Appliques

Appliques

Filtres

Choisir une date

Ajouter un mot-clé

Types

Opérateurs de ventes

Lieux de ventes

N° 145
EXCEPTIONNELLE PAIRE D'APPLIQUES A DEUX BRAS DE LUMIERE en bronze ciselé et doré, le corps de l'applique est composé d'une lyre terminée par un masque de satyre, d'où partent deux branches terminées par une bobèche ornée de fruits et pampres. Une guirlande de grappes de raisin et de feuilles de vigne réunie les deux branches. La lyre est retenue par des festons de laurier sur lesquels viennent s'enrouler un serpent, le tout sommé par un noeud de rubans. Paris vers 1780 HAUT. : 64 - LARG. : 33 cm Bibliographie : -H.Ottomeyer & P.Pröschel, Vergoldete Bronzen, t.1, p.24 - J.Parker, Period rooms in the Metropolitan Museum of art, New York. 1996, p.131,132 - B.Pons, Grands décors français 1650-1800, Paris, 1995, p.132 Une paire de bras de lumière similaire est décrite en 1786 sur un pilastre en marbre du petit salon de l'hôtel de la famille des Deux-Ponts à Strasbourg puis passèrent ensuite dans leur résidence de Münich avant de rejoindre aujourd'hui le château d'Aschaffenburg. Nous retrouvons une autre paire similaire dans la dispersion de la collection Bardac vendue le 8 décembre 1927 sous le n°74 à l'hôtel Drouot (reproduction au catalogue) Une paire très approchante est également conservée dans la Wrighstman Collection à New York. Nous retrouvons également deux autres paires avec une petite variante (un noeud à la place du serpent) qui sont exposées sur la boiserie de la salle du dais de l'hôtel Tessé (hôtel situé quai Voltaire à Paris) conservée au Metropolitan Museum de New York.

EXCEPTIONNELLE PAIRE D'APPLIQUES A DEUX BRAS DE LUMIERE en bronze ciselé et doré, le corps de l'applique est composé d'u…
Enchère terminée

N° 32
Paire d'appliques à deux bras de lumière en bronze ciselé doré et partiellement laquées, les platines chantournées à décors feuillagés. Elles présentent des bras de lumière rehaussés de fleurettes en pâte tendre de Vincennes, Chantilly et Saint-Cloud. Epoque Louis XV. Haut. : 41 cm Il suffit de se reporter au journal des livraisons du marchand-mercier Lazare-Duvaux, entre le milieu des années 1740 et la fin de la décennie suivante, pour constater le nombre important d'objets en bronze doré ornés de personnages ou de fleurettes en porcelaine monochromes ou polychromes. La plupart de ces objets étaient destinés à de riches collectionneurs parmi lesquels la marquise de Pompadour tenait une place importante. En effet, cette dernière commanda de nombreux objets montés au marchand afin de décorer ses résidences, particulièrement l'hôtel d'Evreux à Paris et son château de Bellevue. Les ventes aux enchères du XVIIIe siècle témoignent également de cet engouement : lors de la vente Beringhen, le 2 juillet 1770, sont décrits sous le numéro 173 : "Trois paires de bras à deux branches, de cuivre peint, garnis de fleurs de porcelaine" ; une dizaine d'années plus tard, lors de la dispersion de la collection de Charles de Lorraine, comte de Bar, il est fait mention de "deux petits bras de cheminée de bronze surdoré, portant chacun une bobèche de même métal, et ornés de quantité de fleurs de porcelaine de Sèvres". De nos jours quelques paires d'appliques à deux branches, ornées dans le même goût de fleurs de porcelaine, sont connues ; citons particulièrement une paire présentée lors de la vente de la collection Keck, La Lanterne, Bel Air (Sotheby's, New York, le 5 décembre 1991, lot 74) ; une deuxième passée en vente dans la collection du Dr. Dreesman (vente Christie's, Londres, le 10 avril 2002, lot 10) ; enfin une dernière, faisant partie de la collection Greenberg, a été proposée lors de la vente Sotheby's, à New York, le 21 avril 2004, lot 24. Un modèle très proche de notre paire d'appliques faisant partie de l'ancienne collection Didier Aaron est reproduit in Kjellberg, Objets montés du Moyen Age à nos jours, Les Editons de l'Amateur, Paris, 2000, p. 81.

Paire d'appliques à deux bras de lumière en bronze ciselé doré et partiellement laquées, les platines chantournées à déc…
Enchère terminée