Sculpture en plâtre

Sculpture en plâtre

Filtres

Choisir une date

Ajouter un mot-clé

Types

Opérateurs de ventes

Lieux de ventes

Enchère terminée

N° 96
JEAN-BAPTISTE DEFERNEX (1729-1783)
Diane et Cupidon.
Sujet en terre cuite. Signé et daté 1771.
H. 44,5 cm, L. 20 cm, P. 13 cm

Provenance :
- Collection Loppin de Montmort, Dijon
- Collection Dr R. Jungbauer, Straubing (Bavaria)
- Collection particulière Rambrouch, Luxembourg.

Sculpteur de figures, bustes, portraits. D’entre le peu de renseignements biographiques sur cet artiste, on sait qu’il vécu à Paris et qu’il était membre de l’Académie de Saint-Luc, reçu en 1760, où il devint adjoint à professeur en 1763. Defernex semble avoir été un esprit indépendant, concentré dans l’exercice de son art et ayant vécu hors coterie. Sculpteur du duc d’Orléans, il ne figura cependant pas parmi les membres de l’Académie Royale. Il se présenta au Salon en 1774 avec plusieurs bustes, entre autres celui en marbre de M. de Sartine, lieutenant général de police. Defernex figura d’autre part à l’Exposition de l’Académie de Saint-Luc, en 1776, avec des œuvres importantes, comme le buste en plâtre, en grandeur naturelle, du Prince Repin, ambassadeur de Russie à la cour d’Espagne. On doit encore à ce sculpteur les deux groupes d’enfants soutenant les lanternes qui éclairaient le grand escalier du Palais-Royal, ainsi que les deux trophées en pierre qui décoraient l’attique des portiques de la première cour de ce palais.

Sa technique est celle des grands sculpteurs de l’époque, des Houdon, Pajou, Lemoine. Il recourt à la terre cuite, comme le font Clodion et Houdon. Il n’aurait pas trouvé d’autre mode d’expression pour extérioriser, en la traduisant de façon durable, l’impression fugitive qui était la caractéristique même de sa manière de sentir et d’appréhender le réel. La terre cuite, dans sa matité, conserve à jamais l’impression première, elle perpétue le sentiment même du modeleur, avec la nervosité de son coup de pouce, la fugacité de son intuition. Ses bustes de femmes sans draperie, échappent par là à la marque de l’époque. La manière est simple, excluant la recherche d’effets compliqués : tout l’art est dans l’expression des visages, le mouvement des yeux, des bouches.

Enfin, il n’est pas sans intérêt de remarquer que ce sculpteur, dont l’oeuvre accuse une recherche des valeurs qui l’apparente au peintre, a également trouvé l’emploi de sa manière essentiellement réaliste dans l’exécution de petits sujets de genre, à la Chardin, tels que La Mangeuse d’oeufs, L’écailleuse d’huitres, Le Bénédicité, qui représentent un autre aspect de son talent.

Diane (en grec Artémis), l’une des douze divinités de l’Olympe. L’aspect sous lequel on la connaît bien, celui de la vierge chasseresse des Grecs, personnification austère et sportive de la chasteté, n’est qu’une facette de cette déesse aux visages multiples. C’était à l’origine une divinité préhellène de la terre, dont l’une de ses fonctions était de protéger, non de détruire, la vie sauvage. On l’identifia pour finir à la déesse de la lune, Luna (Séléné), dont la chasteté n’était pas un trait caractéristique. Les Romains l’adoraient sous la forme triple : Luna (le ciel), Diane (la terre), Hécate (le monde souterrain). Le mythe en faisait la fille de Jupiter et de Latone (Léto), et la soeur jumelle d’Apollon. Figurée en tant que chasseresse, elle apparaît grande et mince, vêtue d’une courte tunique et les cheveux attachés en arrière. Elle est dotée d’un arc et d’un carquois, ou d’une javeline ; un chien ou un cerf l’accompagne. Depuis l’Antiquité, son char est attelé de cerfs. En tant que déesse de la Lune, elle a pour attribut, sur le front, un croissant de lune ; elle conduit un char tiré par des chevaux ou par des nymphes. Personnifiant la chasteté, elle porte parfois un bouclier pour se protéger des flèches de l’Amour. La Chasteté peut être assistée de Minerve, déesse de la Sagesse.

Diana and Cupid, terra-cotta, signed and dated 1771. H. 18 in, L. 8 in, P. 5 in.

JEAN BAPTISTE DEFERNEX (1729 1783) Diane et Cupidon. Sujet en terre cuite. Signé et daté 1771. H. 44,5 cm, L. 20 cm, …
Live
Enchère terminée

N° 338
Charles MALFRAY (1887-1940)
"Le Printemps"
Epreuve en terre cuite anciennement patinée blanche, annotée "épreuve tirée du....original par Charles Mafray 1937".
Hauteur : 108 cm

Provenance :
Stéphane Deschamps, acquis par le vendeur dans la galerie de ce dernier.
Historique :
En novembre 1936, l'état sollicite Malfray pour une statue du Printemps destinée au foyer du théâtre du Trocadéro.
Les peintures de ce hall sont confiées à Edouard Vuillard, Pierre Bonnard, Maurice Denis... Le chantier est achevé en 1937. Malfray travaille rapidement, plusieurs esquisses et différents états du Printemps en témoignent le modèle en plâtre mesure 140 cm.
Bibliographie pour le modèle du printemps :
- P. d'Uckerman, L'Art dans la vie moderne, Paris, Flammarion, 1937.
- Jacques Laprade, Malfray, Paris, Fernand Mourlot, 1944.
- Jean Cassou, Bernard Dorival, Geneviève Homolle, Catalogue guide du MNAM, Paris, Editions des Musées Nationaux, 1954.
- Françoise Galle, Catalogue raisonné des sculptures de Charles Malfray, mémoire de DESS, université de Paris I, direction de Robert Julien, 1971.
Expositions pour le modèle du Printemps :
- Fransk Konst I Svensk âgo, Stockholm, Svensk Frenska Konst Galleriet, novembre-décembre 1938.
- Salon d'Automne, Paris, 1941.
- Charles Malfray 1887-1940, Paris, galerie Parvillée, avril-mai 1944.
- Charles Malfray, Paris, Musée du Petit Palais, juin 1947.
- La sculpture française de Rodin à nos jours, Berlin, Ancien musée de l'Armée, juillet 1947.
- Charles Malfray 1887-1940, Paris, galerie Edmond Guérin, 16 février-31mars 1948.
- Charles Malfray 1887-1940, Londres, Marlborough Gallery, septembre-octobre 1951.
- Formes Humaines, deuxième biennale de sculpture, Paris, musée Rodin, 29 avril-30 mai 1966.
- Hommage à Charles Malfray, Orléans, musée des Beaux-Arts, 2 septembre-9 octobre 1967.
- Hommage à Humblot et Malfray, Romorantin-Lanthenay, bibliothèque municipale, 17 mai-1er juin 1980.
- Le Front populaire et l'art moderne, Orléans, musée des Beaux-Arts, 11 mars-31 mai 1995.
- Charles Malfray, Parçay-les-Pins, musée Jules Desbois, 10 juin-1er novembre 2006.

Charles MALFRAY (1887 1940) "Le Printemps" Epreuve en terre cuite anciennement patinée blanche, annotée "épreuve tirée…
Live
Enchère terminée

N° 57
Jacques LIPCHITZ (1891-1973)
Joueur de guitare au fauteuil, Modèle de 1922
"Guitar Player in Chair" (Seated Man with Guitar)
Sculpture en bronze à patine brun nuancée
Signé et porte l'empreinte du pouce, daté 1922 et numéroté 5/7.Cachet du fondeur Luigi Tommasi Pietra Santa.
40,5 x 29,3 x 28,8 cm
Provenance :
Collection particulière, New York, (Une autre version en plâtre se trouve à la Tate Collection, Londres)
Bibliographie :
- Alan G. Wilkinson, The Sculpture of Jacques Liptchitz, A Catalogue Raisonné, Volume 1 : The Paris Years 1920-1940, référencée sous les numéros 141 et 142 (autres versions). Également reproduite page 175
- A.M. Hammacher, Jacques Lipchitz, his Sculpture, version en granite référencée sous le numéro 34 - Alfred Werner, Lipchitz : The Cubist Period, une autre version en bronze référencée sous le numéro 34
- Alan G. Wilkinson, Jacques Lipchitz : A Life in Sculpture, une version en basalte référencée page 96 sous le numéro 38.
- David Fraser Jenkins and Derek Pullen : The Lipchitz Gift : Models for Sculpture, Tate Gallery, London 1986 référencée pages 40-41.
L’œuvre que nous présentons ici s’intitule "Joueur de guitare au fauteuil" et date de 1922. Ce titre nous permet en effet de mieux comprendre et appréhender les formes de cette œuvre. Les jambes du musicien sont également les pieds du fauteuil, l’homme se mêle à l’assise et fait corps avec son instrument. C’est à partir de 1920 que Lipchitz approfondit ses recherches cubistes sur différents thèmes dont celui de la musique et développe une figuration plus poussée. Ses musiciens adoptent différentes poses, allongées ou assises, et les lignes cubistes deviennent plus fluides, gracieuses et arrondies de façon à retranscrire une vision plus poétique de la musique. Lipchitz a élaboré différentes versions de cette sculpture, dans de multiples matériaux, du basalte au bronze en passant par le granite (cf Bibliographie).
Un des autres exemplaires en plâtre connu de cette œuvre se trouve à la Tate collection de Londres.

Jacques LIPCHITZ (1891 1973) Joueur de guitare au fauteuil, Modèle de 1922 "Guitar Player in Chair" (Seated Man with…
Live
Enchère terminée