Bijoux homme

Bijoux homme

Filtres

9845 Résultats
Du
Au

N° 495
Bague chevalière ornée d’une intaille aux Grandes Armes du Prince de Talleyrand Ovale, en cornaline, gravée des Grandes Armes du Prince, ceintes des colliers de la Légion d’honneur et de la Toison d’Or. Montée anciennement sur une forte chevalière en or. Poinçon tête d’aigle et poinçon d’orfèvre « B.P ». Dimensions de l’intaille : Longueur : 3 cm - Largeur : 2,5 cm - Hauteur : 2,5 cm - Poids brut : 32 g A.B.E. (Un éclat restauré). Epoque Restauration (vers 1814-1820). Ces armes, qui ne sont plus celles de l’Empire, sont les suivantes : « De gueules à trois lionceaux d’or armés, lampassés et couronnés d’azur ». La présence des colliers de la Légion d’honneur et de la Toison d’Or (et donc l’absence du collier du Saint Esprit) nous permettent de dater cette intaille vers 1814-1820, date de la nomination de Talleyrand dans le plus prestigieux des ordres royaux. Biographie : Charles Maurice de Talleyrand-Périgord (1754-1838) Pied-bot de naissance ou par accident, il renonce au métier des armes et se rabat sur la carrière ecclésiastique. Lecteur des philosophes, franc-maçon, il ne change rien à sa vie libertine et obtient néanmoins du roi l’évêché d’Autun (1788). Député du clergé aux États généraux (1789), il rompt avec l’Église après avoir soutenu la Constitution civile du clergé (1790). Réfugié en Angleterre puis aux États-Unis (1794-1796), il est ministre des Relations extérieures du Directoire, puis du Consulat et de l’Empire : il inspire le traité de Lunéville (1801), le Concordat (1801), la paix d’Amiens (1802) et le traité de Presbourg (1805). Opposé à la rupture avec l’Autriche, il est déchu de ses fonctions (1807). Ayant poussé le tsar Alexandre Ier à ne pas soutenir Napoléon Ier contre l’Autriche lors de l’entrevue d’Erfurt (1808), et soupçonné d’intrigue avec Fouché pour renverser l’Empereur, il est disgracié en 1809. Devenu chef du gouvernement provisoire (1814), il fait voter par le Sénat la déchéance de Napoléon Ier et la proclamation de Louis XVIII. Ministre des Affaires étrangères sous la première Restauration, il joue un rôle essentiel au congrès de Vienne (1814-1815). De nouveau chef du gouvernement (juillet-septembre 1815), il passe, à la fin de la seconde Restauration, dans l’opposition libérale. Louis-Philippe fait de lui son ambassadeur à Londres.

Bague chevalière ornée d’une intaille aux Grandes Armes du Prince de Talleyrand Ovale, en cornaline,…
Live
Enchère terminée
123..197>