270 Résultats

 >

N° 23
STATUETTE AU NOM DE L'INSPECTEUR DES GARDIENS HÉPOU.
Égypte, Moyen Empire, XIIIe dynastie.
Statuette représentant un homme debout sur une base rectangulaire, dans l'attitude de la marche apparente. Il est vêtu d'une longue jupe nouée sous la poitrine et a les bras le long de celle-ci. Il porte une perruque en poches dégageant les oreilles. Le pilier dorsal et trois des côtés de la base sont gravés d'une inscription hiéroglyphique: "Offrande que donne le roi à Montou Seigneur de Thèbes, et à Osiris Seigneur de Ânkh-taouy, pour qu'ils accordent une offrande invocatoire à l'Inspecteur des gardiens Hépou. C'est son fils qui fait vivre son nom, le Prêtre-ouâb de Montou, Néferhotep".
Gabbro.
Cassures et petits éclats.
H_25,6 cm
Ancienne collection Bea, France, avant 1975.
Ancienne collection espagnole, acquis en 1980.
En héritant de la gestion des fondations funéraires au Moyen Empire, les temples locaux changent de statut. Ils accueillent désormais les statues de particuliers anciennement placées dans les tombes. C'est désormais au sein des temples que s'effectue le culte funéraire, ainsi, les statues des défunts les placent en position "d'imakhou" du dieu local, ce qui leur permet de bénéficier d'une partie des offrandes reçues par le temple. Ce changement entraîne l'apparition de nouveaux modèles statuaires comme celui de la statue-cube, répondant aux besoins de gain de place et de textes, désormais gravés sur la statue afin de l'identifier et d'appeler aux offrandes.
Certains centres locaux accueilleront de nombreuses statues déposées par des particuliers souhaitant se placer sous la protection de la divinité. Ce sera notamment le cas à Abydos, dont le temple dédié à Osiris deviendra célèbre grâce à l'importante quantité d'ex-voto déposés sur la "terrasse du Grand Dieu". Cette pratique donnera également lieu à de nombreux pèlerinages qui participeront au prestige des temples locaux d'Égypte.

STATUETTE AU NOM DE L'INSPECTEUR DES GARDIENS HÉPOU. Égypte, Moyen Empire, XIIIe dynastie. Statuette représentant un hom…
Live
Enchère terminée

N° 37
SHAOUABTI AU NOM DU ROI SÉTHI IER.
Égypte, Vallée des rois, KV 17, Nouvel Empire, XIXe dynastie, ca. 1294-1279 av. J.-C.
Shaouabti momiforme, les bras croisés sur la poitrine, coiffé de la perruque tripartite, les jambes gravées de six lignes hiéroglyphiques (Chapitre VI du Livre des Morts), "Men-Maât- Rê" et "Séthi-aimé-de-Ptah" inscrits dans des cartouches lignes 1 et 2.
Bois et restes de résine noire.
Éclats aux pieds et sur le nez, petite calcination dans le dos.
H_20 cm
Chargé par le consul général britannique Henry Salt de fouiller la région thébaine afin de le fournir en antiquités, Giovanni Belzoni met au jour, le 18 octobre 1817, le tombeau KV 17 au sein de la Vallée des Rois. Cet hypogée, d'abord désigné sous le nom de "tombe Belzoni" est celui du pharaon de la XIXe dynastie Séthi Ier. Le très bon état de conservation de la tombe en fait un des plus beaux exemples de l'art funéraire du Nouvel Empire.
Lors de l'exploration de la tombe, Belzoni évoque la découverte d'une salle qu'il désigne alors comme "chambre d'Apis" suite à la découverte de centaines de figurines de bois recouvertes de bitume ainsi que quelques autres réalisées en faïence bleue entourant la carcasse d'un taureau.
Ces deux catégories de statuettes forment le corpus des shaouabtis du roi, largement dispersés dès l'annonce de la mise à jour de la tombe.
La série caractéristique des shaouabtis de bois couverts d'un épais vernis noir représente le roi momiforme, coiffé de la perruque tripartite, les bras croisés sur la poitrine. Le serviteur ne porte pas d'instrument aratoire et le corps reçoit cinq, six ou sept registres d'un texte hiéroglyphique: le chapitre VI du Livre des Morts.
Destinés à remplacer le défunt lors de l'appel aux travaux agraires journaliers dans l'au-delà, les shaouabtis apparaissent durant le Moyen Empire, et leur rôle deviendra majeur au cours du Nouvel Empire. Les exemplaires en bois de Séthi Ier sont les seuls sur lesquels on a observé l'ajout d'une couche de vernis foncé dont le rôle est encore discuté à l'heure actuelle.
Bibliographie:
J. & L. Aubert, Statuettes égyptiennes, Paris, 1974, pp. 78-81.
J.-L. Bovot, Les serviteurs funéraires royaux et princiers de l'Ancienne
Égypte, Paris, musée du Louvre, 2003, pp. 80-168.

SHAOUABTI AU NOM DU ROI SÉTHI IER. Égypte, Vallée des rois, KV 17, Nouvel Empire, XIXe dynastie, ca. 1294 1279 av. J. C.…
Live
Enchère terminée
 >