l'étoile émaillés rouge (manque) forment la bélière, sommée d'un long passant à double épingle de suspension ; complet de son noeud en ruban ; dans son écrin recouvert de velours de soie vermillon (fusé) chargé d'une étoile et d'une couronne de laurier en bronze doré. Largeur : 56 mm - hauteur : 75 mm. Turquie, fin du XIXe siècle. TTB à SUP

Ordre du Chéfakat Fondé le 25 septembre 1878 par le sultan Abdul Amid II (1842 1876 1909 1918), cet ordre était réservé …
Enchère terminée