Voitures, vélos et autres

Voitures, vélos et autres

Filtres

5248 Résultats
Du
Au

N° 158
1972 Mercedes-Benz 600 Limousine Carte grise belge Belgian carte grise Châssis n° 100 012 12002101 - Livrée neuve en France - Peinture complète après décapage total - Intérieur en état exceptionnel d'origine - The must des limousines Mercedes - Delivered new in France - Exceptional original interior - The must of Mercedes Délivrée neuve en France / Delivered new in France. La présentation au Salon de Francfort 1963 de l'impressionnante Mercedes 600 déclencha deux types de réactions : d'une part, une reconnaissance sans réserve de ses avancées techniques et de sa parfaite adéquation à son rôle de voiture de représentation et d'autre part, des critiques de la sobriété, voire de la raideur de son style. On fit bien sûr le rapprochement avec la 770 « Grosser » d'avant guerre, mais la comparaison devait s'arrêter là. La 600 réunissait tout ce que la technologie automobile du début des années 1960 pouvait offrir de plus élaboré, dont un moteur V8 à injection de 6,3 litres donnant 250 ch (DIN) et un couple de 51 m/kg capable de propulser cette voiture de 2 500 kg à plus de 200 km/h et de l'accélérer de 0 à 100 km/h en 10 secondes grâce à une boîte automatique parfaitement étudiée. Son comportement dynamique très sain et son équilibre en faisaient aussi une grande routière dont la corpulence et l'opulence ne laissaient par deviner l'efficacité. La voiture présentée, livrée neuve en France (avec accoudoir central avant comme le précise la fiche de commande) aurait été la propriété d'un grand palace parisien qui véhiculait à son bord ses plus importants clients. Avec 57 988 km au compteur, elle devint en 2002 la propriété d'un collectionneur belge, qui fit faire une peinture complète après décapage total et qui fit réviser les systèmes hydrauliques et le tableau de bord (dossier photographique). Acquise par le propriétaire actuel le 21 décembre 2006, elle affichait alors 61 424 km, elle a actuellement un peu plus de 64 000 km. Un autoradio/GPS Becker Mexico moderne a été installé pour l'agrément et la commodité. Avec un intérieur en cuir rouge orné d'une noble patine, elle se présente en très bel état général, accompagnée d'un titre de circulation belge et de sa pochette avec le manuel d'utilisateur. The presentation of the impressive Mercedes 600 at the Frankfurt Motor Show in 1963 prompted two sorts of reaction: unstinting admiration for its technical advance and perfect suitability for its rôle as an official car; and criticism of its sober, if not stiff appearance. Comparisons were naturally made with the pre-war 770 Grosser. Yet the 600 embodied early '60s automobile technology at its most sophisticated, with a V8 6.3-litre engine yielding 250bhp (DIN) and a torque of 51m/kg, capable of sending this 2500kg car to over 125mph, with 0-60mph acceleration inside 10 seconds thanks to a perfectly designed automatic gear-box. Our car, delivered new in France (with central front arm-rest as specified on the order form), belonged to a leading Paris hotel who used it for their leading clients. In 2002, with some 26,240 miles on the clock, it became the property of a Belgian collector, who ordered a complete re-spray after the bodywork had been stripped down, and had the hydraulic systems and dashboard repaired (photographs provided). It was acquired by its current owner on 21 December 2006, and has now done just over 40,000 miles. A modern Becker Mexico car radio/GPS system has been fitted for pleasure and convenience. The car has a red leather interior with a noble patina, is in very fine overall condition, and comes with its Belgian registration document and wallet containing the user's manual.

1972 Mercedes Benz 600 Limousine Carte grise belge Belgian carte grise Châssis n° 100 012 12002101 L…
Enchère terminée

N° 132
Carte grise française de collection French classic car title Châssis n° 1522011508 3 Très bon état général 3 4 vraies places 3 Utilisable au quotidien 3 Very good condition 3 4 real seats 3 Could be used as a daily driver 1971 Volkwagen 1302 S Cabriolet Proposée pour la première fois en 1949, la coûteuse Coccinelle décapotable ne fut produite jusqu'en janvier 1980 qu'à 330 000 exemplaires environ, c'est-à-dire presque rien par rapport aux 20 millions (environ) de berlines produites. C'est donc un oiseau rare et fort recherché par les amateurs de conduite grand air. Cette Volkswagen Cabriolet fabriquée par Karmann est rouge avec intérieur noir. Elle a bénéficié en 2004-2005 de gros travaux de carrosserie (facture de tôlerie pour 1 400 euros) avec changements des baguettes, joints etc. Cette séduisante voiture, saine et révisée, fonctionne bien. Elle est livrée avec son dossier de factures et sa carte grise française de collection. Although the car first became available in 1949 and was produced until January 1980, only about 330,000 models of the expensive "Beetle Convertible" were ever made, a mere drop in the ocean of some 20 million saloons. This car is therefore rare and sought after by lovers of open-air driving. This Volkswagen Saloon, manufactured by Karmann, is red with a black interior. In 2004-2005, its bodywork was extensively overhauled (invoice for sheet steel totalling 1,400) with changes of rings, joints etc. This attractive car, overhauled and in excellent condition, runs well. It comes with its file of invoices and French collector's car carte grise.

Carte grise française de collection French classic car title Châssis n° 1522011508 3 Très bon état g…
Enchère terminée

N° 134
Carte grise française French title Châssis n° ZFFFD60B000159566 3 Etat quasi-neuf avec ses 15000 km d'origine 3 Première main 3 Prix très attractif 3 Like new staing only 15000 km since new 3 One owner 3 Attractie price 2008 Ferrari 599 GTB Fiorano F1 La Ferrari 599 GTB Fiorano, apparue en 2006, masque sous des apparences de berlinette Grand Tourisme au luxe parfaitement classique un tempérament de supercar. Elle succède à la lignée des 550 Maranello, introduite en 1996, comprenant la 575 M et 575 M GTC. L'appelation Fiorano évoque le nom de la piste d'essai privée de l'usine, à Maranello, sur laquelle les plus grands pilotes de l'histoire se sont entraînés. 599 symbolise la cylindrée totale du bloc, divisée par 10. Sa mécanique, justement, est issu de la supercar Enzo, dont elle garde les spécificités mécanique à 40 chevaux près, mais le moteur y est placé à l'avant: châssis en aluminium, moteur V12 quatre arbres de 6 litres central avant donnant en souplesse 620 ch, boîte séquentielle à passage ultra rapide et vitesse de 330 km/h (sur piste évidemment), pour ne citer que l'essentiel. The Ferrari 599 GTB Fiorano, which first appeared 2006, hides the personality of a supercar behinds its classic, luxurious Berlinetta GT appearance. It is the successor to the 550 Maranello line, which was introduced in 1996 and includes the 575 M and 575 M GTC. The name "Fiorano" evokes the name of the factory's private testing strip at Maranello, where the greatest drivers in history were trained. The number "599" refers to the total cubic capacity of the engine divided by 10. Its mechanics, naturally, echo the Enzo supercar, whose specific mechanical properties of some 40 hp remain, but the engine places it ahead of that car: aluminium chassis, four-shaft V2 engine with 6 litres of central power producing a maximum of 620 hp, sequential gearbox with super-fast passage, and speeds of 330 km/h (206 mph) on the test strip at least. These are only the essential details. Cette Berlinette Grand Tourisme, dernière née de chez Ferrari, a été vendue neuve par les Ets Pozzi, concessionnaire à Levallois-Perret, le 7 mars 2008 à son propriétaire actuel qui a parcouru un peu plus de 14 000 km au volant de ce bolide raffiné. Elle est superbe dans sa livrée "Grigio Silverstone", certainement la teinte la plus élégante, avec intérieur en cuir gris clair "Daytona". Elle possède tous les aménagements prévus par le constructeur, y compris les jantes 20 pouces. Aucune grosse intervention n'a eu lieu. La piloter est un pur plaisir, chaque accélération étant simplement - dévastatrice ! Il s'agit ici d'une automobile en état quasiment neuf, un véritable régal à utiliser, au prix le plus bas du marché. A garer aux côtés de sa Daytona This Berlinetta GT, the latest creation of Ferrari, was sold new by Ets Pozzi, a dealer in Levallois-Perret, on 7 March 2008 to its current owner, who has driven a little over 14,000 km (8,750 miles) behind the wheel of this refined supercar. It is indeed "super" with its Grigio Silverstone livery, with its most elegant colours, and its Daytona light-grey leather interior. It has all the developments planned by the maker, including the 20-inch wheel-rims. There has been no major overhaul. Driving this vehicle is pure pleasure, each acceleration simply- takes your breath away! This is a nearly new vehicle, a true royal amongst cars, with the lowest price on the market. Rank it alongside its Daytona

Carte grise française French title Châssis n° ZFFFD60B000159566 3 Etat quasi neuf avec ses 15000 km …
Enchère terminée

N° 145
Carte grise française French title Châssis n° 3800108930 SANS RÉSERVE NO RESERVE 3 2ème main 3 Ex-Jean-Paul Riopelle 3 Moteur rotatif 3 Entièrement d'origine 3 Second owner 3 Ex Jean Paul Riopelle 3 Rotative engine 3 All original 1970 NSU RO 80 Réputée pour ses motos et surtout ses moteurs, la firme allemande NSU était en 1955 le premier producteur de motos du monde. Après une moisson de records du monde en 1956, la firme abandonna les deux-roues et présenta sa première automobile en 1957, la bicylindre Prinz, qui précéda une série de modèles à deux puis quatre cylindres réussis, rapides et efficaces. Depuis 1959, NSU s'intéressait au moteur à piston rotatif conçu par le Dr-Ing. Felix Wankel et en avait acquis la licence de production. En 1964, NSU frappa un grand coup en présentant son Spider équipé d'un moteur Wankel à deux rotors d'un litre de cylindrée totale développant 110 ch et un couple généreux. Le Championnat allemand de la Montagne sanctionna en 1967 cet effort technique qui mit en alerte les autres constructeurs. Cette même année la berline RO 80 à moteur birotor de 115 ch (DIN), traction avant, quatre roues indépendantes, aérodynamique très étudiée, freins à disque, direction précise, fut élue "Voiture de l'Année". L'étude, coûteuse, avait duré cinq ans et NSU dut fusionner avec Audi du groupe VW en 1969. Ce fut le début d'un lent déclin pour NSU dont les RO 80 de 1973 furent les dernières productions automobiles. Le développement du moteur rotatif fut abandonné et le choc pétrolier de 1973-74 y fut aussi pour beaucoup. Seul constructeur à continuer sur cette voie depuis 1967, Mazda imposa le moteur rotatif au Mans en 1991. Cette berline RO 80 a appartenu au grand peintre et sculpteur canadien Jean-Paul Riopelle (Montréal 1923-2002) qui vécut et produisit quarante ans en France. Sa RO 80 de 1969 acquise neuve et restée en France après son décès fut achetée et immatriculée en mai 2005 par Jean-Michel Cérède qui la confia au spécialiste du moteur rotatif Louvigné pour une révision complète et une remise en marche. Cette voiture à moteur Wankel à quatre bougies est sa deuxième RO 80, modèle qu'il apprécie pour sa technique originale, sa qualité de fabrication, son comportement dynamique, son agrément de conduite et sa rareté. Dotée d'une carte grise de collection, ce témoin d'une aventure scientifique et industrielle hors du commun ne peut qu'intéresser tous ceux qui apprécient les autos vraiment "pas comme les autres". Renowned for its motorcycles and above all its engines, the German firm NSU was, in 1955, the first motorcycle manufacturer in the world. After amassing numerous world records in 1956, the firm abandoned two-wheeled vehicles and, in 1957, presented their first car, the two-cylinder Prinz, which preceded a successful series of rapid and efficient two and subsequently four-cylinder models. From 1959, NSU became interested in the rotary piston engine designed by Doctor in Engineering Felix Wankel and obtained the corresponding manufacturing licence. In 1964, NSU pulled out all the stops with the launch of its Spider, fitted with a 1-litre cylinder, 2-rotor Wankel engine, creating 110 hp and generous torque. In 1967, the German Mountain Championship imposed sanctions on these technical efforts which alerted the other manufacturers. In the same year, the 115 hp (DIN), 2-rotor engine RO 80 saloon, with front-wheel drive, four independent wheels, carefully designed aerodynamics, disc brakes, and precise steering, was chosen as "Car of the Year". The expensive design had taken five years and NSU had to merge with Audi from the VW Group in 1969. This was the beginning of a gradual decline for NSU whose 1973 RO 80s were the last cars they produced. The development of the rotary engine was abandoned and the oil crisis of 1973-74 was also a significant blow. As the only manufacturer to continue along this route after 1967, Mazda used the rotary engine at Le Mans in 1991. This RO 80 saloon belonged to the renowned Canadian painter and sculptor Jean-Paul Riopelle (Montreal 1923-2002) who lived and worked in France for forty years. His 1969 RO 80, which was purchased as new, and remained in France after his death, was bought and registered in May 2005 by Jean-Michel Cérède who entrusted it to rotary engine specialist Louvigné for a complete overhaul and renewal. This car with a four-stroke Wankel engine is his second RO 80, a model which he values in terms of its original technique, it manufacturing quality, its dynamic behaviour, and its driving comfort and rarity. Supplied with a French car collector's carte grise registration document, this result of an unusual scientific and industrial adventure cannot fail to interest all who those who genuinely appreciate cars which are "unlike any others".

Carte grise française French title Châssis n° 3800108930 SANS RÉSERVE NO RESERVE 3 2ème main 3 Ex Je…
Enchère terminée

N° 150
Titre de circulation Belge Belgian title Châssis n° 1946795735108 3 "Ooooooh! Rock'n Roll !" 3 Un vrai dragster immatriculé 3 Un vrai cabriolet avec Hard-Top 3 Ooooooh! Rock'n Roll" 3 Registered street dragster 3 A real T-Top Corvette 1969 Chevrolet Corvette C3 Cabriolet Greenwood Dix ans après son apparition en 1953, la Corvette a réussi, grâce à des motorisations plus musclées, à trouver son marché, sa renommée étant assurée par de nombreuses victoires en course. En 1968, elle bénéficia d'une totale refonte du style et sa forme fuselée inspirée par celle du prototype Mako Shark II fut jugée impressionnante, sinon relativement peu adaptée à un type de sport pur et dur. La version 1969, comparativement, ne reçut que des retouches mineures visant d'abord à améliorer l'espace intérieur. Elle reçut l'appellation Stingray, en un seul mot cette fois. Côté mécanique, le V8 " petit bloc " passa de 5,3 litres à 5,7 litres en fonction des première normes antipollution. Les Stingray bénéficiaient aussi du gros bloc 7 litres dont les puissances s'étendaient de 390 à 560 ch et les préparateurs y apportaient leurs propres recettes pour atteindre des puissances que le choc pétrolier de 1973-1974 interdira à jamais. La fin des années 1960 connut le retour des Corvette en compétition avant les succès répétés d'un certain John Greenwood, préparateur et pilote qui s'illustra au cours de la décennie suivante. La voiture présentée est un cabriolet avec hard-top Stingray 1969 à moteur 5,7 litres version Greenwood Stage IV, boîte mécanique à quatre rapports, quatre freins à disque, direction assistée et ventilateur Flexflam. De couleur bleu métallisé, elle est garnie en noir (sièges cuir et vinyle) avec capote et hard-top noir, console centrale en acier inox et vitres teintées, ailes élargies et calandre profilée en inox. Elle possède sa carte grise belge. Ten years after its appearance in 1953, the Corvette, thanks to its more powerful engine, succeeded in finding its market with its reputation assured by a string of racing victories. The year 1968 saw a complete change of style, and its tapering shape, inspired by that of the Mako Shark II prototype, made a great impression despite not being altogether suitable for a pure, hard sports car. The 1969 version, in comparison, had only a few minor changes initially aimed at improving interior space. It was named the Stingray (one word this time). In mechanical terms, the "small-block" V8 increased from 5.3 to 5.7 litres in keeping with the then embryonic anti-pollution standards. The Stingrays also benefited from the 7- litre "large block", with output varying between 390 and 560 hp, and the makers added their own recipes to reach power levels that the insurers penalised heavily and that the 1973-74 oil crisis ended permanently. The late 1960s saw the return of the Corvette to competition before the repeated success of John Greenwood, an owner and driver who made his name during the following decade. The car presented is a 1969 Stingray cabriolet with hardtop and a 5.7-litre engine Greenwood Stage IV, four-ratio gearbox, four disc brakes, power-assisted steering and Flexflam engine fan. Metallic blue in colour, the trimmings are black (leather and vinyl seats) with black hood and hardtop, stainless steel central console and tinted-glass windows, wide wings and stainless-steel profiled radiator grille. Belgian registration document.

Titre de circulation Belge Belgian title Châssis n° 1946795735108 3 "Ooooooh! Rock'n Roll !" 3 Un vr…
Enchère terminée

N° 122
Carte grise française French title Châssis n° 192684 3 Même propriétaire depuis 21 ans 3 Elégance et raffinement italien 3 Très bel état 3 Same ownership for the last 20 years 3 Elegant and refined italian car 3 Very good condition 1964 Alfa Romeo 2600 Cabriolet Touring Vers la fin des années 1950, l'Alfa 1900 qui avait relancé la marque après la guerre commençait à vieillir au niveau du style et en 1958, Alfa-Romeo présenta la 2000 qui alliait un dessin plus moderne à la mécanique éprouvée de la 1900. La gamme 2000 comprenait aussi un élégant spider dessiné par Touring, mais son comportement n'avait pas la vivacité des récentes Giulietta et Giulia plus légères. Pour muscler cette nouvelle famille, Alfa proposa en 1962 un beau moteur six cylindres à deux arbres à cames en tête bien dans la tradition de la marque, d'une cylindrée de 2 584 cm3 donnant 145 ch. La série 2600 retrouva un peu de vigueur, mais le Spider fut un modèle plus routier que sportif, apte au grand tourisme, stable et freinant bien, confortable et spacieux. Un obstacle limita sa diffusion : son prix élevé même sur le marché américain. Sa production fut d'environ 2 225 unités et sa rareté comme son style et le luxe de ses finitions en font un modèle désormais activement recherché par les collectionneurs. At the end of the 1950s, the style of the Alfa 1900, which had relaunched the marque after the War, had begun to age and in 1958 Alfa-Romeo presented the 2000 which allied a more modern design with the proven mechanicals of the 1900. The 2000 range also comprised an elegant Spider designed by Touring, but its handling did not have the spirited nature of the more recent lighter Giulietta and Giulia. To give more muscle to this new family, in 1962 Alfa offered a beautiful six-cylinder double overhead cam engine in the tradition of the marque, with 2,584cc producing 145hp. The series 2600 recaptured some vigour but the Spider was a tourer rather than a sports car, suitable for touring, stable and with effective brakes, and comfortable and spacious. There was one obstacle to its sales: its high price, even on the American market. About 2,225 units were produced and its rarity and style and the luxury of its fittings made it a model that is much sought after by collectors. Ce superbe cabriolet faisait partie de la collection de Jacques Capoulade, homme exquis et membre de l'ACF. Il l'avait acheté en 1989 à M. Jean-Louis Thomas d'Angoulême qui la possédait depuis 1976. Cette automobile qui s'inscrit dans la plus grande tradition des décapotables italiennes représentant cette époque mythique de la Dolce Vita a été très bien entretenue par les Capoulade et régulièrement révisée par leur mécanicien local en Auvergne. Son intérieur en cuir noir certainement refait est somptueux ainsi que les moquettes. La capote et le rembourrage des sièges ont été refaits par VHB à Levallois (facture de 1990). Elle a participé à de nombreux rallyes dont le Rallye des Pyrénées en 1991 et à plusieurs rallyes organisés par le dynamique et délicieux Hervé Charbonneaux, ami proche de la famille. C'est là une très belle opportunité d'acquérir une automobile d'une élégance absolue, issue du dessin magistral de Touring et dotée d'une mécanique noble. La cote de ce modèle est en train de monter de manière significative, tendance normale pour une Alfa Romeo aussi rare et désirable. Elle sera livrée avec sa carte grise française et un dossier de factures. This superb cabriolet was part of the collection of Jacques Capoulade, a refined man and a member of the Automobile Club de France [ACF]. He purchased it in 1989 from Mr Jean-Louis Thomas d'Angoulême who had owned it since 1976. This car, which is in the great tradition of Italian open top cars, harks back to the mythical era of La Dolce Vita. It was very well maintained by the Capoulade family and regularly serviced by their local mechanic in the Auvergne region. Its black leather interior, which was certainly refurbished, and its carpet are sumptuous. The hood and the padding of the seats were repaired by VHB in Levallois (invoice from 1990). It has taken part in many rallies including the Pyrenees Rally in 1991 and several rallies organized by the dynamic and effervescent Hervé Charbonneaux, a close family friend. This is an excellent opportunity to acquire a car of great elegance, the product of a masterful design by Touring and endowed with hardy mechanicals. The standing of this model is beginning to rise substantially, a normal trend for an Alfa Romeo that is so rare and desirable. It will be delivered with its French carte grise [vehicle registration document] and a file of invoices.

Carte grise française French title Châssis n° 192684 3 Même propriétaire depuis 21 ans 3 Elégance et…
Enchère terminée

N° 123
Carte grise française French title Châssis n° S830257 Moteur no V3563-8 3 Importante intervention mécanique récente 3 Matching numbers 3 Un roadster envoûtant 3 Major recent mechanical work 3 Matching number 3 A fascinating roadster 1957 Jaguar XK 150 3,4 litres Roadster En 1957 Jaguar ne proposa initialement qu'un coupé et un cabriolet qualifiés de 2+2, du modèle XK 150. C'était sans compter avec les amateurs du style roadster, et William Lyons céda à la demande. Il ne proposa en fait qu'une version simplifiée du cabriolet dotée d'un capotage sommaire et privée de places arrière. Finalement, la rare version roadster est devenue la plus recherchée car la plus proche du concept original concrétisé dix ans avant par la sublime XK 120. Selon la plaque de réception des mines, cette voiture a été vendue neuve en France et réceptionnée le 25/10/1957. Son histoire est peu connue jusqu'à ce que le propriétaire actuel ne l'achète en 1992 et la restaure. Celle-ci possède son moteur d'origine, les numéros concordent. Il s'agit d'une voiture qui a été utilisée, restaurée à la fin des années 80. Le futur propriétaire choisira certainement de refaire la peinture à moins qu'il ne veuille profiter immédiatement d'une mécanique optimale, qui lui permettra de jouir de ce superbe roadster au dessin ravageur. Effectivement, poussez le bouton du démarreur et le moteur se fait immédiatement entendre dans une musique très saine et ronde. La pression d'huile est excellente. Le sixcylindres monte dans les tours avec franchise et vivacité. L'intérieur est en très bel état, ses sièges et son tableau de bord étant recouverts de cuir beige. La voiture sera livrée avec sa carte grise française et une copie ancienne du manuel du propriétaire. In 1957, Jaguar initially offered only a coupé and a cabriolet (defined as 2+2) of the XK 150, without counting with the lovers of roadster and especially sports models. William Lyons gave into the demand and all he offered was a simplified version of the cabriolet with only a small cowling and no rear seats. Finally, the rare roadster version has become the most sought-after, being the closest to the original design issued ten years before in the magnificent XK120. According to the "Mines Reception Plaque", this car was sold new in France and passed its acceptance test on 25 November 1957. Little is known of its history before the present owner bought it in 1992. The car had been restored thoroughly in the late 1980s. It has its original engine and the numbers agree. The future owner will definitely choose to repaint the vehicle unless he wishes to profit immediately from its excellent mechanical properties, which will allow him to enjoy this superb roadster with its stunning design. All you need to do is press the start button and the engine roars into life with its lovely rich, full, musical sound. The oil pressure is excellent and the six-cylinder engine handles bends with ease and zest. The interior is in excellent condition, with its seats and dashboard covered in beige leather. The car will be delivered with its French carte grise and an old copy of the owner's manual.

Carte grise française French title Châssis n° S830257 Moteur no V3563 8 3 Importante intervention mé…
Enchère terminée

N° 124
Carte grise française French title Châssis n° 33049 SANS RÉSERVE NO RESERVE 3 Grosse révision mécanique en 2009 3 Même propriétaire depuis 16 ans 3 Un V8 Ferrari à ciel ouvert 3 Major recent mechanical work in 2009 3 Same ownership since 16 years 3 A Topless V8 Ferrari 1980 Ferrari 308 GTSi La Dino 308 GT4 inaugura en 1974 la lignée des Ferrari à moteur V8, appelée à une belle et longue carrière. Les conducteurs sportifs la boudèrent en lui reprochant sa longueur, sa masse et son manque d'agilité. Ferrari répondit à leurs critiques en proposant pour 1976 la 308 GTB, cette fois sous l'écusson Ferrari. Son empattement et son poids réduits (sa carrosserie - innovation chez Ferrari - était en plastique) lui donnaient une vivacité appréciée des amateurs de pilotage que comblaient les accélérations du V8 aussi souple que brillant. En mars 1977 Ferrari présenta à Francfort une version découvrable, la GTS à toit amovible, construite en tôle d'acier comme désormais la GTB. En 1980, les 308 devenues GTBi et GTSi reçurent un système d'injection à la place des carburateurs et un allumage tout électronique. La voiture présentée, un modèle américain à double allumeur et carter d'huile humide, a perdu ses gros boucliers remplacés par des pare-chocs européens. De couleur rouge avec toit rouge, intérieur beige et moquettes noir, elle a été acquise par l'actuel propriétaire en 1994 après avoir été importée en France en 1990. Affichant 34 350 km au compteur, elle a bénéficié en 2009 d'une importante révision (près de 4 500 euros de factures) avec notamment remplacement des courroies de distribution, des joints de culasse, du thermostat, des bougies, de la batterie et des deux pneus arrière Michelin XWX 205/70 VR14. Elle est vendue avec sa carte grise française normale, son cric Ferrari, sa roue de secours normale, sa housse de toit et sa housse sur mesure. In 1974, the Dino 308 GT4 inaugurated the V8 Ferrari line, destined to have a long and distinguished career. Sports drivers shunned it, saying it was too long, and that it was bulky and lacked agility. Ferrari responded to their criticism by offering the 308GTB in 1976, this time under the Ferrari badge. Its architecture, its dashing lines and its beautiful proportions with the Pininfarina signature made it similar to the first BB. Its wheelbase and reduced weight gave it a spirited look much liked by enthusiasts who praised the acceleration of the V8 as being flexible and brilliant. In March 1977 in Frankfurt, Ferrari presented a convertible version, the GTS with removable roof made of sheet steel like the GTB from then on. In 1980, the 308, which became the GTBi and the GTSi, received a fuel injection system in place of carburetors, and fully electronic ignition. The car presented, an American model with double ignition and oil sump, lost its large shields, which were replaced by European bumpers. In red with a red roof, beige interior and black carpets, it was acquired by its current owner in 1994 after being imported into France in 1990. With 34,350 km on the clock, in 2009 it was given a major service (almost 4,500 euros in invoices) with in particular the replacement of the distribution belt, cylinder head gasket, thermostat, spark plugs, battery and two rear Michelin XWX 205/70 VR14 tyres. It is being sold with its normal French carte grise [vehicle registration document], its Ferrari jack, its normal spare wheel and its roof and cover.

Carte grise française French title Châssis n° 33049 SANS RÉSERVE NO RESERVE 3 Grosse révision mécani…
Enchère terminée

N° 125
Carte grise française French title Châssis n° A1101300VC 16951 SANS RÉSERVE NO RESERVE 3 Une berlinette sans réserve 3 Très saine 3 Même propriétaire depuis 19 ans 3 One Berlinette without reserve 3 Very sound car 3 Same owner since 19 years 1976 Alpine A110 1300 VC The "Tour de France" A110 at the 1962 Paris Motor Show marks the beginning of the Alpine's mature period. In various forms, the small saloon had resounding competition success which culminated in the 1973 World Rally Championship. In 1964, Alpine presented the "70", a base model fitted with the R8 Major engine with 55hp. Then in 1965, two new versions with 1,100cc. Whilst the most powerful 1300 and 1600 saloons received improved R16 engines, the types with the 1100 cast-iron engine received light alloy engines derived from the R12. So, in 1970 the 70 became the "85" then 1300VC with the mechanicals from the R12 TS (81hp SAE/72hp DIN) and the four-speed gearbox. The production saloon could reach 175 km/h with such ferocity that it was a delight to drive. It was produced between 1970 and 1976. The car presented, in blue with original black interior, is one of this last series of small A110 saloons. It is equipped with light alloy Alpine wheels, a driver's bucket seat, Vitaloni California driving mirrors and Cibié long range headlamps. Acquired in 1991 by the vendor, it has not been driven much, and in 2010 had its ignition serviced, its valves recalibrated and a new battery. Its engine is fed by a dual body carburettor. It is a pleasure to drive and the mechanicals - engine, gearbox and brakes - all go well. In good overall condition, and with about 59,000 km on the clock, it has its normal French carte grise [vehicle registration document] and its cover.

Carte grise française French title Châssis n° A1101300VC 16951 SANS RÉSERVE NO RESERVE 3 Une berline…
Enchère terminée

N° 126
Carte grise monegasque Monegasque title Châssis n° 19898010002868 3 Un mythe qui ne décotera jamais, une référence 3 Très belles conditions 3 La moins chère du marché 3 A real myth who's value will grow 3 A reference 3 Very good condition 3 The cheapest available in today's market 1955 Mercedes-Benz 300 SL Coupé Gullwing Catalogué parmi les valeurs sûres depuis son apparition sur le marché, le coupé 300 SL mondialement célèbre reste la plus emblématique des Mercedes-Benz d'après 1945 par son originalité, son homogénéité et ses qualités techniques et esthétiques qui inquiétèrent la concurrence et étonnèrent les connaisseurs. Chargé d'affirmer le retour de la marque parmi l'élite des constructeurs mondiaux, le type 300 SL (W194) apparut en 1952 sous la forme de deux coupés sport compétition qui inaugurèrent une brillante carrière sportive en finissant deuxième et quatrième de la Mille Miglia, en remportant la redoutable Carrera Panamericana au Mexique puis en s'imposant aux 24 Heures du Mans face à des machines de plus forte cylindrée. La 300 SL de compétition, efficace mais sommairement équipée, devait en principe se limiter à jouer un rôle de démonstrateur au profit du type 300 de tourisme lorsque cette somme de performances suscita une demande inespérée en ces années de reprise économique. La direction de la firme hésitait à mettre sur le marché un modèle qu'il fallait absolument adapter à un usage routier normal quand une commande émanant d'un importateur américain, commande accompagnée d'une incitation sous la forme d'une confortable avance en dollars, détermina Daimler-Benz à éditer une version routière plus raffinée. anked as a vehicle of undoubted value since its appearance on the market, the world-famous 300 SL coupé remains the most iconic of all Mercedes-Benz cars since 1945 for its originality, regularity and technical and aesthetic qualities which scared the competition and stunned the connoisseurs. Given the job of confirming the make's return to the élite of the world's car makers, the 300 SL (W194) appeared in 1952 in the form of two competition sport coupés, which marked the start of a brilliant sporting career by finishing second and fourth in the Mille Miglia, carrying off the prestigious Carrera Panamericana in Mexico and then making its mark on the Le Mans 24 hours against cars with much bigger engines. The competition 300 SL, effective but with a minimum of equipment, was intended to act merely as a demonstrator pointing to the 300 tourer before its series of remarkable performances triggered an unimagined demand during those years of economic recovery. The company management was reluctant to market a model that had to be adapted completely for normal road use, when an order from an American imported, accompanied with an incentive in the form of a substantial advance payment in dollars, led Daimler-Benz to produce a more refined road version. Celle-ci apparut en 1954 au Salon de New York sous la forme d'un superbe coupé aux lignes à la fois agressives et souples, d'une belle homogénéité de style et toujours doté des étonnantes portes « papillon » imposées par la hauteur des seuils de porte ellemême dictée par l'emploi du châssis tubulaire original. La 300 SL (type W198) dont les organes mécaniques étaient empruntés à la luxueuse berline 300 reçut une version encore plus raffinée du six-cylindres en ligne de trois litres à 1 ACT de la W194 dont la puissance était portée à 215 ch grâce à une alimentation par injection directe Bosch et pour abaisser la hauteur du capot, le bloc avait été incliné latéralement à 45 degrés. Ces spécifications qui tranchaient avec les pratiques courantes, ajoutées à la carrosserie en aluminium, aux quatre roues indépendantes, aux freins ventilés et à des équipements et des finitions de qualité firent aussitôt de la 300 SL de production la machine d'exception qu'elle est restée. La voiture présentée, sortie d'usine en juin 1956 et vendue neuve en France en novembre de la même année, a été aux mains du même propriétaire de 1979 à 2008. En 1984, elle a bénéficié d'une remise en état mécanique qui a concerné la culasse, les freins, le démarreur et le circuit de refroidissement. Acquise en mai 2008 par l'actuel propriétaire, cette 300 SL a fait l'objet en 2008 et 2009 de quelques travaux d'amélioration portant sur les joints d'étanchéité de carrosserie, les bagues des articulations de suspensions, l'équipement radio Becker Mexico complété d'un lecteur MP3, les moquettes et le drap de pavillon. ARTCURIAL MOTORCARS / AUTOMOBILES SUR LES CHAMPS / 90 This version appeared at the 1954 New York fair in the form of a superb coupé with lines both striking and subtle, remarkable regularity of style and the amazing "Gullwing" doors necessitated by the height of the door thresholds, itself dictated by the use of the highly original tubular chassis. The 300 SL (type W198) whose mechanical components were borrowed from the sumptuous Berlin 300, produced an even more refined six-in-line-cylinder three-litre 1 ACT model, based on the W194 but with power boosted to 215 hp thanks to the Bosch direct fuel injection. To reduce bonnet height, the whole unit was tilted to the side by 45 degrees. These specifications, which complied with current practice and were added to the aluminium body work, four independent wheels, ventilated brakes and fittings and finishings of superb quality, immediately made the mass-produced 300 SL the exceptional car that it has remained. The car on offer, which left the factory in June 1956 and was sold new in France in November 1956, was cared for by the same owner from 1979 to 2008. In 1984 it underwent a mechanical overhaul including the cylinder head, brakes, starter and cooling circuit. Acquired by the current owned in May 2008, this 300 SL underwent some improvement works in 2008 and 2009, principally on the bodywork waterproofing, the suspension rings, the Becker Mexico radio system complete with MP3 reader, the carpeting and the roofing. L'intérieur en cuir beige a été complètement refait mais l'intérieur en cuir brun d'origine sera fourni au futur acquéreur. En décembre 2009, elle a bénéficié en Allemagne d'une grande révision et un contrôle technique, complétés d'un remplacement de tous les fluides (huile moteur, boîte et pont, liquide de refroidissement) et du remplacement des filtres, d'une révision du système d'injection, d'une révision du démarreur, de la dynamo et du système d'injection, d'un regarnissage des mâchoires de frein, d'un réglage des soupapes, d'une vérification des instruments de bord et d'un contrôle au banc à rouleaux. Affichant d'origine 52 313 km en janvier 2010, elle a été classée suite à expertise en condition 2. Cette belle 300 SL est munie de ses papiers monégasques et de ses manuels d'utilisation et d'entretien d'origine accompagnés d'un dossier de factures de travaux. Il est certain que cet exemplaire a été très bien suivi, factures à l'appui, restant entre les mains d'un véritable amateur et passionné de la marque durant les deux dernières années. Il s'agit d'un mythe, introuvable actuellement à ce prix-là sur le marché, dont la cote est en permanente progression. The beige leather interior was completely refitted, but the original leather interior will be supplied to the future purchaser. In December 2009 it underwent a major overhaul and technical test in Germany, at which time all the filters and fluids (engine oil, box and bridge and cooling liquid) were replaced and the injection system, started and dynamo overhauled, the brake shoes refitted, the valves adjusted, the dashboard checked, and a roller test conducted. Displaying 52,313 km (32,695 miles) in January 2010, it was classified Condition 2 following the tests. This magnificent 300 SL still carries its original Monegasque papers and user's and maintenance manuals, accompanied by a works invoices file. This exemplary car has certainly been well loved, as witness its works invoices and period spent with an owner with a passion for the make over the last two years. This car is a legend, which currently cannot be found elsewhere at this price in a continually progressing market.

Carte grise monegasque Monegasque title Châssis n° 19898010002868 3 Un mythe qui ne décotera jamais,…
Enchère terminée

N° 127
Carte grise française French title Châssis n° 109-018-12-000435 3 1ère main ex Embericos 3 Bien entretenue 3 Importante révision récente par spécialiste 3 Appui-tête Hermes 3 One owner 3 Ex Embericos 3 Well serviced 3 Major recent work done by marque specialist 1969 MERCEDES BENZ 300 SEL 6,3L La voiture de la vente fut vendue neuve à Paris par le garage Longchamps à Maris Embiricos, grand armateur grec, gentleman driver et commanditeur de plusieurs voitures spéciales, dont la très élégante Bentley aérodynamique 1938, carrossée par Pourtout et dessinée par Georges Paulin avec laquelle il participa aux 24 heures du Mans à trois reprises. Cette voiture figure actuellement dans une grande collection californienne. Sa dernière monture est une première main totalisant seulement 107699 km, elle fut d'abord immatriculée à Paris puis à Monaco et a été remise en route par les excellents Atelier SL à Paris, après avoir séjourné pendant quinze ans dans le 7e arrondissement à Paris. Elle est équipée de toutes les options, boîte automatique, air conditionné, toit ouvrant et vitres électriques, lunette arrière dégivrante. L'intérieur en cuir Cognac est d'origine ainsi que les tapis. Elle est équipée d'appuis- tête arrière recouvert de daim clair réalisés par Hermes. La suspension pneumatique a été entièrement refaite, les disques, les plaquettes, les amortisseurs et les chaines de distribution remplacés. Un allumage électronique moderne assure une meilleure explosion. Cette magnifique berline rapide et luxueuse est très saine et ne présente pas de corrosion ni de trace d'accident. The car for sale was sold new in Paris by Garage Longchamps to Maris Embiricos, a major Greek shipping owner, gentleman driver and owner of numerous specialist cars, including the very elegant 1938 aerodynamic Bentley, built by Pourtout and sketched by Georges Paulin, who competed with it in the Le Mans 24 hours on three occasions. This car is currently part of a major Californian collection. Its latest assembly is a first-hand with only 107,669 km (67,293 miles) on the clock; it was registered first in Paris and then in Monaco and was restored by the excellent Atelier SL in Paris after spending fifteen years in Paris' 7th Arrondissement. It is equipped with all the options: automatic gearbox, air conditioning, sliding roof and electric windows, and defrosting rear window. The cognac leather interior is original, as are the carpets. It is equipped with headrests covered in light buckskin, produced by Hermes. The pneumatic suspension has been completely restored and the discs, pads, shock absorbers and timing chain replaced. Modern electronic ignition guarantees better combustion. This magnificent saloon, both fast and luxurious, is in excellent condition and shows no trace of rust or accident.

Carte grise française French title Châssis n° 109 018 12 000435 3 1ère main ex Embericos 3 Bien entr…
Enchère terminée

N° 128
Titre de circulation belge Belgium title Châssis n° 6T08T273375 3 Equipée du V8 3 Utilisable tous les jours 3 "I get my kick on Route 66" 3 First owner 3 Superb original interior 3 The last true Bentley 1966 Ford Mustang GT Cabriolet Lancée à la fin du printemps 1964 et construite sur la base mécanique de la robuste et compacte Falcon, la Mustang s'était vendue un an après à plus de 400 000 exemplaires. Ford dut même reconvertir certaines de ses usines à temps pour satisfaire et entretenir la demande. Dotée d'un style élégant et sportif, proposée avec quatre options moteur et accompagnée d'un catalogue d'équipements optionnels impensable de nos jours, la Mustang vendue à un prix de base très attractif sous trois formes de carrosserie (coupé, cabriolet et fast-back) prit rang aussitôt parmi les voitures américaines les plus emblématiques. La voiture présentée est un cabriolet (Convertible) dont le moteur six-cylindres original a été remplacée par un V8 289, le célèbre Ford 4,7 litres des Cobra, déjà disponible à l'époque en option (la cylindrée sur le titre de circulation étant celle correspondant à un V8 289). Elle est équipée d'une boîte à quatre vitesses manuelle, d'un comptetours/ montre, de phares antibrouillard, de cache-culbuteurs en alu type Cobra, d'un intérieur Pony, de roues Rally en alliage léger chaussées de pneus Firestone et d'une barre anti-rapprochement. Le radiateur est neuf. En bel état de présentation, ce cabriolet Mustang de première génération est immatriculée dans la Communauté Européenne. Un modèle tellement facile à utiliser et vraiment à une estimation très basse-une opportunité. Launched in late spring 1964 and constructed on the mechanical basis of the robust and compact Falcon, the Mustang sold more than 400,000 vehicles in the year that followed. Indeed, Ford had to convert some of its factories temporarily to cater for demand. With its elegant, sporting style, offered with four engine options and accompanied with a catalogue of further options unthinkable in our days, the Mustang, sold at an extremely attractive basic price with three different bodywork forms (coupé, cabriolet and fastback) immediately found a place amongst the most iconic of American cars. The car on offer is a cabriolet (convertible) the original six-cylinder engine of which has been replaced by a V8 289, the celebrated Ford 4.7 litres from Cobra, already available at the time as an option (the cc's on the tittle is equal to a V8 289). It is equipped with a manual four-speed gearbox, a rev-counter and clock, fog lamps, Cobra aluminium cylinder head covers, a Pony interior, light-alloy Rally wheels with Firestone tyres, and a protective bumper. The radiator is new. This first-generation cabriolet Mustang, in magnificent condition, has been registered in the European Union. This model, really easy to drive and with a really excellent estimate price, is really- a great opportunity.

Titre de circulation belge Belgium title Châssis n° 6T08T273375 3 Equipée du V8 3 Utilisable tous le…
Enchère terminée

N° 131
Carte grise française French title Châssis n° OXR8481X 3 Vendue neuve en Belgique 3 Même propriétaire depuis 13 ans 3 Travaux mécaniques récents 3 Sold new in Belgium 3 Same owner since 13 years 3 Recent work done 1978 Morgan Plus 8 Roadster H.F.S. Morgan, pionnier du cyclecar, créa son célèbre trois-roues en 1910. En 1936, il ajouta à cette production un type à quatre roues qui conservait la suspension avant à roues indépendantes des tricycles dans un châssis à l'architecture conventionnelle. Les trois-roues disparurent en 1950, mais la petite firme poursuivit ses fabrications traditionnelles en proposant au fil des années ses roadsters sport équipés de diverses motorisations à quatre cylindres sous la forme originale et immuable apparue en 1936. Cette fidélité au passé devint un efficace argument de vente. En 1966, au Salon de Londres, Morgan présenta un roadster doté du moteur V8 Buick-Rover de 3,5 litres, la Plus 8, dont les performances n'avaient rien d'antique : 200 km/h en pointe et de 0 à 100 km/h en 7 secondes. La voiture présentée, vendue neuve en Belgique par le garage Albert et Fils à Bruxelles, a fait ensuite partie de la collection du musée de Sanary, dispersée en 1997. Elle se présente en bon état général, peinte en marron foncé avec intérieur en cuir beige clair et équipée de projecteurs additionnels, d'une courroie de capot et d'un portebagages arrière. Elle a bénéficié en 2008 de travaux de révision pour un montant de 2 800 euros : dépose du moteur, remplacement du joint de culasse et rodage des soupapes. Elle affiche au compteur 51 950 km. Elle est accompagnée de sa carte grise française normale et d'un dossier de factures. H.F.S. Morgan, a pioneer of the cycle car, created his famous threewheeler in 1910. In 1936, he added a four-wheeler that kept the independent front wheel suspension from the tricycles in a chassis of conventional structure. The three-wheeler was phased out in 1950, but the small company continued with its traditional products over the years, offering its sports roadsters equipped with various four cylinder engines in the original form unchanged since 1936. This faithfulness to the past became an effective sales pitch. In 1966, at the London Motor Show, Morgan presented a roadster with a 3.5 litre V8 Buick-Rover engine, the Plus 8, whose performance was certainly not antique, with a maximum speed of 200km/h and a 0 to 100 km/h time of 7 seconds. The car presented, sold new in Belgium by Albert et Fils, a dealer in Brussels, then became a part of the Sanary Museum collection, which was dispersed in 1997. It is presented in good general condition, painted in dark brown with interior in light beige leather and equipped with additional headlights, a bonnet strap and a rear luggage carrier frame. In 2008, it was serviced at a cost of 2,800 euros: engine taken out, replacement of the cylinder head gasket and valve grinding. The odometer indicates 51,950 km. It has its normal French carte grise [vehicle registration document] and a file of invoices.

Carte grise française French title Châssis n° OXR8481X 3 Vendue neuve en Belgique 3 Même propriétair…
Enchère terminée

N° 133
Carte grise française French title Châssis n° 11304410000597 3 2 propriétaires en 30 ans 3 Cabriolet Mercedes pour un prix raisonnable 3 Version 280 avec boîte mécanique 3 2 owners in 3 years 3 Affordable classic Mercedes convertible 3 280 model with manual gearbox 1968 Mercedes-Benz 280 SL Coupé Dès son apparition au Salon de Genève 1963, la Mercedes 230 SL, conçue comme une routière à tendance sportive, trouva son principal marché outre Atlantique. Sa particularité se situait dans une option innovatrice, un hard-top amovible dont le dessin lui valut le surnom de "toit pagode" en raison du relèvement des bords latéraux par rapport au centre du panneau. Ce concept qui augmentait les surfaces vitrées latérales eut beaucoup de succès. Il fut donc reconduit à l'identique sur la 250 SL de 1966 et sur la 280 SL de 1967, la plus diffusée des "pagode". Cette dernière, outre une cylindrée portée à 2,8 litres, bénéficia d'un moteur de nouvelle génération plus souple qui diminua encore le caractère sportif de la SL devenue moins "Leicht", mais plus sûre en fonction des nouvelles normes américaines 24 000 unités de la 280 SL furent produites. De couleur crème avec intérieur marron clair, cette 280 SL cabriolet dont le compteur affiche 22 049 km possède son intérieur d'origine en bon état. Version américaine à l'origine, sans capote, mais avec le hard-top amovible, elle est pourtant équipée de la boîte manuelle. Son précédent propriétaire l'utilisait de 1980 à 2001 comme voiture d'agrément dans sa résidence du Midi. Depuis 2001 le propriétaire actuel n'a utilisé la voiture que durant les beaux jours. De couleur crème avec intérieur brun clair et moquettes marron, hard-top ton caisse, elle est équipée d'un système radio-cassette plus récent et accompagnée de sa carte grise normale. The 230SL, designed as a sports tourer, found its main market across the Atlantic where its distinct and elegant styling marked it out from local production. Its special nature was an innovative option: a removable hard top whose design gave it the name "Pagoda roof" because of the height of the upright sides in relation to the centre of the panel. This design, which increased the side glass area, was very successful. As a result, the same thing was applied to the 250SL in 1966 and the 280SL in 1967, the most widespread of the "pagodas". The latter car, apart from the cylinders being bored out to 2.8 litres, had a more flexible new generation engine that diminished the sporting character of the SL which had become less "Leicht" [light], but safer under the new American standards. The market showed its appreciation of its qualities by buying almost 24,000 units of the 280SL. In cream colour with light chestnut interior, this 280SL Cabriolet whose odometer reads 22,049 km has its original interior in good condition. Originally the American version, without the soft top but with the removable hard top, it has the manual gearbox. Its previous owner used it from 1980 to 2001 as a runabout where he lived in the Midi region of France. In cream colour with light brown interior and chestnut coloured carpets and matching hard top case, it has a more recent radiocassette system and has its normal French carte grise [vehicle registration document].

Carte grise française French title Châssis n° 11304410000597 3 2 propriétaires en 30 ans 3 Cabriolet…
Enchère terminée

N° 143
Carte grise française French title Châssis n° AM300/3/1462 3 Moteur DBB (10 exemplaires) 3 Livrée neuve à Paris 3 Restaurée par Pierre Lamy 3 Rare DBD engine, only 10 made 3 Delivered new in France 3 Restored by Pierre Lamy of Paris 1958 Aston Martin DB Mk III La première génération des Aston Martin DB, produites après le rachat de la marque par David Brown en 1947 fut équipée d'un moteur signé W. O. Bentley, installé dans un châssis conçu pendant la guerre par Claude Hill (également responsable du moteur quatre cylindres prévu à l'origine). David Brown voulut mieux et adopta le moteur de Bentley sur la DB2 de 1951 à laquelle succéda la DB2/4 et ses évolutions produites jusqu'en juillet 1959. Si le constructeur appela officiellement DB MkIII le dernier modèle de cette famille pour faire croire à un tout nouveau modèle, il s'agit bien d'une DB2/4 du troisième type, la plus perfectionnée et la plus aboutie au plan du style. Elle inspira d'ailleurs sa brillante remplaçante, la DB4 de fin 1958. La DB MkIII (ou DB2/4 Mk III) qui apparut donc au Salon de Genève 1957 était en fait une version plus luxueuse réservée à l'exportation. Le caractère très sportif des précédentes DB avait en effet quelque peu limité leur diffusion et la marque devait élargir sa clientèle potentielle en proposant un modèle plus moderne et plus luxueux. Il fallait aussi fiabiliser le moteur et augmenter son potentiel et cette tâche revint à l'ingénieur Tadek Marek, transfuge de chez Austin, qui signera le moteur des DB4/5/6 et le V8 qui leur succédera. The first generation of the Aston Martin DB, produced after David brown acquired the firm in 1947, was equipped with an engine signed W. O. Bentley and installed on a chassis specially designed during the war by Claude Hill (who also produced the four-cylinder engine originally provided). David Brown, who wanted more, incorporated the Bentley engine into the 1951 DB2, which was succeeded by the DB2/4 and its newer versions produced up until July 1959. Although the maker officially called the DB Mk III the last model in this group, to create an impression of a completely mew model, this was in fact a third type of DB2/4, the most up-to-date and the most advanced in terms of style. As such, it was the inspiration for its stunning replacement, the DB4 from late 1958. The DB Mk III (or DB2/4 Mk III), which thus appeared at the 1957 Geneva Fair, was a more luxurious version reserved for exportation. The very sports-car appearance of the previous DBs had actually rather limited their distribution and the make had to increase its potential clientele by offering a more modern, more luxurious model. The engine had to be made more reliable and its potential increased, and this task fell to engineer Tadek Marek, who after defecting from Austin, signed the engines of the DB4/5/6 and the V8 that succeeded them. La DB MkIII pouvait recevoir plusieurs versions de ce groupe et, couramment, le DB/A de 162 ch avec deux carburateurs SU et le DB/B à trois carburateurs Weber de 195 ch. Vendue neuve à Paris par le Garage Mirabeau, importateur officiel, elle fut immatriculée pour la première fois le 13 mai 1958, puis réimmatriculée le 11 septembre 1967 dans le département du Val-de-Marne. Rachetée en 1971 par le spécialiste de la marque Pierre Lamy qui la restaura totalement par la suite (dossier disponible), elle est la propriété du vendeur depuis 2008. Il s'agit d'un des dix modèles produits avec le moteur DBB (compétition), alimenté par trois carburateurs Weber 40 DCOE15 installés sur une tubulure en aluminium forgé. La boîte est complétée de l'appréciable overdrive proposé en option comme les freins avant à disque qu'elle possède. La carrosserie est signée Tickford. Délivrée par Mirabeau en conduite à droite, elle a été convertie en direction à gauche par Lamy il y a deux ans. De couleur Forest Green métallisé avec intérieur état neuf en cuir rouge et moquettes de laine rouge, cette rare Mk III, française depuis toujours, se présente en superbe état à tous points de vue, accompagnée de sa trousse d'outils complète et d'une housse de protection avec 8 200 km au compteur depuis sa restauration. The DB Mk III could accommodate several versions of this group, and currently the 162-hp DB/A with two SU carburettors and the 195-hp DB/B with three Weber carburettors. Sold new in Paris by Garage Mirabeau, the official importer, this car was first registered on 13 May 1958 and then re-registered on 11 September 1967 in Val-de- Marne Département. Bought in 1971 by Pierre Lamy, the specialist in this make, who subsequently completely restored it (file available), it has been owned by the current seller since 2008. It is one of the ten models produced with the DBB (competition) engine, fed by three Weber 40 DCOE15 carburettors installed on a forged aluminium tube-frame. The gearbox is complemented by the significant overdrive offered as an option, together with the front disk brakes that it possesses. The bodywork is signed "Tickford". Issued by Mirabeau with right-hand drive, it was converted to left-hand drive by Lamy two years ago. With its metallic forest green colour, brand new red leather interior and red wool carpets, this rare Mk III, a French car from the beginning, is in superb condition from every point of view, carrying a complete tool kit and a protective hood, with 8,200 km (5,125 miles) on the clock since its restoration.

Carte grise française French title Châssis n° AM300/3/1462 3 Moteur DBB (10 exemplaires) 3 Livrée ne…
Enchère terminée

N° 147
Titre de circulation Belge Belgian title Châssis n° BR01J130350(01) 3 Look ravageur 3 Voiture de collection très utilisable 3 Coût encore raisonnable 3 Good looking car 3 Easy to drive 3 Unexpensive classic 1968 Ford Mustang V8 Coupé Après le succès commercial rencontré par la Mustang, Ford se trouva confronté en 1967 à une concurrence bien armée : Camaro de Chevrolet, Firebird de Pontiac et Barracuda de Plymouth allaient lui mener la vie dure. La réplique prit la forme d'une élévation des puissances proposées, accompagnée de nouvelles options" compétition "nécessaires à la remise à niveau d'un châssis par ailleurs sain et développable. Dans l'ensemble, les Mustang tirèrent bien leur épingle du jeu et les retouches de style superficielles furent limitées aux extrémités et aux flancs de la carrosserie. Le modèle 1968 pratiquement identique au millésime 67 resta très proche de la Mustang originale tandis que la liste des options s'allongeait encore. Malgré une concurrence très vive, Ford écoula encore plus de 300 000 Mustang. La motorisation la plus fréquemment choisie était le V8 302 petit bloc à la fois économique et suffisamment puissant pour donner à la Mustang un comportement sportif sans recourir aux groupes destinés à la compétition. Ce coupé Mustang 1968 gris métallisé avec intérieur en vinyle et drap gris clair est précisément équipé du moteur V8 302 (4 800 cm3) délivrant 230 ch, d'une boîte de vitesses automatique à trois rapports, de la direction assistée. Elle a très belle allure avec ses jantes en aluminium et son volant spécial, une vraie voiture ludique permettant à son futur propriétaire de rouler au quotidien de manière différente. Il s'agit d'un modèle fiable et peu couteux en entretien. Following the success of the Mustang in 1967, Ford was faced with a well-armed opposition: Chevrolet's Camaro, Pontiac's Firebird and Plymouth's Barracuda were going to make life difficult for the most famous of the pony cars. The model naturally takes the form of an increase in the power offered, accompanied by new "competition" options required to bring an otherwise healthy and developable chassis up to date. By and large Mustangs survive well and the superficial reworking of style was wisely limited to the extremities and sides of the bodywork. The 1968 model, practically identical to the 67 year, stayed very close to the original Mustang, although the list of options was getting longer. Despite very strong competition, Ford sold more than 300 000 Mustang 68s of which almost 250,000 were coupes. The most common power mechanism chosen was the small block V8 302, economical and at the same time powerful enough to give the Mustang a sporty ride without putting it in groups intended for racing. The metallic grey 1968 Mustang coupe with its interior in vinyl and light grey material, is specifically equipped with a V8 302 (4 800 cm3) engine reaching 230 hp, with a three ratio gearbox and power assisted steering. It has a beautiful appearance with its aluminium wheels and special steering wheel, a real toy car, enabling its future owner to do their daily driving differently. It is a reliable model and not costly to maintain.

Titre de circulation Belge Belgian title Châssis n° BR01J130350(01) 3 Look ravageur 3 Voiture de col…
Enchère terminée

N° 151
Carte grise française French title Châssis n° DCX 06651 3 Ex Maison Christian Dior SA 3 3 propriétaires depuis l'origine 3 Intérieur superbement patiné 3 Ex Dior 3 3 owners from new 3 Very nice patina 1983 Rolls-Royce Silver Spur Apparue en 1965 et fruit de longues études imposées par la modernisation nécessaire de "The Best Car in the World", la Rolls- Royce Silver Shadow eut une longue descendance. En 1976, la Silver Shadow II en fut une version perfectionnée qui conservait l'excellent V8 en alliage léger porté à près de 7 litres et le comportement dynamique et les performances de cette voiture au confort légendaire bénéficiaient notamment d'une révision de la direction et des suspensions. En 1980, la Silver Spirit offrit une nouvelle caisse plus basse et plus large et un habitacle plus clair et plus vaste. Présentée en même temps, la Silver Spur en était une version allongée de 11 cm. La voiture présentée, une Silver Spur livrée neuve par British Motors à Monaco à la société Christian Dior à Monte Carlo, a donc commencé sa carrière comme voiture de prestige de la célèbre maison de couture. Cédée par la suite à une résidente de la Principauté, elle fut achetée par l'actuel propriétaire au décès de celle-ci. Il s'agit donc d'une troisième main. On note qu'elle a bénéficié d'une révision récente avec changement des plaquettes de frein (factures). Elle est peinte en noir avec filets blancs, toit vinyle noir, intérieur en cuir rouge (code Red VM 3086) et moquette rouge. La sellerie présente une belle patine. La voiture, examinée par l'expert Alexis Delicourt, est accompagnée de sa carte grise française normale et d'une pochette contenant le manuel de l'utilisateur et le carnet d'entretien (Sale and Service Handbook) Released in 1965 and the result of long studies which were needed in order carry out the necessary modernisation of the "Best Car in the World", the Rolls-Royce Silver Shadow had many descendants. In 1976, the Silver Shadow II was a refined version of this, which retained the excellent light alloy V8 engine brought up to almost 7 litre capacity and the dynamic handling and performance of this legendarily comfortable car, in particular with improvements to its steering and suspension. In 1980, the Silver Spirit offered a new lower and wider body and a much larger passenger compartment with more light. Presented at the same time, the Silver Spur was an 11 cm longer version of the Silver Spirit. The car presented here, a Silver Spur, was delivered new by British Motors in Monaco to the company Christian Dior in Monte Carlo, and therefore it started its career as a luxury car for the famous fashion house. Subsequently transferred to a resident of the Principality, upon their death it was bought by the current owner. It is therefore a third-hand car. It should be noted that it has been serviced recently, with the brake pads being changed (invoices provided). It is painted black with white stripes, a black vinyl roof, red leather interior and red carpet. The leather upholstery has a lovely finish. The car, which has been examined by the expert Alexis Delicourt, comes with its normal French carte grise (car registration document) and a folder containing the user manual and the maintenance log (Sale and Service handbook).

Carte grise française French title Châssis n° DCX 06651 3 Ex Maison Christian Dior SA 3 3 propriétai…
Enchère terminée

N° 130
Carte grise française French title Châssis n° : SAXXNNAYNBD 091674 SANS RÉSERVE NO RESERVE 3 Rare version Cooper Monte Carlo 3 Bon état général 3 Performante citadine 3 Rare Cooper Monte Carlo model 3 Very good condition 3 Quick city car 1995 Rover Mini Cooper Série limitée Monte Carlo L'histoire de la Mini apparue sur le marché en 1959 sous les marques Austin et Morris est trop connue pour être rapportée ici, même dans une version résumée. Quarante ans de succès ont amplement prouvé la validité de son concept et sa polyvalence en dépit de ses dimensions restreintes, son atout numéro un. Régulièrement améliorée et mise aux normes, survivant aux problèmes de l'industrie automobile britannique et finalement marquée Rover avant de passer sous le contrôle de BMW, la Mini historique a fait preuve d'une insolente santé jusqu'à sa disparition en 2000 regrettée par une large clientèle de connaisseurs. La Mini présentée est une Cooper modèle 1995, version sportive de la gamme, ici dans sa variante Monte Carlo produite en série limitée avec des finitions rappelant les voitures d'usine souvent engagées et souvent victorieuses dans le célèbre rallye du même nom. De couleur rouge avec toit blanc et bande blanche, intérieur rouge et blanc, volant cuir rouge et radio-cassette Sony, elle fut acquise par l'actuel propriétaire en 2002 au garage Porsche d'Antibes avec 67 000 km au compteur. Ce dernier n'a parcouru à son volant que 4 800 km environ. Le train avant a été déposé et vérifié et elle se présente en bon état général avec sa carte grise française. The history of the Mini, which appeared on the market in 1959 under the Austin and Morris marques, is too well known to be reported on here or even summarised. Forty years of success are ample proof of the soundness of its design and versatility despite its restricted dimensions; its number one asset. Regularly improved and brought up to the latest standards, surviving the problems of the British automotive industry and finally badged as a Rover before passing into BMW's hands, the historic Mini thrived robustly up until its disappearance in 2000, sadly mourned by legions of connoisseurs. The Mini presented is a 1965 Cooper model, the sports version in the range, here in its Monte Carlo livery, produced as a limited series with finish recalling the factory cars often entered for, and often victorious in, the celebrated rally of the same name. In red with a white roof and white stripe, red and white interior, red leather steering wheel and Sony radio-cassette, it was bought by its current owner in 2002 from the Porsche dealer in Antibes with 67,000 km on the clock. This owner has only covered about 4,800 km at the wheel. The front-wheel axle unit was removed and checked and it is presented in good overall condition with its French carte grise [vehicle registration document]

Carte grise française French title Châssis n° : SAXXNNAYNBD 091674 SANS RÉSERVE NO RESERVE 3 Rare ve…
Enchère terminée

N° 135
Carte grise française French title Châssis n° 12 104 085 001 844 SANS RÉSERVE NO RESERVE 3 "Sortie de grange" 3 Entièrement originale 3 Une grande classique sans réserve 3 Barn find 3 Completelly original and rare right hand drive 3 A great classic with no reserve 1958 Mercedes-Benz 190 SL Cabriolet Après un brillant retour à la compétition en 1952, Mercedes-Benz présenta deux ans plus tard une version GT de la 300 SL et annonça la mise sur le marché d'une voiture de cylindrée et de prix plus modestes, la190 SL. Ce cabriolet 190 SL de 1958, rare car à conduite à droite, n'a eu que deux propriétaires. Le vendeur l'acquit de Mme Augustin-Thierry, petite-nièce du grand historien Augustin Thierry, écrivain spécialiste au XIXe siècle du Moyen Age. Mme Augustin-Thierry était très amie avec la mère du vendeur et celui-ci ayant vu la voiture en 1962-1963 se déclara acheteur. La réponse de la propriétaire fut alors négative, mais onze ans plus tard, la voiture lui fut proposée. La 190 SL est donc en sa possession depuis 1974, date de sa carte grise actuelle. De couleur ivoire avec intérieur en cuir bleu élégamment patiné et capote noire, cette voiture a parcouru selon son compteur 51 429 km. Sa carrosserie est en état d'origine et l'on note un excellent positionnement des ouvrants. Le moteur a été refait en 1969 par la propriétaire précédente (facture) et, après un contrôle technique effectué en 2005, la voiture a été très peu utilisée. Il a été procédé récemment à une remise en route précautionneuse et l'on doit indiquer que la montre de bord et l'étoile de calandre ont été dérobées. Cette 190 SL est vendue avec son manuel d'entretien Mercedes (Service Clientèle) et sa carte grise française normale. C'est une opportunité exceptionnelle d'acquérir une belle 190 SL "dans son jus". After a brilliant return to the competition in 1952, two years later Mercedes-Benz presented a GT version of the 300 SL and announced the forthcoming release onto the market of a car of a more modest size and cost, the 190 SL. This 190 SL cabriolet from 1958, a rare right-hand drive car, has only had two owners. The seller purchased it from Ms Augustin- Thierry, the great-niece of the great historian Augustin Thierry. Ms Augustin-Thierry was very good friends with the seller's mother and when the seller saw the car in 1962-1963 he said that he wanted to buy it. At that time the owner said no, but eleven years later, he was offered the car. The 190 SL has therefore been owned by him since 1974, the date of its current French car registration document. The car is ivory coloured with blue leather interior with an elegant finish and a black roof, and it has 51,429 km on the clock. Its bodywork is in its original condition and the excellent positioning of its openings should be noted. The engine was changed in 1969 by the previous owner (invoice provided), and after a roadworthiness check in 2005, the car has not been used very much. Recently it cautiously returned to the road and it should be pointed out that the clock and grille star have been stolen. This 190 SL is being sold with its Mercedes maintenance manual and its normal French carte grise (car registration document). This is a rare opportunity to purchase a beautiful 190 SL in its original condition.

Carte grise française French title Châssis n° 12 104 085 001 844 SANS RÉSERVE NO RESERVE 3 "Sortie d…
Enchère terminée

N° 139
Titre de circulation Suisse Dédouané en Europe Swiss title European custom cleared Châssis n° 7547 Moteur no 7547 3 Matching numbers 3 Vraie 2+2 3 Une Ferrari classique encore abordable 3 Matching number 3 Real 2+2 3 Classic V12 Ferrari still affordable 1966 Ferrari 330 GT 2+2 Suite au succès inattendu de la première Ferrari à quatre places, le coupé 250 GT 2+2, l'essai consistant à l'équiper d'un moteur V12 porté à quatre litres est transformé en 1963 sur un modèle de transition, la 330 America, sorte de série de confirmation en attendant la "vraie" GT quatre litres, la 330 2+2, qui apparaît en janvier 1964. Moteur et transmission révisés en fonction de la puissance - 300 ch - et nouvelle carrosserie aux lignes assouplies sur empattement allongé, quatre freins à disque, surmultiplicateur sur la quatrième et alternateur en font une routière moderne dont le caractère sportif s'atténue en faveur d'une plus grande facilité d'utilisation. Moins agressive que les 250 antérieures, la 330 GT ne démérita pas avec ses 245 km/h et ses reprises franches et massives. Sur la première série, l'avant à quatre phares avait choqué les puristes et Pininfarina revint aux projecteurs simples courant 1965, cette version recevant aussi une boîte à 5 rapports et des roues en alliage léger. La voiture présentée, bleu avec intérieur noir, est une version européenne à boîte à cinq rapports, vendue neuve en Suisse et toujours bien traitée selon les pratiques locales. Les numéros de châssis et de moteur concordent. Sa partie mécanique a été refaite et elle a bénéficié d'une restauration complète il y a une quinzaine d'années. Très saine d'état et de fonctionnement, elle dispose de son titre de circulation suisse et elle est dédouanée aux Pays-Bas (CE). Un important dossier de factures d'entretien et de travaux de réfection l'accompagne. Following the unexpected success of the first Ferrari four-seater, the 250GT 2+2 coupe, the attempt to give it a four-litre V12 engine in 1963 turned into a transition model, the 330 America, a confirmation series whilst awaiting the "real" GT 4 litre, the 330 2+2, which appeared in January 1964. The engine and transmission were revised to handle the power - 300 hp and new bodywork with pure and supple lines upon an extended wheelbase, four disk brakes, overdrive on the fourth gear and alternator made it a modern tourer whose sporting character was softened in favour of greater ease of use. Although less aggressive than the previous 250, the 330GT was not unworthy with a speed of 245 km/h and massive and out and out acceleration. On the first series, the front with four headlamps had shocked the purists and Pininfarina reverted to single headlamps in 1965, with this version also receiving a 5 speed gearbox and light alloy wheels. The car presented, blue with black interior, is a European version with 5 speed gearbox, sold new in Switzerland and always well cared for according to local practice. Its mechanicals were reconditioned and it had a complete restoration about fifteen years ago. In very good condition and running order, it has its Swiss vehicle registration document and has been cleared through the Netherlands customs (EC). It is accompanied by a substantial file of invoices for maintenance and restoration work.

Titre de circulation Suisse Dédouané en Europe Swiss title European custom cleared Châssis n° 7547 M…
Enchère terminée

N° 137
Carte grise française French title Châssis n° 84800238D 3 3ème main 3 Conduite à gauche 3 Superbe intérieur d'origine patiné 3 Extrêmement chic 3 3 owners from new 3 LHD 3 Beautiful original interior with patina 3 Important mechanichal work done in 2009 3 Very very chic ! 1969 ROVER P5B 3,5 L COUPE Rover Co Ltd était au début du siècle une firme de bicyclettes à Coventry, c'est en 1904 que EW Lewis construisit sa première automobile. En 1962 sort la P5, suivie en 1968 de la version "coupé", originellement conçue sans montant, elle en conserva de très fins pour des raisons structurelles. C'est dans cette version qu'apparaît pour la première fois l'inébranlable V8 3.5 l en alliage léger d'origine Buick qui permet une vitesse de pointe de plus de 175 km/h. La voiture de la vente fut vendue neuve à Bruxelles par l'importateur de la marque Beherman-Demoen. C'est une 3e main, le propriétaire actuel a dépensé 10000 depuis un an dans la remise en état de la mécanique. Le boitier de direction assistée est neuf ainsi que ses durites haute pression. Les biellettes de direction, les rotules et les disques de freins sont neufs. Les durites de chauffage et de refroidissement ont été remplacées, les lames de suspensions et les amortisseurs également. L'intérieur en cuir prune est entièrement d'origine et présente une très belle patine. Les tapis de laine beige et les boiseries sont aussi d'origine et en très bel état. Elle est chaussée de pneus Michelin X. Un manuel technique, un manuel de bord et son carnet de maintenance accompagnent cette magnifique et très chic Rover Coupé. At the beginning of the 20th Century, Rover was a bicycle-production firm in Coventry, and not until 1904 did E. W. Lewis build its first automobile. 1962 saw the appearance of the P5, followed in 1968 by the "coupé" version; originally designed without a strut, it nevertheless retained very fine ones for structural reasons. It was in this version that there appeared for the first time the unshakeable 3.5 litre V8, in light alloy produced by Buick, which allowed a top speed of over 175 km/h (109 mph). The car for sale was sold new in Brussels by the brand importer Beherman-Demoen. This is a third-hand car, the current owner having spent 10,000 in the last year r estoring the mechanics. The assisted steering is new, as are its high-pressure hoses. The tie rods, ball joints and brake discs are all new. The heating and cooling hoses have been replaced, as have the suspension blades and the shock absorbers. The plum-coloured leather interior is entirely original and has developed a delightful shine. The beige wool carpeting and woodwork are also original and in fine condition. The wheels are equipped with Michelin X tyres. A technical manual and user's guide, and the car's service history, also come with this magnificent and very stylish Rover Coupé.

Carte grise française French title Châssis n° 84800238D 3 3ème main 3 Conduite à gauche 3 Superbe in…
Enchère terminée

N° 119
Carte grise française French title Châssis n° : SCBZB03D5PCX42583 3 Première main 3 Superbe intérieur d'origine 3 Dernière vraie Bentley 3 First owner 3 Superb original interior 3 The last true Bentley 1993 Bentley Continental R Coupé Doté de performances impressionnantes pour sa dimension et son niveau de confort, la Bentley Continental R Coupé apparue en 1991 à Genève relançait la tradition du coupé au sein du groupe Rolls-Royce- Bentley. Elle associait l'élégance de la Continentale, version Bentley de la Rolls-Royce Corniche, à la puissance de la Turbo R présentée en 1982 avec le V8 en alliage léger porté à 6,7 litres et 330 ch. La Continental R de 1991 bénéficiait d'une succession de perfectionnements introduits au fil des années (suspension révisée en 1985, injection et ABS en 1987 puis échangeur air/air et injection Bosch Motronic en 1989 et Automatic Ride Control en 1989). Ce coupé à quatre vraies places dépasse 240 km/h dans un confort parfait et une profusion de bois vernis et de cuir. Rare première main achetée neuve en France (facture d'origine Bentley), par un amateur qui l'a choisie pour remplacer sa Rolls-Royce Shadow II, elle fut utilisée comme voiture d'agrément jusqu'en 1996. La voiture vient d'être révisée chez Paoli à Saint-Tropez, et les quatre pneus ont été changés. Elle affiche environ 94 000 km au compteur. L'intérieur présente une superbe patine et il est à noter que notre collectionneur avait commandé son auto peinte en gris avec un intérieur gris (Mushroom) et casquette de tableau de bord recouvert du cuir de la même couleur au lieu du noir habituel. Cette très séduisante et raffinée Continental R d'allure discrète avec sa calandre peinte et ses projecteurs ronds est accompagnée de sa carte grise française normale, du carnet du propriétaire, de sa trousse d'outils et d'une housse Bentley. With impressive performance for its size and its level of comfort, the Bentley Continental R Coupe which appeared in 1991 in Geneva relaunched the coupe tradition within the Rolls-Royce-Bentley group. It brought together the elegance of the Continentale, the Bentley version of the Rolls Royce Corniche, and the power of the Turbo R presented in 1982 with the V8 in light alloy brought up to 6.7 litres and 330 hp. The 1991 Continental R benefitted from a series of improvements made over the years (suspension serviced in 1985, injection and ABS in 1987, then the Bosch Motronic and Automatic Ride Control in 1989). This four-seater coupe exceeds 240km/hr in total comfort with an abundance of wood veneer and leather. Rare first-hand, bought new in France (original Bentley invoice), by an amateur who chose it to replace their Rolls-Royce Shadow II, it was used as a pleasure vehicle until 1996. The car has been serviced by Paoli in Saint-Tropez, and all four tyres have been changed. It has around 94,000km on the clock. The interior has a superb finish and it should be noted that our collector had asked for their car to be painted grey with a grey (mushroom) interior and the top of the dashboard to be covered in leather in the same colour. This very attractive and refined Continental R has a discreet allure with its painted radiator and round headlights, and is accompanied by its standard French carte grise (registration documents), owner's licence, its tool kit, and a Bentley cover.

Carte grise française French title Châssis n° : SCBZB03D5PCX42583 3 Première main 3 Superbe intérieu…
Enchère terminée

N° 120
Titre de circulation Belge Belgian title Châssis n° 306792 3 Matching numbers 3 Châssis court 3 Superbe livrée gris souris 3 Matching number 3 Short wheel base 3 Beautiful grey paint 1967 Porsche 911 2L Châssis court Dévoilée au Salon de Francfort 1963, celle qui deviendra l'indéboulonnable 911 à moteur six cylindres deux litres évolua sur le plan mécanique dès sa première année de production vers davantage de souplesse et de puissance. Ces premières 911 deux litres produites jusqu'en 1969 et notamment les voitures du millésime 1967 sont considérées comme les plus pures et les plus fidèles au style créé par l'équipe de Butzi Porsche. La voiture présentée carrosserie gris ardoise et intérieur en skaï noir a été vendue neuve aux Etats-Unis et importée en Belgique. Révisée il y a deux ans, elle se présente en état strictement d'origine avec numéros moteur et boîte concordants et ses roues d'origine. Unveiled at the 1963 Frankfurt Motor Show, what was to become the unmovable 911 with the two-litre six-cylinder engine was developed mechanically from its very first year of production to produce greater flexibility and power. These first two-litre 911s produced up to 1969, and in particular the cars of the vintage year of 1967, are considered to be the purest and most faithful to the style created by the Butzi Porsche team. The car presented with grey slate body and interior in black Leatherette was sold new in the United States and imported to Belgium. Serviced two years ago, it is presented in completely original condition with matching engine and gearbox numbers and original wheels.

Titre de circulation Belge Belgian title Châssis n° 306792 3 Matching numbers 3 Châssis court 3 Supe…
Enchère terminée

N° 154
Carte grise française French title Châssis n° FB-00FB7221 3 Seulement 19 exemplaires construits 3 Cocarde républicaine 3 Superbe patine d'origine 3 Only 19 made 3 Republican windshield electric sign 3 Very good original condition and Chapron design 1964 Citroën DS21 ie "Lorraine" par Henri Chapron La carrosserie Henri Chapron commença à proposer ses propres transformations sur la base de la Citroën DS dès 1958. Si la version Prestige fut intégrée au catalogue par la marque, dès 1965 le carrossier propose sa propre interprétation du haut de gamme de Javel sous l'appellation "Majesty". Cette dernière arbore une poupe à ailerons et un pavillon ré-haussé avec une lunette plus verticale. La DS 21 Majesty, bien que coûtant plus du double de la berline de série remporta un certain succès à son échelle, et fut produite à quelques dizaines d'exemplaire. En 1969, Henri Chapron présente une nouvelle version de berline, dénommée "Lorraine", en remplacement de la "Majesty". Cette nouvelle carrosserie arbore une poupe très géométrique et rectangulaire, ainsi qu'un toit plat. Le dessin est dû au styliste Paul Colinet qui, ayant collaboré à la réalisation de la limousine DS présidentielle, fut largement inspiré par le dessin de la poupe de cette dernière crée par Henri Dargent et Robert Opron. Le dernier exemplaire de berline "Lorraine" sortira des ateliers de la rue Aristide Briand à Levallois en 1974. Il n'aura été fabriqué que dixneufs exemplaires de cette berline caractéristique des dernières heures de la carrosserie Chapron. Henri Chapron bodywork began to offer its own transformations on the basic Citroën DS from 1958. Although the Prestige version was included in the catalogue by the brand, from 1965 the body repair specialist offered its own interpretation of Javel's top of the range vehicle, under the name "Majesty". The latter sported rear fins and a raised roof with a more vertical rear window. The DS 21 Majesty, although it cost more than twice as much as the mass-produced berline, experienced some success on its scale, and was produced in several dozen models. In 1969, Henri Chapron presented a new version of the berline, called "Lorraine", to replace the "Majesty". This new bodywork sported a very geometric and rectangular rear and a flat roof. The design is the work of stylist Paul Colinet who, having collaborated on the production of the DS presidential limousine, was greatly inspired by the design of the rear of that vehicle produced by Henri Dargent and Robert Opron. The last model of the "Lorraine" berline left the workshops on rue Aristide Briand in Levallois in 1974. Only nineteen models were produced of this berline which is characteristic of the last days of Chapron's bodywork. L'exemplaire proposé porte le numéro de châssis FB-00FB7221. Le numéro de carrosserie Chapron est le n°7628. Elle est réputée avoir été commandée par Monsieur Alain Poher, président du Sénat de 1968 à 1992, qui en eut l'usage jusqu'à son décès. La voiture dispose de l'injection électronique et d'une boîte de vitesse manuelle. Elle affiche 18 600 km au compteur ce que le vendeur nous garantit comme étant son kilométrage d'origine. La finition extérieure comporte des enjoliveurs de jantes Robergel, des phares longue-portée, et de rétroviseurs de portière électriques SEVMarchal. L'intérieur de cette superbe berline est entièrement habillé de cuir à façon Chapron. Les tapis en laine fauve sont en superbe état. La partie inférieure du tableau de bord et les portières reçoivent des éléments de boiseries en noyer. Le ciel de pavillon est habillé d'un revêtement à croisillon type parchemin. La voiture dispose d'un autoradio avec antenne électrique, et de sa cocarde éclairée de pare-brise. La voiture a toujours bénéficié d'un entretien rigoureux et la pompe à eau ainsi que les 4 sphères viennent d'être changée. L'ensemble de l'échappement est neuf, le chauffage arrière a été révisé (cf factures). De Alain Poher à Henri Chapron, c'est un peu de l'esprit gaulliste qui flotte encore dans cette belle automobile. C'est une relique de l'histoire politique de la France que vous pouvez acquérir, tout autant qu'une des plus belles et plus rares automobiles de prestige française des trente glorieuses. The model offered has chassis number FB-00FB7221. The Chapron bodywork number is no. 7628. It is believed to have been ordered by Mr. Alain Poher, head of the Senate from 1968 to 1992, who used it until he died. The car has electronic injection and a manual gear box. It has around 18,600 km on the clock. The exterior finish includes Robergel wheel covers, long-range headlights, and SEV-Marchal rear view mirrors on the doors. The interior of this superb berline is fully covered in leather, in Chapron's style. The faun wool mat is in excellent condition. The lower section of the dashboard and the doors have units of walnut panelling. The roof panel is finished with a lattice work covering, like parchment. The car has a radio with electrical aerial, and its badge highlighted by the windscreen. The car has always been rigorously maintained and the water pump has just been changed. From Alain Poher to Henri Chapron, there is still a little bit of Gaullist spirit floating around in this beautiful car. You could be purchasing a relic of France's political history, which is also one of the most beautiful and rarest French luxury cars from the glorious thirties. "J'avais 20 ans dans les années 70 ; je voyais les cortèges de DS Lorraine défiler dans Paris, je rêvais devant les vitrines Maserati et voyait les Porsche 911 me doubler sans ménagement lorsque je domptais ma mobylette !" "I was 20 years old in the 70's"

Carte grise française French title Châssis n° FB 00FB7221 3 Seulement 19 exemplaires construits 3 Co…
Enchère terminée

N° 156
Carte grise française French title Châssis n° AM115/49*1712* Moteur no AM115/49*1712* 3 Moteur entièrement refait 3 Désirable 4,9 SS : direction assistée, climatisation 3 Une GT élégante et puissante 3 Engine rebuilt 3 Rare 4,9 SS . Power steering 3 An elegant and powerful GT 1970 Maserati Ghibli 4,9L SS La Ghibli de Maserati, dont la forme sublime consacra le talent du jeune Giorgetto Giugiaro alors chez Ghia, reste parmi les chefsd'? uvre de la carrosserie italienne à sa plus belle époque. Si son châssis n'avait rien de révolutionnaire, sa mécanique était à la hauteur des productions de Maranello avec un moteur V8 "quatre arbres" dû au crayon de l'ingénieur Alfieri rompu aux techniques compétition. Avec 330 ch issus de son moteur 4,7 litres dérivé du puissant 450 S de course et grâce à la pureté de ses formes et à la fluidité de ses lignes, la première Ghibli de 1966 atteignait 250 km/h en cinquième. En 1970, elle reçut un moteur porté à 4,9 litres et 335 ch offrant un couple bien supérieur, garant d'une meilleure souplesse. La plus belle Maserati jamais produite doit figurer, comme la Daytona de Ferrari et à ses côtés, dans toute collection privilégiant les coupés sportifs les plus beaux et les plus performants nés avant la crise pétrolière de 1973. La voiture présentée de couleur bleu nuit intérieur beige affiche 34 400 KM au compteur. L'intérieur en cuir avec ses coussins arrière, et les moquettes ont été refaits en respectant l'origine avant 1997 date à laquelle le collectionneur actuel a acheté la voiture. The Maserati Ghibli, whose sublime shape vouches for the talent of the young Giorgetto Giugiaro then with Ghia, remains amongst the masterpieces of Italian bodywork from its most beautiful era. Although there is nothing revolutionary about its chassis, its mechanics were at the height of Marandello's production with a "four shaft" V8 engine courtesy of the pencil of the engineer Alfieri, who trained with competitor technicians. With 330 hp from its engine, 4.7 litres derived from the powerful racing 450 S and thanks to the purity of its shape and fluidity of its lines, the first 1966 Ghibli reached 250km/hr in fifth. In 1970, it received an engine which was brought up to 4.9 litres and 335 hp offering a far superior torque and guaranteeing greater flexibility. The most beautiful Maserati ever produced must feature, like the Ferrari Daytona and alongside it, in any collection favouring the most beautiful and best performing sporty coupes created before the oil crisis of 1973. La voiture est équipée de la climatisation, d'un échappement inox, et d'importants travaux mécaniques ont été effectués. En effet, le garage Paoli à Saint Tropez a refait entièrement le moteur en 2005, pour plus de 9000 euros de factures, les chaines de distributions, coussinets de bielle, paliers, segments, l'embrayage, ressorts et guides de soupapes, ont été changés, le pont a été revisé. La voiture avait au moment de sa réfection 31 632 KM, le moteur vient donc d'être rodé avec les précautions d'usage. La calandre a été rechromée, les bas de caisses ont été changés, les ouvrants sont bien ajustés, en revanche la peinture est en état d'usage. Cette belle GT est accompagnée d'un dossier de factures ainsi que de sa carte grise française. The car presented in midnight blue with beige interior has 34,400km on the clock. The leather interior with its rear cushions, and the carpets, have been refitted in keeping with the originals. The car is fitted with air conditioning, a stainless steel exhaust and recent mechanical work has been carried out (cf. invoice folder) The openings are wellfitted, although the paintwork would benefit from being redone. It is accompanied by a folder of invoices in addition to its French registration documents (carte grise).

Carte grise française French title Châssis n° AM115/49*1712* Moteur no AM115/49*1712* 3 Moteur entiè…
Enchère terminée

N° 158
Carte grise française French title Châssis n° 647203 3 Livrée neuve au Canada avec son moteur XK 3 Restaurée et très utilisable avec sa direction assistée 3 Superbe dessin 3 Delivered new in Canada 3 Restored and smooth driving with the assisted steering 3 Superbe design 1950 Jaguar Mark V Drophead Coupe (Cabriolet) Construite entre fin 49 et début 51, la Mark V ne devait être qu'un modèle de transition entre la Mark IV d'avant guerre et la future Mark VII. Or, celle-ci était en retard sur les prévisions car elle devit être lancée en même temps que l'XK 120 et avec le même nouveau moteur XK double arbre six cylindres. Pour patienter, la Mark V reprit en le modernisant un peu (phares intégrés aux ailes-) le style de la 3,5- litres d'avant-guerre (appelée a posteriori Mark IV), mais avec un châssis tout nouveau, une suspension avant à roues indépendantes inspirée de celle de la Citroën Traction Avant et des freins à tambours à commande hydraulique au lieu du vieux système à tringles ! Mais la magie du coup de crayon de William Lyons et de son équipe va opérer une fois de plus et la Mark V sera une des plus élégantes voitures de son temps, surtout dans sa version cabriolet deux portes cinq places, le dernier grand drophead coupé de la marque; Un seul regret : pour ne pas dévaloriser le tout nouveau moteur XK réservé à la future Mk VII, l'usine lui laissera l'antique moteur culbuté de 3,5 litres, mais certains modèles seront équipés par la suite, à la demande de leur propriétaire, de ce moteur révolutionnaire qui propulsera les Jaguar de 1948 à 1984. William Lyons lui-même s'en était fait faire une qu'il trouvait très agréable à conduire- Built between late 1949 and early 1951, the Mark V was only intended to be a transitional model between the pre-war Mark IV and the future Mark VII. It was behind on the forecasts, being earmarked for launch at the same time as the XK120 and with the same new double-shaft six-cylinder XK engine. While waiting, the Mark V took on and modernised somewhat (with headlights integrated into the wings etc) the style of the pre-war 3.5 litre (later termed the Mark IV), but with a completely new chassis, a front suspension with independent wheels inspired by that of the Citroën Traction Avant, and hydraulically controlled drum breaks instead of the old stirrup-brake system. The magic of the drawings produced by William Lyons and his team worked once more and the Mark V became one of the most elegant vehicles of its time, especially in its two-door, five-seater convertible version, the last large drophead coupé produced by this make. The only regret is that in order not to devalue the brand new XK engine set aside for the Mark VII, the factory produced it with the old 3.5-litre rocker-arm engine, although some models were later equipped, at the request of their owners, with the revolutionary engine that powered Jaguar cars from 1948 to 1984. William Lyons himself had one produced, finding it "very pleasant to drive". Pour environ 10.000 berlines, seuls 395 cabriolets en conduite à droite et 577 en conduite à gauche seront produits, et celle qui vous est présentée est une de ces 577 dont il ne reste aujourd'hui qu'environ 200 exemplaires encore en circulation, une dizaine seulement ayant été vendues à l'époque en France par l'intermédiaire de l'importateur parisien Royal Elysées. Développant à l'origine 126 chevaux pouvant l'emmener à 145 km/h, dans l'habituel décor de boiseries, de cuir et de chromes, la Mark V était à l'époque deux fois moins chère que ses rivales de chez Bentley et Rolls- Royce. La voiture proposée ici a été livrée neuve en 1950 chez Jaguar Toronto, qui équipera justement la voiture d'un moteur double arbre XK de 3,4 litres à la demande du premier propriétaire. Rachetée en 2006 toujours à Toronto où sa mécanique avait été refaite, la voiture a été ramenée et immatriculée en France où elle a été confiée à un spécialiste de la marque qui l'a totalement révisée (trains roulants, freins, pneus, amortisseurs, pont etc..) et repeinte dans sa robe bicolore actuelle. Afin de la fiabiliser, un certain nombre d'améliorations discrètes ont été apportées (alternateur, ventilateur électrique, servofrein, direction assistée électrique, autoradio invisible) ce qui lui a permis de faire de nombreux kilomètres en toute tranquillité (Rallye de l'Impérial en Afrique du Sud en 2008, un tour de France de 3 000 km en 2009) aussi bien capotée, qu'en version "Mylord", ou entièrement ouverte. La voiture est vendue avec une housse sur mesures, des manuels d'entretien en français et en anglais ainsi qu'avec des publicité d'époque dans les deux langues. For about 10,000 saloons, only 395 right-hand-drive and 577 left-hand-drive convertibles were produced, and the car presented here is one of the 577, of which only about 200 still remain in circulation and only about ten were sold at the time in France, through the Paris-based importer Elysées. Initially developing 126 hp capable of taking it to 145 km/h (90 mph), with its usual décor of woodwork, leather and chromes, the price of the Mark V was only half of that of its rivals at Bentley and Rolls-Royce. The car presented here was delivered new in 1950 to Jaguar Toronto, which rightly fitted the car with a 3.4-litre double-shaft XK engine at the request of the first owner. Purchased in 2006, still in Toronto where its mechanical sections were overhauled, the car was taken to France and registered there, being entrusted to a specialist in the make who completely overhauled it (running gear, brakes, tyres, shock absorbers, axle etc) and repaired in its current two-colour design. To make the car more reliable, a number of discreet improvements have been made (alternator, electric engine fan, brake servo unit, electrical power steering, concealed car radio), allowing it to travel many miles without any problems (Imperial Rally in South Africa in 2008, a 3,000-km tour of France in 2009), either hooded, in the "Mylord" version, or completely open. The car is sold with a made-to-measure seat cover, maintenance manuals in French and English, and with advertisements from the time in both languages.

Carte grise française French title Châssis n° 647203 3 Livrée neuve au Canada avec son moteur XK 3 R…
Enchère terminée

N° 162
Carte grise française French title Châssis n° 10810 3 Unique prototype ultra performant 3 Préparation de très haut niveau 3 Très abordable 3 Unique and super fast prototype 3 Highest quality preparation 3 Very affordable 1968 Alpine A110 1300 modifié moteur central 2L Sodemo La voiture présentée est une berlinette A110 1300, préparée pour la course de côte et le rallye en 2002 dans le souci du moindre détail. La Société SODEMO a fourni récemment un devis de valorisation de près de 90000 pour la préparation du moteur seul si l'on devait le refaire à l'identique. La préparation de cet étonnant prototype a été faite sans compter, les photos suffisent à connaître le degré de sophistication mécanique apporté à cet engin ultra performant. La liste des modifications serait trop longue à décrire, mais nous pouvons noter que la boîte de vitesses est une Hewland F3A séquentielle à 5 rapports avec palettes au volant, accolé à un embrayage bi-disque Valeo, et à un différentiel autobloquant. Les suspensions sont de type PEMSKY à combinés ressorts amortisseurs et à basculeurs réglables. Les freins à disques ventilés et perforés sont réglables également par un répartiteur dans l'habitacle. Les roues GOTTI de 13' sont chaussées de pneus AVON compétition Formula 3W 250/570 x R13 & 180/530 x R13. The car presented is an A110 1300 Berlinetta built for hill-climbing and rallying in 2002 with great attention to detail. Sodemo has recently issued an estimated cost of almost 90,000 for building the engine alone, if construction identical to the original is required. The preparation of this magnificent prototype spared no expense; the photographs alone are enough to reveal the level of mechanical sophistication built into this super-high-performance engine. The list of modifications would be too long to include, but it can be noted that the gearbox is a sequential Hewland F3A five-speed with levers on the steering wheel, coupled to a double-disc Valeo clutch system and a self-locking differential. The suspension is Pemsky, with combined shock absorber springs and adjustable tippers. The ventilated and perforated disc brakes can also be adjusted via a distributor in the driver's compartment. The 13'inch Gotti wheels are equipped with Avon competition Formula 3W 250/570 x R13 & 180/530 x R13 tyres. C'est incontestablement le plus bel et le plus abouti exemplaire d'Alpine modifié qu'il nous a été permis d'admirer. Elle dispose de son passeport technique FFSA en Gr FC (circuit & course de côte) #.0606. Elle participa à une course de côte, où elle remporta sa classe et termina 4e au général du seul rallye moderne auquel elle participa. C'est une opportunité unique de pouvoir acquérir cette voiture extrêmement rapide développée de la sorte pour une fraction du prix de revient. Un vrai jouet pour se procurer des sensations hors du commun tout en alliant les charmes d'une voiture mythique à la ligne unique et racée et qui permet de se frotter dans diverses catégories aux voitures modernes de compétition. This is undoubtedly the most splendid and sophisticated modified Alpine that we have had the pleasure to see. It has its FFSA technical schedule in Gr FC (circuit & hill climbing), no. 0606. It competed in a hill race, winning in its class and ending fourth overall in the only modern rally in which it has completed. Here is a unique opportunity to acquire this very fast, specially developed car for a fraction of the cost price. This vehicle will give you a journey that offers unparalleled delights, combining the charms of a legendary single-line vehicle that can still rub shoulders with numerous categories of modern racing vehicles.

Carte grise française French title Châssis n° 10810 3 Unique prototype ultra performant 3 Préparatio…
Enchère terminée

N° 167
Carte grise française French title Châssis n° 3500 SANS RÉSERVE NO RESERVE 3 Model rare avec boîte manuelle 3 Voiture de qualité méconnue et sous estimée 3 Très élégant dessin 3 Rare car with manual gearbox 3 Under estimated quality car 3 Very élégant design 1974 Fiat 130 Coupé Pininfarina Le dessin de Pininfarina de la Fiat 130 devenu classique, ne l'était pas en 1971, il venait tout droit du même coup de crayon que celui qui donna naissance à la Ferrari 365 GT/4 2+2, sortie elle aussi en 1971, qui deviendra 400 puis 412. Fiat réalisa un V6 de 3.2l de cylindrée à bloc fonte et culasses en alliage léger à simple arbre à cames en tête de 165ch à 5500 tr/mn, coiffé d'un carburateur Weber et accouplé à une boîte automatique à 3 rapports et en option à une boîte manuelle ZF à cinq rapports. C'était à l'époque le haut de gamme de Fiat qui démontra alors que cette firme était aussi capable de réaliser des automobiles de luxe et de qualité. La voiture de la vente vient faire l'objet d'une révision des freins, la courroie de distribution a été changée ainsi que la ligne d'échappement. Ce coupé Fiat fait partie des voitures sous estimées dans le marché actuel, (ainsi que celles de la série des Ferrari 365 GT 2+2 et 400/412). Ce sont des voitures à acheter maintenant car elles valent en bon état le prix d'une belle Fiat 500 ! The Pininfarina design of the Fiat 130, now a classic, was not so in 1971, coming straight from the drawing board that also produced the Ferrari 365 GT/4 2+2, another 1971 issue, which became the 400 and then the 412. Fiat produced a 3.2 litre V6 with cast-iron block cylinders and cast iron cylinder hears with simple overhead camshaft, producing 165 hp at 5,500 rpm, crowned with Weber carburettor and coupled to an automatic 3-speed box and optionally a ZF 5-speed manual box. This was at the time of the top-of-the-range Fiat, which demonstrated that the firm was equally capable of manufacturing high-quality luxury cars. The car for sale has just had its brakes overhauled and its timing belt and exhaust channel changed. This Fiat coupé is one of the cars underestimated in today's market (as are those in the Ferrari 365 GT 2+2 and 400/412 series). These are cars to buy now, as in good condition they are worth every bit as much as a great Fiat 500!

Carte grise française French title Châssis n° 3500 SANS RÉSERVE NO RESERVE 3 Model rare avec boîte m…
Enchère terminée

N° 101
Carte Grise française French title Châssis n° CC54765L SANS RÉSERVE NO RESERVE 3 Important dossier de factures 3 Bien fiabilisée et entretenue 3 Un roadster fiable et performant 3 Large receipt file 3 very reliable and well maintened 1971 Triumph TR6 La Triumph TR6 lancée sur le marché fin 1968 représenta l'ultime avatar des Triumph sport dont la TR2, dévoilée au Salon de Genève 1953, fut la première représentante commercialisée. Le succès des TR2 et TR3 puis des TR4 et TR4A, dessinées par Michelotti, montrèrent que Triumph avait vu juste, ces voitures connaissant un grand succès à l'exportation. Mais les performances du moteur quatre-cylindres étaient désormais insuffisantes et le moteur six cylindres à injection de 1967 redonna du tonus à la nouvelle TR5. En 1969, la TR6 reprit les mêmes éléments mécaniques de base, mais sous un habillage épuré et plus moderne. Cette mutation réussie était due au carrossier allemand Karmann. La recette s'avéra excellente puisque la TR6 se vendit pendant sept ans tant en version à injection en Europe qu'avec des carburateurs en Amérique. La TR6 présentée ici, livrée neuve aux Etat-Unis en 1971 a bénéficié en 2008 d'une remise à niveau de ses performances grâce au montage de trois carburateurs double corps Weber, d'un collecteur 6 en 1 et d'une ligne complète d'échappement en inox, d'un allègement du volant moteur, du montage de gros disques de freins et d'amortisseurs télescopiques, de la réfection du circuit électrique. La capote et les moquettes assorties à la sellerie en cuir beige datent de juillet 2009 outre divers travaux d'entretien dont le détail figure dans un important dossier de factures de 1994 à 2009 (incluant plus de 7000 Euro de travaux chez le spécialiste Cecil Cars). The Triumph TR6 which was launched at the end of 1968 is the last incarnation of the sport Triumphs of which the TR2, unveiled at the 1953 Geneva Car Show, was the first example marketed. The success of the TR2 and TR3, and then the TR4 and TR4A, designed by Michelotti, showed that Triumph was right, as these cars were very successful as exports. But from then on the performance of the four-cylinder engine was insufficient and the six-cylinder injection engine of 1967 revitalised the new TR5. In 1969, the TR6 had the same basic mechanical features, but with a more refined and modern exterior. This successful transformation was due to a German body repair specialist called Karmann. It proved to be an excellent formula since the TR6 was sold for seven years both as the injection version in Europe and as the version with carburettors in America. The TR6 presented here, which was delivered new in the United States in 1971 has its performance improved thanks to the fitting of three Weber double-body carburettors, and a 6 in 1 end casing and a complete stainless steel exhaust line, the improvement of the flywheel, the fitting of large brake discs and telescopic shock absorbers and repairing of the electric circuit. The hood and carpets matching the beige leather upholstery date from July 2009, in addition to various maintenance works which are detailed in a sizeable file of invoices from 1994 to 2009 (including more than 7000 euros worth of work carried out at the specialists Cecil Cars). Collection du même propriétaire depuis 20 ans Same owner for 20 years 3 A quick and reliable roadster

Carte Grise française French title Châssis n° CC54765L SANS RÉSERVE NO RESERVE 3 Important dossier d…
Enchère terminée

N° 102
Carte Grise française French title Châssis n° STC63CT1789320 3 Même propriétaire depuis 20ans 3 Entretien régulier 3 Excellente voiture pour le week-end 3 Same ownership for the past 20 years 3 Very good week end driver 1963 Triumph TR4 Cabriolet La TR2 dévoilée au Salon de Genève 1953 fut la première représentante d'une famille de modèles à succès produits sur la base d'organes mécaniques d'origine Standard-Triumph. En 1961, une crise générale amena une chute des ventes, mais entre-temps, Triumph avait consulté le styliste italien Michelotti pour définir une version nouvelle de la TR sport en conservant la base mécanique de la TR3 qui avait fait ses preuves. Michelotti produisit une carrosserie moderne, élégante et plus confortable qui relança les ventes notamment outre Atlantique où l'absence de gain de performance n'eut pas d'impact. La TR4 apparut sur le marché britannique au printemps 1962, mais la très grande majorité des voitures fut exportée aux Etats-Unis. C'est le cas de la voiture proposée, vendue neuve en Californie au début de 1963, avec naturellement la conduite à gauche et l'overdrive. Importée en France en septembre 1990 et présentée aux mines, elle dispose d'une carte grise normale ; noter une faute de frappe sur le numéro de châssis reporté sur ce document. Repeinte en rouge (sa teinte d'origine) et regarnie en noir en novembre 1990, elle se présente avec environ 40 000 miles au compteur (64 000 km). Elle a bénéficié d'un entretien suivi et de travaux de remise en état facturés concernant les carburateurs (en 2007), les freins (en 2008), les roues (en 2008), le couvre-tonneau et la capote remplacés en janvier 2010. Elle est équipée d'un autoradio Triumph, d'un porte-bagages en aluminium, de son outillage et de son manuel d'utilisation d'origine et accompagnée d'une housse de protection. The TR2, which was unveiled at the 1953 Geneva Car Show was the first representative of a family of successful models manufactured based on mechanical systems originating with Standard-Triumph. In 1961, a general crisis led to a drop in sales, but in the meantime Triumph had asked the Italian designer Michelotti to design a new version of the TR sport, retaining the TR3's mechanical base which had proved itself. Michelotti produced a modern, elegant and more comfortable body work which revived sales particularly across the Atlantic where the lack of an increase in performance did not have an impact. The TR4 appeared on the British market in the spring of 1962, but the vast majority of cars were exported to the United States. This is the case for the car on offer, which was sold new in California at the beginning of 1963, naturally with left hand drive and overdrive. Imported into France in September 1990 and presented to les Mines (French official body responsible for regulating changes made to motor vehicles), it has the normal French vehicle registration documents; please note a spelling mistake in the chassis number on this document. Repainted red (its original colour) and given a black top coat in November 1990, it has about 40,000 miles on the clock (64,000 km). It has had regular maintenance and invoiced renovation work on the carburettors (in 2007), brakes (in 2008), the wheels (in 2008), the tonneau cover and hood were replaced in January 2010. It comes with a Triumph car radio, an aluminium luggage rack, its tools and original user manual and a protective car cover.

Carte Grise française French title Châssis n° STC63CT1789320 3 Même propriétaire depuis 20ans 3 Entr…
Enchère terminée

N° 103
Carte Grise française French title Châssis n° 88248 Moteur no RA1106-8 3 Même propriétaire depuis 20 ans 3 Rare voiture française d'origine 3 Entretien regulier 3 Same ownership for the last 20 years 3 Rare original french delivery car 3 Maintened regularly 1964 Jaguar Type E 3,8L Coupé Série 1 La Type E, dite a posteriori série 1, naquit dotée du six-cylindres XK 3,8 litres S dans la version portée à 265 ch qui équipait déjà les dernières XK 150 S. La construction innovatrice de la Type E - treillis tubulaire antérieur supportant le moteur et le train avant et structure monocoque regroupant l'habitacle et la partie arrière plus les quatre roues indépendantes - donnait une voiture légère, vive, rapide, enthousiasmante à piloter et, en tout état de cause, sans équivalent en son temps. Le coupé présenté (numéros châssis et moteur concordants) a été vendue neuf en France. Bleu métallisé avec intérieur bleu foncé à l'origine, cette Type E a été restaurée en carrosserie et sellerie en 1989 et repeinte en juillet 2008. Elle est peinte en vert foncé avec intérieur cuir chamois, combinaison aussi élégante que classique. Parmi les travaux effectués, citons la pose d'une ligne d'échappement inox en 1991, la réfection de l'embrayage en 1993, l'adaptation au "sans plomb" en 2000, le changement des roues et des papillons en 2006, le remplacement du réservoir et des serrures, la réfection du radiateur en 2009 et la réfection des cardans de transmission, le changement des disques et la réfection des étriers arrière en 2010. Conforme à l'origine et affichant 71 350 km au compteur, son fonctionnement est impeccable. Propriété du vendeur depuis 20 ans, elle est accompagnée de sa housse, de son outillage de bord et de sa carte grise française normale. The Type E, which was later on called Series 1, was created with 3.8 litre six-cylinder XK engine in the version which was increased to 265 horsepower which had already equipped the last XK 150s. The V12 engine which had to propel it was not yet ready. The innovative construction of the E Type - front tubular trellis supporting the engine and the front axle and monocoque structure bringing together the interior and the rear plus the four independent wheel suspension - produced a car that was light, lively, fast, exciting to drive and in any event without parallel in its time. This coupé shown (corroborating chassis and engine number) was sold new in France. Originally metallic blue with a dark blue interior, the bodywork and upholstery of this E Type was restored in 1989 and it was repainted in 2008. Among the works carried out, we would like to highlight the adding of a stainless steel exhaust line in 1991, the repairing of the clutch in 1993, the "unleaded" adaptation in 2000, the change of wheels and butterfly valves in 2006, the replacement of the tank and the locks, the repair of the radiator in 2009 and the repair of the cardan transmission joints, the change of the discs and the repair of the rear callipers in 2010. Conforming to the original and with 350 km on the clock, it is in impeccable working order. It has been owned by the seller for 20 years, and comes with its cover, its tools and its normal French vehicle registration documents.

Carte Grise française French title Châssis n° 88248 Moteur no RA1106 8 3 Même propriétaire depuis 20…
Enchère terminée

N° 104
Carte Grise française French title Châssis no 1006157 3 Petite Type E 3 Voiture performante 3 Lot de pièces important 3 Little E-Type coupe lookalike 3 Very quick 3 Lots of spare parts 1968 Honda S800 Coupé En 1963, Honda, constructeur confirmé de motos performantes, aborda la construction automobile en proposant un coupé et un cabriolet de dimension minimale propulsés par un moteur à quatre cylindres en ligne de 530 cm3, emprunté à la gamme motos. À la S500 à transmission par chaînes succédèrent la S600 en 1964, puis en 1966 la S800 dont le moteur porté à 791 cm3 délivrait la belle puissance de 70 ch à plus de 8 000 tr/min, régime inédit pour une routière dans les années 1960. Sur cette dernière, un pont arrière classique remplaçait les chaînes. Dotée d'un tempérament essentiellement sportif et d'un comportement dynamique sain, cette petite bombe unique en son genre marqua son époque, tant en coupé qu'en cabriolet. Cette S800 à carrosserie coupé est rouge avec intérieur en cuir rouge. La voiture se présente dans un état d'origine "dans son jus", avec quelques petits défauts cosmétiques (sauf la sellerie et la planche de bord garnies en cuir). L'allumage et le circuit de charge ont été revus (bobine, faisceau et régulateur neufs). La voiture est proposée avec un important lot de pièces. In 1963, Honda, an established high-performance motorcycle manufacturer, started automobile construction offering a smallsized coupe and a cabriolet propelled by an in-line four cylinder engine of 530cc capacity, borrowed from the motorcycle range. The S500 with chain-driven transmission was succeeded by the S600 in 1964, and then in 1966 by the S800 whose engine capacity was increased to 791cc producing 70hp at more than 8,000 rpm, an unheard-of rate for a tourer in the 1960s. On the latter model, a classic rear axle replaced the chains. With an essentially sporting temperament and healthy dynamic handling, this small firecracker, which is unique of its type, embodied its era both as a coupe and a cabriolet. This S800 in coupe guise is red with red leather interior. The car is presented in original condition "warts and all" with several small cosmetic defects (apart from the leather upholstery and dashboard). The ignition and dynamo have been refurbished (new ignition coil, electrical system and regulator). The car is offered with a substantial lot of parts.

Carte Grise française French title Châssis no 1006157 3 Petite Type E 3 Voiture performante 3 Lot de…
Enchère terminée

N° 105
Carte Grise française French title Châssis n° 5423 3 Ex Stephane Collaro 3 Rare version 2400 3 Rare dans cet état 3 Ex Stephane Collaro 3 Rare 2400 cm3 3 Very good codition 1972 Fiat Dino 2400 Coupé Bertone Soutenu financièrement par Fiat, Ferrari décide de courir en Formule 2 et de créer un moteur de deux litres en alliage léger qui doit être produit à 500 exemplaires. Fiat, qui le fabrique en partie pourra en utiliser des versions dérivées. C'est ainsi qu'en 1966 apparaît la Fiat Dino à moteur V6 à 4 ACT de 2 litres en aluminium que remplace en 1969 un moteur de même architecture, mais à bloc en fonte et porté à 2,4 litres. La puissance est de 180 ch, une boîte ZF remplace la boîte Fiat originale et le pont rigide oscillant a fait place à des roues arrière indépendantes par bras obliques. Ainsi gréé, le coupé Fiat Dino 2400 se présente comme une moderne et élégante voiture sportive, capable de dépasser 200 km/h et dotée d'un magnifique et solide moteur d'origine Ferrari. Ce coupé Fiat Dino 2400 de 1972, de couleur marron glacé métallisé et doté d'une très belle sellerie vert foncé est en très bel état de présentation et de fonctionnement. Avec 112 000 km au compteur, c'est une troisième main (ex collection Stéphane Collaro pendant 16 ans) qui a parcouru 11 000 km depuis 1987 avec son moteur d'origine et qui est équipée de freins et de pneus neufs, de roues en alliage léger et d'un volant Nardi. Rare dans cet état, cette voiture dont la cote en collection ne cesse de croître est accompagnée d'un important dossier de factures et de sa carte grise française normale. Financially supported by Fiat, Ferrari decided to enter Formula 2 and create a 2-litre light alloy engine, 500 units of which had to be produced. Fiat, which partly manufactured it, was able to use two derived versions. So, in 1966 the Fiat Dino appeared with an aluminium 2-litre V6 engine with 4 overhead cams [OHC] which in 1969 replaced an engine of the same structure but with a cast-iron block bored out to 2.4 litres. Power was 180hp, a ZF gearbox replaced the original Fiat gearbox and the fixed oscillation axle gave way to independent rear wheel suspension with angled arms. Fitted out in this way, the Fiat Dino 2400 was presented as a modern and elegant sports car capable of exceeding 200 km/h and endowed with a magnificent and reliable engine made by Ferrari. This Fiat Dino 2400 coupe from 1972, in metallic marron glacé and fitted out with very beautiful dark green upholstery, is in a very good state of presentation and operation. With 112,000 km on the odometer, a third owner (in the Stephane Collaro collection for 16 years) has covered 11,000 km since 1987 with its original engine and equipped with new brakes and tyres, light alloy wheels and a Nardi steering wheel. It is rare to find a car like this in such condition and its stock as a collection item is continually rising. It is accompanied by a substantial file of invoices and its normal French carte grise [vehicle registration document].

Carte Grise française French title Châssis n° 5423 3 Ex Stephane Collaro 3 Rare version 2400 3 Rare …
Enchère terminée

N° 106
Titre de circulation US Dédouané UE US title European custom cleared Châssis n° PXBE 1390 3 Carrosserie restaurée chez un véritable spécialiste de la fibre de verre 3 Conduite à gauche 3 Série 2 avec la boite ZF 3 Body restored by a fiberglass specialist 3 LHD 3 Serie 2 with ZF gearbox 1962 Lotus Type 14 Elite Dans la foulée de ses premiers succès commerciaux obtenus avec ses légères voitures de compétition, Colin Chapman annonça en 1957 un modèle de production "routier" innovateur avec sa caisse monocoque en matière plastique armée. Légère et bien profilée, pourvue de liaisons au sol très bien calculées, précise et stable, l'Elite se révéla rapide (près de 200 km/h), sobre et performante avec un moteur Climax de 1 200 cm3 seulement. En 1960, la série 2 offrit des suspensions améliorées et une boîte de vitesses ZF mieux étagée. Deux Elite remportèrent le classement au rendement énergétique au Mans en 1962, la première à une moyenne supérieure à 160 km/h. La voiture présentée, livrée neuve aux Etats-Unis (volant à gauche), n'a jamais couru avant sa restauration complète qui a concerné la réfection du moteur Coventry Climax, de la boîte de vitesses et des suspensions. L'échappement est neuf et le système électrique a été révisé. La carrosserie en polyester refaite chez Apal en Belgique (600 heures de travail) est peinte en "primrose yellow" avec un superbe intérieur en cuir noir. Cette voiture très performante et très équilibrée est éligible pour de nombreuses épreuves historiques routières ou de vitesse. Elle est accompagnée de son titre de circulation américain, mais elle est dédouanée dans la Communauté Européenne. Following close on his first commercial successes obtained with his lightweight competition cars, in 1957 Colin Chapman announced a "sports" production model that was innovative with its monocoque shell in reinforced plastic. Light in weight and with low profile, with a very well calculated, precise and stable suspension system, the Elite was very fast (almost 200 km/h), both sober in style and had high performance with a Climax engine of only 1,200cc. In 1960, the Series 2 offered improved suspension and a ZF gearbox with improved ratios. Two Elites carried off the first places for speed at Le Mans in 1962, the first at an average speed of more than 160 km/h. The car presented, delivered new to the United States (left-hand drive) never ran before its complete restoration which involved the rebuilding of the Coventry Climax engine, the gearbox and the suspension. The exhaust is new and the electrical system has been revised. The polyester bodywork refurbished at Apal in Belgium (600 hours of work) is painted in "primrose yellow" with superb interior in black leather. This very high performance and well balanced car is eligible for numerous historic road or speed races. It is accompanied by its American vehicle registration document, but it has been cleared through customs in the European Community.

Titre de circulation US Dédouané UE US title European custom cleared Châssis n° PXBE 1390 3 Carrosse…
Enchère terminée

N° 107
Carte grise française de collection French classic car title Châssis n° 100D-1962283 3 Vrai préparation Abarth "cassetta" d'époque 3 Travaux récents effectués 3 Une petite bombe pour un prix abordable 3 Real "Cassetta" period prep 3 LHD 3 Little affordable road bullet 1965 Fiat 600 D Préparation Abarth 850 Lancée en 1955 après quatre années d'étude, la Fiat 600 motorisa l'Italie bien plus que la Balilla et la 500 "Topolino" de 1936. Préparateur confirmé de mécaniques Fiat et fabricant de pièces spéciales pour la compétition, Carlo Abarth ne manqua pas de s'y intéresser et il proposa des ensembles d'améliorations (cassetta en italien) pour la 600 (parallèlement à ses propres modèles dérivés). La 600 D (deuxième série) apparut en septembre 1960 avec un moteur porté à 767 cm3 en production. Abarth proposa aussi pour cette voiture un ensemble repris des Abarth 850 TC de compétition portant la cylindrée à 846 cm3 avec montage d'un carter d'huile à grande capacité, de tubulures spéciales, d'un carburateur Weber double corps, d'un radiateur d'huile avant, de freins avant à disque et d'une planche de bord spéciale. La puissance passait à 52 ch et la vitesse de pointe à 140 km/h. La 600 D présentée, préparée selon la cassetta Abarth 850 a bénéficié récemment de travaux d'entretien et de mise au point concernant l'allumage, le carburateur, le graissage, le circuit d'essence, les roulements des moyeux avant pour un total dépassant 2 000 euros. Peinte en blanc avec intérieur gris bleu impeccable, cette petite bombe transalpine, rare en France, se présente en excellent état à tous points de vue. Elle est accompagnée de sa carte grise de collection et de factures de travaux. Launched in 1955 after four years of testing, the Fiat 600 motorised Italy much more than the Balilla and the 500 "Topolino" of 1936. Carlo Abarth, an experienced specialised Fiat mechanic and manufacturer of special pieces for the competition, he did not fail to be interested in this and he proposed a series of improvements (cassetta in Italian) for the 600 (alongside his own spin-off models). The 600 D (second series) appeared in September 1960 with an engine increased to 767 cm3 in production. For this car Abarth also suggested a group taken from the competition Abarth 850 TCs increasing the cylinder to 846 cm3 with the fitting of a large capacity oil pan, special tubing, a Weber double-body carburettor, a front oil radiator, front brake discs and a special dashboard. The horsepower increased to 52 and the peak speed to 140 km per hour. This 600 D, which was made according to the Abarth 850 cassetta recently had maintenance work carried out on it and the lighting, carburettor, lubricating, petrol system and the bearings of the front hubs were adjusted for a total of more than 2000 euros. Painted white with an impeccable blue grey interior, this little transalpine bombshell, which is rare in France, is in an excellent condition from all points of view. It comes with its collectable French registration documents and invoices for repair work.

Carte grise française de collection French classic car title Châssis n° 100D 1962283 3 Vrai préparat…
Enchère terminée

N° 109
Carte grise française French title Châssis no 1S20974 Moteur no 7S8178SA 3 Rare voiture française d'origine 3 Très bel intérieur d'origine 3 Souplesse du V12 et boîte manuelle. 3 Rare original french car 3 Stuning original interior 3 Onctuous V12 engine manual gearbox 1973 JAGUAR Type E V12 série III cabriolet A la fin des années soixante, le besoin de relancer la Type E se faisait sentir et, pour contrer les multicylindres exotiques italiens et les puissants V8 américains, Jaguar se décida à remplacer le 4,2 litres XK par un 5,3 litres douze cylindres en V. La voiture présentée est un cabriolet « primrose yellow », intérieur cuir noir, capote vinyle noire totalisant 90420 km d'origine. Elle est française d'origine, comme en atteste la facture de livraison, et fut livrée le 22 mai 1973 à Chalon sue Saône à une femme. Une attestation de Jaguar France confirme qu'elle est sortie d'usine dans cette combinaison de couleur le 11 octobre 1972. Le propriétaire actuel la possède depuis 1996 et à effectué de nombreux travaux de restauration. Entre 1996 et 1997 la coque a été mise à nue et restaurée. L'intérieur en cuir noir, les moquettes et les garnitures sont d'origine la capote a été remplacée et son armature repeinte en gris clair, comme à l'origine. Les chromes sont en très bon état. Une ligne d'échappement inox neuve a été montée. Et, en Février 2006, une révision du moteur, de la boîte de vitesses, et des freins a été effectuée. Un important dossier de factures, et de photos fourni avec la voiture, montre les dépenses qui ont été effectuées pour rendre ce cabriolet fiable et désirable. En outre la voiture est livrée avec son manuel de bord d'origine en français et sa facture d'origine. C'est une voiture en très bon état de présentation, d'une couleur chatoyante. At the end of the late 1960s, the need to relaunch the E-Type became apparent, and in response to the exotic Italian multi-cylinders and the powerful American V8s, Jaguar took the decision to replace the 4.2-litre XK with a 5.3-litre V12-cylinder.The car presented is a primrose yellow convertible with black leather interior and black vinyl hood, with 90,420 km (56,513 miles) on the clock from new. It is of French origin, as the delivery invoice indicates, and was delivered to a lady in Chalon-sur-Saone new on 22 May 1973. A certificate from Jaguar France confirms that it left the factory with the above colour combination on 11 October 1972. The current owner has had the car since 1996 and carried out extensive restoration work. Between 1996 and 1997 the body structure was stripped and restored. The black leather interior, the carpets and the trimmings are original, and the hood has been replaced and its framework painted in its original colour of light grey. The chromes are in excellent condition. A new stainless steel clearance line has been installed. The engine, gearbox and brakes were overhauled in February 2006. A large file of invoices and photos, supplied with the car, shows the expense laid out to make this convertible reliable and desirable. The car also comes with its original French-language manual and original invoice. This is a car in excellent condition, whose shimmering colour gives it a singularly alluring appearance.

Carte grise française French title Châssis no 1S20974 Moteur no 7S8178SA 3 Rare voiture française d'…
Enchère terminée

N° 111
Carte grise française French title Châssis n° CCX 04734 SANS RÉSERVE NO RESERVE 3 Même propriétaire depuis 14 ans 3 Voiture soignée 3 Une Rolls classique au prix d'une Clio 3 Same ownership since 14 years 3 Very clean car 3 A classic Rolls for a price of a Twingo 1982 Rolls-Royce Silver Spur En vue des années 1960, le lancement nécessaire d'une Rolls-Royce moderne imposa très tôt de longues années de recherche où toutes les options possibles furent étudiées. Pendant des décennies, la Silver Shadow évolua régulièrement et son succès commercial prolongé valida définitivement les choix techniques de 1960. En 1976, conservant l'excellent V8 en alliage léger âgé de 15 ans, mais porté à près de 7 litres, la Silver Shadow II fut une version encore perfectionnée, dotée d'une direction à crémaillère assistée, d'un allumage électronique, d'une nouvelle géométrie de suspension avant, de pneus à profil bas plus larges, le tout améliorant le comportement dynamique et les performances de cette voiture de deux tonnes au confort légendaire. En 1980, la Silver Spirit marque l'introduction d'une nouvelle caisse plus basse et plus large, dotée d'une surface vitrée agrandie et d'une calandre plus basse. La nouvelle Rolls bénéficie également d'une nouvelle géométrie des suspensions arrière. Présentée en même temps, la Silver Spur en est une version allongée de 11 cm. La voiture présentée, une Silver Spur de 1982 est en très bon état de fonctionnement et de présentation. Peinte en deux tons de gris métallisé, toît recouvert de vinyl noir, avec intérieur gris, elle offre une belle patine. Achetée par son propriétaire actuel en Juillet 1996 elle n'avait parcouru d'après une expertise du 02/06/1995 que 40 295 km. Son compteur affiche aujourd'hui moins de 59 000 km. Elle est accompagnée de sa carte grise française normale de ses carnets d'entretien et de sa housse faite à la mesure par "La Housse à l'Ancienne". At the start of the 1960s, a modern Rolls-Royce had to be launched, designed according to the philosophy encompassing the concept of the "Best Car in the World". This required many years of research during which all possible options were studied. The Silver Shadow developed gradually over decades and its prolonged commercial success gave resounding validation to the technical choices made in the 1960s. In 1976, keeping the excellent light alloy V8 engine that was fifteen years old but hiking it to almost 7 litres, the Silver Shadow II was a still more developed version, with assisted rack-and-pinion steering, electronic ignition, new front suspension geometry and wider lowprofile tyres, all aimed at improving the dynamics and performance of this two-ton car with legendary comfort. In 1980, the Silver Spirit marked the introduction of new lower and wider bodywork with expanded windscreen area and a lower radiator grille. The new Rolls also had new rear suspension geometry. Presented at the same time, the Silver Spur is a version lengthened by 11cm. The car presented, a 1982 Silver Spur, is in very good running order and condition. Weighing about two tons, she is painted in metallic grey with a roof recovered in black vinyl and with grey interior, she has a beautiful patina. Bought by her current owner in July 1996, she had only covered 40,295 km according to an expert assessment made on 02/06/1995. Her odometer now shows less than 59,000 km. She has her normal French registration documents, her servicing booklets and her dust cover custom made by the firm La Housse A l'Ancienne.

Carte grise française French title Châssis n° CCX 04734 SANS RÉSERVE NO RESERVE 3 Même propriétaire …
Enchère terminée

N° 113
Carte grise française French title Châssis n° 111027120000254 3 Rare version européenne 3 4 vitres électriques et climatisation 3 Intérieur d'origine magnifiquement patiné 3 Rare European car 3 4 electric windows and air conditioning 3 Beautiful original interior with patina 1970 Mercedes-Benz W111 280 SE 3,5L. Cabriolet Les coupés et cabriolets Mercedes 280 SE 3,5 litres produits de 1969 à 1971 furent les premiers types à tendance sportive, équipés du nouveau moteur V8 de la marque avec injection électronique et allumage transistorisé. Ses 200 ch à 5 800 tr/min, mais surtout ses 30 m/kg de couple en font une voiture puissante et sûre, agréable à conduire et rare avec un peu plus de 4 500 unités produites, en majorité des cabriolets exportés pour la plupart aux états-Unis. Si les finitions intérieures de ces voitures sont tout simplement extraordinaires et susceptibles de faire croire a priori à une luxueuse et confortable grand tourisme, une seule pression sur l'accélérateur suffit à déchaîner son tempérament caché de routière sportive : un 0- 100 km/h en 9,5 secondes et 200 km/h en pointe dans une profusion de bois vernis, de chromes et de cuir de qualité irréprochable. The 3.5 litre Mercedes 280SE produced between 1969 and 1971 was the first sporting car to be equipped with the marque's new V8 engine with electronic injection and transistorized ignition. Its 200 hp at 5,800 rpm and its 30m/kg of torque made it a powerful and stable car, enjoyable to drive and rare with a little over 4,500 units produced, the majority of them cabriolets, most of which were exported to the United States. Whilst the finish on these cars is simply extraordinary and makes them look like a luxurious and comfortable grand tourer, a blip on the accelerator is enough to unleash its hidden sporting pretensions: a 0-100 km/h time of 9.5 seconds and top speed of 200 km/h in a profusion of varnished wood, chrome and leather of the highest quality. Cette 280 SE à moteur V8 immatriculée pour la première fois en octobre 1970 a été acquise par le vendeur en mai 1994. De couleur blanche avec intérieur en cuir, capote et couvre capote bleu foncé, il s'agit d'une très rare version européenne d'origine (compteur en km et sans les inélégants rappels de clignotants latéraux), équipée néanmoins de vitres électriques et de la climatisation, des options très appréciées de nos jours. Le couvre capote et sa housse ont été récemment refaits. Cette magnifique voiture n'a été utilisée par notre collectionneur que par beau temps et sa carte grise française est d'une série normale. This 280SE with V8 engine, first registered in October 1970, was acquired by the vendor in 1994. In white with leather interior, a hood and dark blue hood cover, this is a very rare original European version (with the odometer in kilometers and without the inelegant side indicators) nevertheless equipped with electric windows and air conditioning, options much sought after nowadays. The hood cover and its cover have been recently refurbished. This magnificent car has only been used by our collector in good weather and its French carte grise [vehicle registration document] is of a normal series.

Carte grise française French title Châssis n° 111027120000254 3 Rare version européenne 3 4 vitres é…
Enchère terminée

N° 114
Carte grise française French title Châssis n° 12803010003710 3 Même propriétaire depuis 30 ans 3 Livrée neuve en France 3 Intérieur d'origine magnifiquement patiné 3 Same ownership for the last 30 years 3 French delivery car 3 Beautiful original interior with patina 1960 Mercedes-Benz W128 220 SE Cabriolet Avec le type 220 de 1951, Mercedes amorçait la modernisation de ses grands modèles en proposant un beau moteur six cylindres à arbre à cames en tête. La 220 S de 1956 parachevait cette évolution en introduisant une caisse monocoque à la place du châssis tubulaire hérité de l'avant-guerre et une superbe carrosserie ponton sans marchepieds avec une ligne de capot à peine supérieure au sommet des ailes désormais intégrées. La 220 SE de 1958 reçut ensuite un système d'injection Bosch qui lui procura un appréciable gain de couple à un régime inférieur au bénéfice de l'agrément de conduite. La 220 SE fut proposée en berline, coupé et cabriolet A (deux portes deux places), ces deux derniers styles étant les plus recherchés. En terme de valeur en collection, le cabriolet A 220 SE domine les autres versions. Au total, M-B n'a produit que 1142 cabriolets de ce type. La 220 SE présentée ici, immatriculée pour la première fois le 17 mai 1960 est un des derniers exemplaires habillés de la première caisse ponton tout acier. Elle a été acquise le 1e mars 1980 par le vendeur qui a participé à son volant à un rallye au Maroc en1983. With the Type 220 of 1951, Mercedes started modernising its mainstream models by offering a lovely six cylinder engine with overhead camshaft. The 220S of 1956 completed this evolution by introducing a monocoque shell in the place of the tubular chassis inherited from before the War and a superb Ponton body without running board and with a hood line only just above the top of the wings that are now integrated. The 220SE of 1958 then received a Bosch fuel injection system that gave it a substantial hike in torque at a lower engine speed which added to the driving enjoyment. The 220SE was offered as a saloon, a coupe and a cabriolet A (two door, two-seater), the latter two styles being the most sought after. In terms of collector value, the 220SE cabriolet A outstrips the other versions. In total, Mercedes-Benz produced only 1,142 cabriolets of this type. The 220SE presented here, first registered on 17 May 1960, is one of the last examples with the Ponton body entirely in steel. It was acquired on 1 March 1980 by the vendor who was behind its wheel En 1989, la voiture a été repeinte en blanc, sa teinte d'origine (code Mercedes G158), sur tôle mise à nu. Son état peut être encore jugé excellent. Le magnifique intérieur de couleur bordeaux avec superbes boiseries vernies, équipé d'un autoradio Becker d'époque, présente une belle et sympathique patine. La capote noire est complétée d'un couvre capote en cuir bordeaux. Un échappement en inox a été monté en 1993. La pompe à essence et le réservoir ont été révisés en 2010. Il s'agit d'une voiture rare sur le marché, très représentative de la période classique moderne de Mercedes caractérisée par une qualité de fabrication et de finition sans égale à l'époque. La voiture est accompagnée de sa carte grise française normale et de factures des travaux effectués. for a rally in Morocco in 1983. In 1989, the car was repainted white, its original colour (Mercedes code G158), on completely stripped down metal. Its condition may still be regarded as excellent. The magnificent burgundy interior with superb varnished woodwork, equipped with a Becker radio of the time, offers a beautiful and sympathetic patina. The black hood has a hood cover in burgundy leather. A stainless steel exhaust was installed in 1993. The fuel pump and the fuel tank were upgraded in 2010. It is rare to see this type of car on the market, and it is very representative of the classic modern period for Mercedes, characterized by high build quality and finish that was second to none at the time. The car has its normal French carte grise [vehicle registration document] with invoices for the work carried out.

Carte grise française French title Châssis n° 12803010003710 3 Même propriétaire depuis 30 ans 3 Liv…
Enchère terminée

N° 116
Carte grise française French title Châssis n° ZFFWA19B0000 74691 3 Introuvable dans cet état 3 Grosse révision en 2010 3 Un collector utilisable 3 Impossible to find in this condition 3 Major service in 2010 3 A usable collector 1988 Ferrari 328 GTB En 1973, une nouvelle lignée de « petites » Ferrari routières équipées d'un moteur V8 en alliage léger de nouvelle génération remplaça les Dino 246 GT et GTS. Sous le contrôle de Fiat, la Dino 308 GT/4 dessinée par Bertone ouvrit le bal. Dès 1973, un coupé sport ou berlinette signé Pininfarina vint l'épauler : la 308 GTB élégante et virile, rigide, stable et pleine de vigueur fut à l'origine d'une belle et nombreuse famille dont l'enfant terrible fut la 288 GTO de 1984, ellemême ancêtre des F40, F50 et Enzo. Preuve de la validité de son concept, la 308 a évolué sous de nombreuses formes et sans cesse améliorée. En 1986, avec un moteur porté à 3,2 litres déjà installé sur la quatre-places Mondial, la 328 offrit 270 ch et plus de 260 km/h en pointe avec une manoeuvrabilité encore jamais offerte par une berlinette sport de Maranello. Ajoutées à une surprenante sobriété due à l'injection, aux 32 soupapes et à une masse limitée à 1300 kg, ces qualités élargirent le marché de la 328, la version fermée GTB étant beaucoup plus rare que la GTS découvrable. In 1973 a new line of "small" road Ferraris equipped with a newgeneration light alloy V8 engine replaced the Dino 246 GT and GTS. Under the supervision of Fiat, the Dino 308 GT/4, sketched by Bertone, "opened the ball". Since 1973, a sport or Berlinetta coupé, signed Pininfarina, has supported it; the 308 GTB, at once elegant, virile, stable and strong, and bursting with power, was the first in a large and noble family the enfant terrible of which was the 288 GTO from 1984, itself an ancestor of the F40, F50 and Enzo. Proof of the validity of its design, the 308 evolved into numerous, ever improving forms. In 1986, with an engine increased to 3.2 litres already installed in the "Quatre Places", the 328 offered 270 hp and over 260 km/h (162.5 mph) top speed with manoeuvrability never before offered by a Maranello sports Berlinetta. Combined with the surprising sobriety given by the fuel injection, the 32 valves and a mass limited to 1,300 kg, these qualities have increased the market for the 328, the GTB hardtop version being much rarer than the convertible GTS. La voiture présentée, une rarissime première main française, fut vendue neuve par Pozzi, en novembre 1987 à l'actuel propriétaire, un professionnel de l'automobile qui l'utilisa régulièrement et raisonnablement le week-end. Cette 328 GTB qui affiche un peu plus de 19 000 km dans un état d'origine exceptionnel, est peinte en Rosso Ferrari avec intérieur en cuir beige et dotée de l'air conditionné. Elle a bénéficié en mai 2000 de travaux d'entretien et de mise au point effectués par l'excellent spécialiste V12 Automobiles qui a de nouveau révisé la voiture en octobre 2010 avec remplacement des courroies moteur, des filtres, bougies, etc (facture jointe au dossier). Accompagnée de son outillage d'origine, d'un catalogue de vente d'origine, de son livret d'entretien de la facture d'achat originale et de sa carte grise française, c'est une unique opportunité d'acquérir une 328 française d'origine et à l'histoire limpide. ARTCURIAL MOTORCARS / AUTOMOBILES SUR LES CHAMPS / 66 The car presented, a rare French model with one owner only, was sold new in November 1987 to the current owner by Charles Pozzi, an automobile trader who used it regularly but not excessively at weekends. This 328 GTB, with around 19,000 km (11,875 miles) on the clock, is in an exceptional original state, painted in Rosso Ferrari with a beige leather interior and equipped with air-conditioning. In May 2000 it was overhauled and updated by the specialist firm V12 Automobiles and prior to the sale in October 2010, V12 Automobiles serviced the car with replacement belts, filters, spark plugs etc (invoice attached to file). Accompanied with its original tool kit, owners manual, original sale invoice and French carte grise, this vehicle presents a unique opportunity to acquire a mint 328 with original European specifications and a full, transparent history.

Carte grise française French title Châssis n° ZFFWA19B0000 74691 3 Introuvable dans cet état 3 Gross…
Enchère terminée

N° 117
Carte grise française French title Châssis n° LML/50/235 3 Vous en trouvez souvent des DB2 Vantage sortie de grange ! 3 Rarrissime DB2 en version Vantage 3 Française d'origine 3 DB2 Vantage barn find 3 Very rare vantage model 3 Original french car 1952 Aston Martin DB2 Vantage La voiture présentée, une rarissime DB2 importée en France en 1952 et vendue à Monsieur Bloch, domicilié à Paris 16e, par Majestic Autos, affiche des numéros de châssis, de caisse et de moteur concordants et se présente dans un état d'origine remarquablement bon, ayant été conservée dans le sud de la France pendant plus de 40 ans. Sa peinture d'origine Birch Grey a été remplacée par un blanc ivoire. Sans corrosion, elle présente une séduisante patine que son acheteur pourra se contenter de préserver comme son intérieur d'origine en cuir rouge à passepoil gris. Son état mécanique est excellent et ne nécessite a priori qu'une révision soignée. Son moteur Vantage - version réservée à l'exportation- développe 123 ch grâce à un rapport volumétrique supérieur. Les freins sont munis des tambours Alfin compétition optionnels montés à l'usine comme le précise sa fiche de fabrication. Sa carrosserie fine et élancée ne la surcharge pas et la DB2 perpétue dans un style moderne le caractère sport des Aston Martin d'avant 1940 qui s'atténuera peu à peu dans les années 1950 au profit du caractère GT déjà affirmé sur la DB2/4 qui lui succède. La DB2 de production fut largement engagée en compétition, notamment aux 24 Heures du Mans. Elle possède sa carte grise française normale. Depuis quelques années, la valeur des Aston Martin Classiques 6 cylindres de l'ère David Brown ne cesse de grandir, et cette fabuleuse DB2 Vantage représentera sans aucun doute pour tout passionné amateur de la marque, le nec plus ultra absolu, avec l'assurance d'un potentiel considérable en terme d'investissement. The car here presented, an extremely rare DB2 imported into France in 1952 and sold by Majestic Autos to Monsieur Bloch, who lived in Paris 16, bears consistent chassis, bodywork and engine numbers and is in a remarkably good original state, having been stored in the South of France for over 40 years. Its original birch grey paint has been replaced with ivory white. Entirely free of rust, it presents a seductive shine that the buyer may well be content to preserve along with its original red leather interior with grey edging. It is in excellent mechanical condition, having few miles on the clock, and requires only a complete check-over. Its engine is a Vantage, the version reserved for export vehicles, and develops 123 hp thanks to its higher volume ratio. The brakes are equipped with optional "Alfin" competition drums installed in the factory as specified in its production file. Its fine, streamlined bodywork does not give it too much weight, and the DB2 perpetuates, in a modern style, the sporting character of the Aston Martin dating from before 1940 and lost gradually during the 1950s in favour of the GT appearance already affirmed in the DB2/4 that succeeded it. The production DB2 was mostly used in competitions, especially the Le Man 24 Hours, and led to the derived sport-competition models, the legendary DB3 and DB3S. The car holds its standard French carte grise.

Carte grise française French title Châssis n° LML/50/235 3 Vous en trouvez souvent des DB2 Vantage s…
Enchère terminée

N° 140
Carte grise française French title Châssis n° 911 46 00426 3 Voiture avec historique d'époque 3 Restaurée depuis coque mise à nu 3 Fournie avec tous ses papiers pour courir 3 Historic race car 3 Bare body restoration 3 Comes with current FIA paperwork, ready to race 1974 Porsche 911 Carrera 2,7L Groupe 3 En 1974 Porsche choisit la réduction des consommations par la généralisation de l'injection tout en améliorant la souplesse des moteurs par augmentation de la cylindrée. Les 911 de nouvelle génération furent donc équipées de moteurs de 2,7 litres : 150 ch sur la 911 de base, 175 ch sur la S et 210 ch sur la Carrera qui est devenue le haut de gamme mais a conservé l'intégralité de la mécanique de la RS, injection mécanique et 210 cv à la clé. Ce moteur a bénéficié des enseignements de la compétition grâce au modèle très allégé Carrera RS de 1973 déjà porté à 2,7 litres et destiné aux épreuves routières disputées en Groupe 4. Le succès de la Rs fut tel qu'aux 500 premières voitures Porsche ajoutera 1000 voitures destinées à courir en Groupe 3. Le stock des composants spéciaux allégés des premières RS s'épuisant peu à peu, les voitures de production comporteront de plus en plus de pièces de série, mais leur potentiel de performance n'en fut pas affecté pour autant. La carrera 2,7L a été produite de 1974 à 1976 en seulement 2277 exemplaires. La voiture présentée est une 911 Carrera 2,7 litres, immatriculée pour la première fois le 10 janvier 1974, dont le bloc moteur actuel est un vrai RS 2,7 litres de 1973 (numéro vérifié). Cette voiture, résidant initialement à Montauban, a ensuite appartenu à Jacques Maraval (1979-1981 avec préparation Alméras et nouvelle peinture or métallisé), aux mains duquel en 1980 elle a remporté le Groupe 3 au In 1974 Porsche chose to reduce consumption by the general use of injection, improving the flexibility of the engines by increasing their size. The new generation 911 was therefore equipped with a 2.7 litre engine: 150 hp in the basic 911, 175 hp in the S and 210 hp in the Carrera which became the top of the range, but retained all the mechanics of the RS (stopped at the end of 1973), mechanical injection and 210 hp with key ignition. This engine benefitted from the lessons of the competition, thanks to the much simplified 1973 Carrera RS model, which had already been brought up to 2.7 litres and was intended for Group 4 road competitions. The success of the RS was such that in addition to the first 500 cars (number required for homologation), Porsche produced an additional 1000 cars intended to compete in Group 3. As the stock of special simplified components for the first RSs began to run out, the cars being produced contained more and more massproduced parts, but this had no effect on their performance potential and, handled by skilled performance tuners, these engines were able to fully satisfy sportsmen competing at the highest level. It should also be noted, only from a collector's point of view, that these cars from the 1970s, which are the most powerful direct descendents of the original 911 to which they are very close in terms of style, are popular with amateurs, whether they are intended for the road or Rallye des Cévennes et fini deuxième du Rallye du Somail (Haut Languedoc). Yves Aviat, membre du Club Porsche de Perpignan en fut le propriétaire suivant avant qu'elle ne passe aux mains de Martine Furestier (Nîmes), de Charles Le Ménestrel (Paris), qui débuta sa restauration (carrosserie), puis du vendeur qui a finalisé sa restauration. Suite à un problème avec le moteur d'origine, le garage Peyraud a fourni un bloc moteur 2,7 litres RS refait à neuf en octobre 2007 par le Garage Vinaigra. Une préparation soignée avec le parfait équilibrage des équipages mobiles et le polissage des passages de gaz à permis de dépasser la puissance nominale de 210 ch, indiquée à l'époque pour atteindre 235 ch. Ce moteur a été remonté uniquement avec des pièces neuves d'origine Porsche (facture). La boîte de vitesses a été révisée en 2005 (synchros neufs) et l'embrayage refait. Les canalisations et le radiateur d'huile sont neufs. La tringlerie de boîte a été réglée en décembre 2006. Les trains roulants ont été révisés, les disques, plaquettes et flexibles de freins (durits aviation) datent de décembre 2006 comme les amortisseurs Bilstein. Les pneus sont des Fulda Carat ZR 205/50 x 15 et 225/50 x 15 montés fin 2005. Les jantes 7 x 15 et 8 x 15 ont été refaites, les trains réglés, la hauteur de caisse contrôlée et une révision complète a été effectuée par J. Bourgoin à Poitiers en février 2007. Le pot d'échappement est en inox. En 2005 la sellerie Caribex a été refaite avec moquette neuve, drap de pavillon en tissu d'origine, deux contre-portes style RS en cuir noir. Bagues, soufflet et pommeau de sélecteur comme les moteurs des lève-vitres ont été changés. Le circuit électrique a été démonté et révisé et la batterie a été changée. La carrosserie a été refaite (9 000 ?), peinte en vert d'origine après mise à nu. La planche de bord, les hauts de porte et les garnitures des montants ont été refaits en cuir en octobre 2006. Les sièges Recaro et les harnais sont d'un type homologué. Un album photographique complet de la reconstruction moteur sera remis à l'acheteur. La voiture est saine et jamais accidentée. Les joints ont été changés (origine Porsche). Les projecteurs longue portée sont d'origine et l'arceau Heigo homologué a été installé par SE Compétition en décembre 2006. Le dossier de factures de travaux montre qu'il a été dépensé auprès de Garage Bourgoin 17 204 ?, de Motor Vinegra 12 831 ? et de SE Compétition 3000 ?. Depuis cette restauration, la voiture a effectué 5 000 km dont 3 000 de rodage sans avoir jamais participé à une épreuve de vitesse ou routière. La voiture pourvue de pare-chocs Groupe 3 pour son homologation dans ce groupe par la FFSA est accompagnée de sa carte grise française normale, de son passeport FIVA et de son passeport VH FFSA, outre son dossier historique et technique. for competition. The 2.7L Carrera was produced between 1974 and 1976 in only 2277 models. The car presented is a 2.7 litre 911 Carrera, registered for the first time on 10 January 1974. Its current engine block is a genuine 1973 2.7 litre RS (number verified). This car, originally kept in Montauban, then belonged to Jacques Maraval (1979-1981 with Alméras performance tuning and new metallic gold paintwork), who, in 1980, took it on to win the Cévennes Rally and take second place in the Somail (Haut Languedoc) Rally. It was then owned by Yves Aviat, member of the Perpignan Porsche Club, before being passed on to Martine Furestier (Nîmes), to Charles Le Ménestrel (Paris), who started its restoration (bodywork), then to the seller who has completed its restoration. Following a problem with the original engine, the Peyraud garage supplied a 2.7 litre RS engine block restored as new in October 2007 by the Vinaigra Garage. A careful tune-up with, in particular, the precise balancing of moving parts and polishing blow-by enables the nominal power of 210 hp to be exceeded, reaching 235 hp. This engine has been restored using only new original Porsche parts (invoice). The gear box was serviced in 2005 (new synchros) and the clutch refitted. The oil radiator and pipes are new. The gear linkage was adjusted in December 2006. The running gear has been serviced, the brake disks, pads and flexible brake hose (aircraft hose) date from December 2006 as do the Bilstein shock absorbers. The tyres are Fulda Carat ZR 205/50 x 15 and 225/50 x 15 fitted at the end of 2005. The 7 x 15 and 8 x 15 wheels were adjusted, the gear serviced, the body height controlled, and a complete service carried out by J. Bourgoin in Poitiers in February 2007. The exhaust is stainless steel. In 2005 the Caribex upholstery was redone with new carpet, roof in original fabric, two RS style inner doors in black leather. The bushing, gear stick, gear stick knob and electric window motors have been changed. The electric circuit has been removed and serviced and the battery has been changed. The bodywork has been redone (?9,000), painted in the original green after being stripped. The dashboard, the tops of the doors and the upholstery for the uprights were redone in leather in October 2006. The Recaro seats and seatbelts are a similar type. A complete photograph album of the engine reconstruction will be given to the buyer. The car is sound and has never been involved in an accident. All the joints have been changed (Porsche originals). The high intensity headlights are original and the approved Heigo roll bar was installed by SE Competition in December 2006. The file of works invoices shows that ?17,204 was spent at Garage Bourgoin, ?12,831 at Motor Vinegra and ?3,000 at SE Competition. After this restoration, the car had done 5,000km, including 3,000km of running in, in accordance with the rules, and without ever having taken part in a speed or road competition. The car is equipped with Group 3 shock absorbers for its homologation into this group by the FFSA, and comes with its standard French carte grise (registration documents), its FIVA passport (Historic Vehicle) and its VH FFSA passport, in addition to its folder of technical documents and records.

Carte grise française French title Châssis n° 911 46 00426 3 Voiture avec historique d'époque 3 Rest…
Enchère terminée

N° 144
Carte grise française French title Châssis n° DBS/5498/R Moteur no 400/4806/SVC 3 Restaurée par Pierre Lamy 3 Belle opportunité encore saisissable 3 "Amicalement votre" 3 Restored by Pierre Lamy 3 Great opportunity at your hand 3 Mythic 007 James Bond & Lord Bret Sinclair drive 1970 Aston Martin DBS Vantage Au milieu des années 1960, dans un climat économique maussade au Royaume-Uni, les ventes des coupés Aston Martin déclinèrent sérieusement. Le moteur six cylindres en ligne, apparu sur la DB4, était parvenu au bout de son développement et, dans une perspective d'exportation, David Brown choisit de développer un nouveau V8 moderne en alliage léger susceptible d'équiper une berline luxueuse et rapide, commercialisée sous la marque Lagonda et un coupé Aston Martin plus sportif, construit sur une plate-forme plus courte. Les études de la plate-forme et des caisses progressèrent plus vite que celles du moteur et, lorsqu'il fallut impérativement remplacer la DB6 pour relancer les ventes, seul le "six" en ligne de quatre litres était disponible. Ainsi naquit la DBS qui fut dévoilée en septembre 1967 sous la forme d'un luxueux coupé qui offrait, avec quatre vraies places, le plus grand espace intérieur jamais proposé sur une Aston Martin. In the middle of the 1960s, in a bleak economic climate in the United Kingdom, sales of Aston Martin coupés seriously declined. The six cylinder in-line engine, which came out with the DB4, came to the end of its development and, with an eye to exports, David Brown chose to develop a new modern V8 in light alloy which might be used in a luxury, fast four-door saloon, marketed under the Lagonda brand and a more sporty Aston Martin coupé, built on a shorter platform. The tests on the platform and body went more quickly than the test on the engine and, since the DB6 absolutely had to be replaced in order to boost sales, only the four-litre in-line "six" was available. Thus, the DBS was born and was unveiled in September 1967 in the form of a luxury coupé which with four proper seats offered the largest interior ever available in an Aston Martin. Newprot-Pagnell proposa une version Vantage du six en ligne, terme qui traditionnellement, désignait la version la plus puissante. Avec 325 ch obtenus par élévation du rapport volumétrique et montage de trois carburateurs double corps Weber, la DBS Vantage offrait un petit supplément de performance bienvenu. La voiture présentée est une DBS à conduite à droite de 1970 qui a fait l'objet d'une reconstruction par le Garage Lamy depuis la coque nue. Son moteur d'origine n° 4328 a été remplacé par le n° 4806. Elle est équipée d'une boîte de vitesses manuelle et d'une direction assistée, d'un coupe-batterie et de pneus Michelin XWX. De couleur bleu marine avec intérieur en cuir rouge, moquettes rouge et drap de pavillon gris en excellent état, elle affiche 76 300 km au compteur. Elle est vendue avec sa housse de protection. Newprot-Pagnell offered a Vantage version of the in-line six, a term which traditionally referred to the most powerful version. With 325 horsepower achieved by increasing the compression ratio and by fitting three Weber double-body carburettors, the DBS Vantage offered a welcome little extra performance. The presented car is a 1970 right-hand drive DBS which has been rebuilt by the Lamy Garage from the bare car body Its original no. 4328 engine has been replaced by the 4806. It is equipped with a manual gearbox and power steering, a battery isolating switch and Michelin XWX tyres. In navy blue with red leather interior, red carpets and grey roof in excellent condition, it has 76,300 km on the clock. It is sold with its protective car cover.

Carte grise française French title Châssis n° DBS/5498/R Moteur no 400/4806/SVC 3 Restaurée par Pier…
Enchère terminée

N° 148
Titre de circulation Anglais English title Châssis n° 9111121629 3 Restauration et conversion de qualité 3 Très vive et rapide 3 5 fois moins chère qu'une RS 2,7l 3 Quality restoration - conversion 3 Very fast and agile 3 5 times less expensive than a real 2,7l RS 1971 Porsche 911 T 2,2 L Modifiée RS Leicht Vendue neuve en Californie et importée en Europe en 2000, cette Porsche 911 T 2,2 L est motorisée par son groupe d'origine, modifié aux spécifications S (180 ch), pistons, cylindres et arbres à cames par un spécialiste anglais réputé, Dakota Classics en 2003. Un système de tendeurs de chaines de distribution hydraulique, un filtre à air K&N et un échappement en inox ont été installés ainsi qu'un embrayage Sachs. Le système de freinage a été entièrement refait avec des flexibles de type racing, la crémaillère de direction changée et des amortisseurs réglables Koni installés. La carrosserie a été décapée et les arches de roues arrière remplacées par des type RS neufs. La traverse avant, très sensible sur les Porsche, est neuve. Tous les joints de carrosserie ont été remplacés. Les pare-chocs, le capot moteur « queue de canard », les jantes et les rétroviseurs sont du type RS. L'intérieur a été traité de la même façon, sièges Corbeau rabattables, moquette grise d'origine et intérieur de coffre avec barre anti rapprochement et panneaux de portes intérieurs RS Light. Le ciel de toit est en vinyl noir, comme sur les RS. Un dossier de factures américaines datant des années 70 et toutes les factures de restauration / transformation effectuées en Angleterre entre 2000 et 2010 accompagne la voiture ainsi que son manuel de bord et de son carnet d'entretien d'époque. Elle est pourvue d'une alarme anti démarrage efficace, d'une radio CD Pioneer et d'un compte tour de 2.2 S avec zone rouge à 6200 tr/mn. The car presented is a model sold new in California and imported into Europe in 2000. It still has its original engine, modified to reflect "S" specifications (180 hp) with pistons, cylinders and camshafts by the famous British specialist firm Dakota Classics in 2003. A hydraulic timing chain tensioner system, a K & N air filter, and a stainless steel exhaust pipe, have been installed together with a Sachs clutch. The braking system has been completely overhauled with racing tubes, the steering rack has been changed, and Komi adjustable shock absorbers have been installed. The bodywork has been stripped and the rear wheel arches replaced with new RS arches. Here, the front cross-member, very sensitive in Porsches, is new. All the bodywork joints have been replaced. The bumper bars, the "duck's tail" engine cover, the rims and the rear-view mirrors are all RS. The interior has been treated in the same way, with folding Corbeau seats, original grey carpet and boot interior with protective bar and interior door panels in RS Light. The roof crown is in black vinyl, as in the RS. A file of American invoices dating from the 1970s, and all the invoices for restoration and transformation works done in Britain between 2000 and 2010 comes with the car, together with its user's manual and maintenance book from the time. It is equipped with an effective start prevention alarm, a Pioneer CD-radio and a 2.2S rev counter with a red line starting at 6,200 rpm.

Titre de circulation Anglais English title Châssis n° 9111121629 3 Restauration et conversion de qua…
Enchère terminée

N° 161
Titre de circulation anglais English title Châssis n° STSLHAWK96070 3 Rare réplique de Cobra 289 3 Très proche de l'original et très abordable 3 Equipement complet 3 Rare 289 Cobra replica 3 Very close to the real, and affordable 3 Full equipment 1967 Hawk 289 - Réplique d'AC Cobra 289 La société Hawk Cars ltd, basée dans le Sussex, commercialise des répliques de la légendaire AC Cobra sous la forme la plus séduisante, la 289. En effet, les répliques des autres fabricants sont toujours basées sur le modèle 427, beaucoup moins pur de ligne. La qualité de la réalisation a fait que ce constructeur a été admis à l'«ASCM association of specialist car manufacturer » Le moteur Range Rover de 4,6 l, allégé et équilibré par JE Engineers, développe 226 cv à 6000 tr/mn d'après la feuille de banc de l'usine et est adjoint à une boîte manuelle à 5 rapports de Rover Vitesse et à un pont de MGB, avec différentiel autobloquant "Quaife". Le châssis et ses composants de suspensions proviennent de chez Jaguar. Elle totalise seulement 23400 miles depuis sa construction. Cette AC est très proche de la réalité et le souci du détail a été apporté à la carrosserie (laquée en Opalescent Silver de Jaguar type E), à la sellerie(en cuir noir), au tableau de bord et à ses instruments (Smiths), même jusqu'au logement de la roue de secours, identique à l'original. En effet la fiche de montage de l'usine spécifie que toute la sellerie est soigneusement montée par les employés d'AC cars. Elle est équipée de pneus Pirelli 4000 neufs que chaussent des roues Rudge chromées à 72 rayons. Elle est équipée de sa capote, de déflecteurs latéraux en verre amovibles, de pare soleil en plexiglas vert du plus bel effet et d'un protecteur de calandre amovible en tube chromé. Cette AC est prête à vous emmener sur les routes à toutes allures ou bien tranquillement sur un filet de gaz, au son du doux feulement de son V8 gorgé de chevaux. The company Hawk Cars Ltd. based in Sussex, markets replicas of the legendary AC Cobra in its most attractive form, the 289. Replicas of other manufacturers are, however, always based on the 427 model, which is of much less pure stock. The quality of the manufacture has secured this maker a place in the exalted ranks of the ASCM, "Association of Specialist Car Manufacturers". The 4.6-litre Range Rover engine, lightened and balanced by JE Engineers, develops 226 hp at 6,000 rpm according to the factory test sheet, and is linked to a five-speed Rover Vitesse gearbox and a MGB bridge, with "Quaife" self-locking differential. The chassis and its suspension components are from Jaguar. Since being made, the car has clocked up only 23,400 miles. This AC is very close to the real thing, and particular attention has been paid to the bodywork (lacquered in E-type Jaguar opalescent silver), the seating (black leather), the dashboard and its instruments (Smiths), and even to the spare wheel, which is identical to the original. In fact, the factory installation sheet specifies that all the seating was carefully installed by employees of AC Cars. It is equipped with new Pirelli 4000 tyres that cover Rudge 72-spoke chromed wheels. Of course the car comes with its hood, fixed glass lateral deflectors, a green Perspex sun visor with a dramatic effect, and a chromed tubular fixed grille protector. This AC is ready to take you on the road at full speed or quietly with just a soupcon of gas, to the sound of its power-packed V8 engine gently, contentedly growling.

Titre de circulation anglais English title Châssis n° STSLHAWK96070 3 Rare réplique de Cobra 289 3 T…
Enchère terminée

N° 165
Carte grise française French title Châssis n° 75635 SANS RÉSERVE NO RESERVE 3 Ancienne sympathique 3 Prix raisonnable 3 Modèle populaire et robuste 3 Pretty pre-war classic 3 Very affordable 3 Unusual 3 seater 1925 Citroën C3 Cabriolet Partisan du type unique en 1919, André Citroën décide très vite de proposer un modèle plus petit construit selon les mêmes lignes. Celle qui deviendra la célèbre 5 HP est lancée au Salon de Paris 1921 sous la forme d'une petite torpédo dite Type C qui évoluera en C2 pour 1923 (avec un châssis renforcé) et en C3 (empattement allongé) pour 1925. Celle-ci est proposée en torpédo et en cabriolet deux places ainsi qu'en torpédo trois places en trèfle. Le cabriolet a un habitacle légèrement reculé (auvent plus long), un pare-brise à deux glaces dont une fixe en partie basse et des glaces latérales montantes. Le succès de la C3 (30 000 unités produites en 1925) n'empêchera pas André Citroën de la supprimer en mai 1926. Sa facilité de conduite, sa robustesse et sa longévité deviendront légendaires et certaines rouleront encore au quotidien plus de vingt-cinq ans après leur sortie d'usine. Ce cabriolet C3 peint en blanc avec ailes, bas de carrosserie noirs et capote noirs, achetée en 1991 par le propriétaire actuel a été très peu utilisé depuis cette date. La planche de bord comporte un compteur de vitesse Jaeger. Saine, cette très sympathique 5 HP sera aisément prête à reprendre la route. Carte grise française. As a fan of the only model in 1919, André Citroën decided very quickly to offer a smaller model constructed along the same lines. What was to become the famous 5 HP was launched at the 1921 Paris Car Show in the form of a small open tourer called Type C, which was to become a C2 in 1923 (with a strengthened chassis) and a C3 (lengthened wheelbase) in1925. The latter was available as an open tourer and a two-seater cabriolet as well as an open tourer threeseater. The cabriolet has a passenger compartment which is slightly set back (longer roof), a cab area with two windows, one of which is fixed at its lower part, and side jamb windows. The success of the C3 (30,000 units produced in 1925) did not prevent André Citroën from discontinuing it in 1926. Its ease of handling, and its sturdiness and longevity became legendary and some were still being driven on a daily basis more than twenty-five years after leaving the factory. This C3 cabriolet, which is painted white, with its wings, lower bodywork and roof in black, was bought in 1991 by its current owner and has been used very little since that date. The dashboard has a Jaeger speedometer. In sound condition, this very nice 5 HP will easily be ready to get back on the road. French carte grise (car registration document).

Carte grise française French title Châssis n° 75635 SANS RÉSERVE NO RESERVE 3 Ancienne sympathique 3…
Enchère terminée
123..105>